Vendredi 09 Décembre 2022
ARLES
Dimanche, 11 Septembre 2022
adc11ph
 
L’unique oreille pour Álvaro de la Calle et vuelta pour un toro de Yonnet dans une course entretenue qui aurait mérité un auditoire plus fourni…
 
Temps estival, pas le moindre nuage. 2/5 d’arène environ. Corrida de competencia avec trois toros de Yonnet puis trois autre d’Escolar Gil, de belle présentation, chacun avec ses caractéristiques, la palme allant au second Yonnet qui a eu les honneurs de la vuelta posthume, et au premier Escolar.
 
arl yo 11h
 
Domingo López Chaves : saluts aux deux.
 
Álvaro de la Calle : oreille et saluts.
 
Maxime Solera : silence et saluts.
 
J’ai envie de dire changement de décor avec la veille pour deux styles de corridas aux antipodes. La veille, en effet, on a pu apprécier de merveilleuses inspirations, notamment de Morante et Talavante, qui ont relevé une course quelque peu écornée par le comportement limite dans le domaine de l’endurance de la plupart des Garcigrande. Aujourd’hui, la corrida à essence torista a réservé quelques bonnes surprises, du côté du bétail comme chez les toreros…
 
dlc11h
 
Domingo López Chaves a démarré avec un Yonnet qui ne tarda pas à manifester du caractère. Deux rencontres, le pensionnaire de la Belugo ne s’employant guère par la suite à la muleta, jouant avant tout la défensive face à un Salmantino ne pouvant qu’exposer sa volonté avant entière au second envoi. Par la suite, son Escolar prit trois piques de diverse intensité avant un début de faena énergique, poursuivie sur un rythme soutenu face à un bicho qui par moments faisait l’avion. Entière tombée, deux coups de verdugo.
 
adc11h
 
Álvaro de la Calle faisait figure d’attraction du jour, compte tenu de son statut de sobresaliente qui a connu à Pâques son heure de gloire à Las Ventas lorsqu’il a été appelé à toréer quasiment tout seul une encerrona, après la grave blessure subie par Emilio de Justo.  Ce jour, il a confirmé qu’il n’était pas homme à se défier face aux responsabilités et avec son Yonnet, au demeurant très bon, qui prit deux bonnes piques suivies d’un bon second tercio, il allait le démontrer avec la flanelle. Brindis à Jean-Baptiste Jalabert puis Álvaro allait transmettre à un public tout acquis à sa cause en réalisant sur les deux flancs plusieurs mouvements méritoires conclus par une demie. Un mouchoir blanc, un mouchoir bleu, todos contentos ! Il était pas mal parti avec le quinto, brindant à l’assistance après deux piques sans grande histoire, mais il dut hélas abréger après que le toro ait manifesté un handicap à la patte avant droite. Bien dommage car je suis persuadé que les aficionados, moi compris bien sûr, auraient bien aimé le voir couper le trophée qui lui aurait ouvert la grande porte. Inutile de dire pourquoi, je suppose…
 
ms11h
 
Maxime Solera se distingua face à son Yonnet par bon capoteo jusqu’au centre pour trois piques bien administrées par Jean-Loup Aillet. Plus tard, Maxime instrumenta plusieurs séries méritoires sur les deux bords, mais les choses n’ont pas duré car le bicho avait du mal à humilier. Entière. Avec le dernier, piqué en trois fois, Maxime entra rapidement dans la bagarre, faisant un gros effort pour prendre le dessus sur un toro exigeant, mais perdant le crédit de son trasteo volontaire pour avoir séché avec le descabello après une demi-lame.
 
arl11h
 
A l’issue de la course, Charlotte Yonnet a reçu en piste le prix au meilleur toro (le 2ème) et Jean-Loup Aillet celui au meilleur picador pour sa bonne actuation au 3ème. Enhorabuena… 
 
A noter qu’en matinée, Fabien Castellani est sorti a hombros. Bonne tenue des novillos de Pagès-Maillhan et non piquée dans l’ensemble de bon niveau, avec en outre la curiosité du jour en la présence de Juan Palacios qui a agrémenté sa prestation de détails aussi insolites que fantaisistes, avec en prime une grosse entrega. On y reviendra demain…
 
 
 
 

Paul Hermé

soler 2017

Affiches / Cartels