Vendredi 09 Décembre 2022
DAX
Dimanche, 11 Septembre 2022
tr10ph
 
Tomás Rufo et Emilio de Justo coupent chacun une oreille à des Domingo Hernandez décevants.
 
Première corrida de feria, soleil et chaleur, neuf dixièmes d’arène, deux heures dix de spectacle. Cinq toros de Domingo Hernández et un Garcigrande en troisième position. Tous bien présentés, tous deux piques prises par certains avec beaucoup de bravoure. Lot de 495 à 554 kilos.
 
Julian López « El Juli » (gris et azabache), au premier, une entière, silence ; au quatrième, une entière, silence.
 
Emilio de Justo (havane foncé et or), au deuxième, une entière « al encuentro », silence ; au cinquième, une entière, une oreille.
 
Tomás Rufo (bleu marine et or), au troisième, une entière, une oreille ; au dernier, une demi-lame et un descabello, silence.
 
Présidence Hugo Lavigne, assesseurs Philippe Lalanne et Lucien Laurède.
 
tr10h
 
Tout de même décevant ce lot de Domingo Hernández complété par un Garcigrande… S’ils n’ont pas eu de défauts majeurs, ils n’avaient guère de qualités. Ils posaient souvent des problèmes pour trouver le sitio et provoquer la bonne charge si, tout au moins elle existait. Une course qui pour l’ouverture de la feria Toro y Salsa, a frôlé l’ennui. Heureusement, avec le Garcigrande, Tomás Rufo a quelque peu éclairé la tarde en ouvrant sa faena par des derechazos lents, profonds et harmonieux, donnés avec tout le corps. Un silence est passé sur l’arène. Le garçon pouvait dès lors prendre la main gauche, mais il y trouvait moins de bonheur. Toutefois, c’est pieds rivés au sable et sans changer de terrain qu’il dessinait les dernières naturelles. Une faena complète sur les deux mains, enchaînant les passes à la perfection, jusqu’au pecho final. Comment refuser l’oreille après une somptueuse lame. On aura admiré son calme et sa façon de dominer le toro, lui imposant une charge plus lente malgré de premières difficultés rencontrées à la cape.
 
Il aura tout tenté avec son deuxième adversaire, d’une classe bien inférieure. A droite d’abord, jamais il ne trouvera la distance. Guère plus de réussite sur l’autre main. Certes, il s’imposera sur Juguetón, mais ne pourra pas en tirer tout ce qu’il aurait voulu.
 
edj10h
 
Emilio de Justo devra attendre la sortie de son deuxième adversaire pour briller pendant quelques instants. A l’issue d’un tercio de cape très soutenu et conquérant, il ouvrira sa faena par quelques passes de châtiment pour finir sur une séduisante série de naturelles. Puis s’ouvre un moment de haute intensité, où il fait humilier « Fantasioso ». La musique apporte une autre dimension à ce combat. Il gardera jusqu’au bout son adversaire dans la muleta, se payant le luxe d’une série de naturelles, même un peu rapides. Lors de la première sortie malgré toutes ses tentatives et de beaux moments, il n’aura jamais convaincu, obligé d’arracher les dernières passes.
 
elj10h
 
El Juli adore les Garcigrande et les Domingo Hernández au point de les imposer à certains organisateurs… A Dax, en ce samedi d’ouverture, il aura essuyé une solide déception avec ses deux adversaires. Le premier dont il se tient assez loin répète difficilement dans sa muleta et il finit soso.
 
Même s’il est intéressant à la cape avec son deuxième toro, il sera obligé de se replacer entre chaque passe. A part une intéressante série à gauche avec une muleta très basse, il n’y a guère à retenir de cette deuxième sortie. Chaque fois, mise à mort efficace avec démonstration de « Juli-pied » qui permet d’estoquer avec une certaine sécurité.
 
Une corrida tout de même un peu ennuyeuse, heureusement sauvée par les beaux gestes de Tomás Rufo et les moments de lutte d’Emilio de Justo.
 
Jean-Michel Dussol - Photos Bertrand Caritey
 
 

Paul Hermé

soler 2017

Affiches / Cartels