Mercredi 07 Décembre 2022
PATRICE
Jeudi, 01 Septembre 2022
pq01ph
 
Le songe d’une nuit d’été…
 
Juan voulait être torero.
 
María se rêvait cantaora.
 
 
 
Il aimait la passion de María.
 
Elle aimait celle de Juan.
 
 
 
Juan aimait María.
 
María aimait Juan.
 
 
 
Juan avait douze ans.
 
L’âge auquel.
 
 
 
José Gómez Ortega.
 
Tuait son premier eral.
 
 
 
María dix.
 
Celui auquel.
 
 
 
La Niña de los Peines.
 
Se produisait à la Taberna de Ceferino.
 
 
 
Il était blond.
 
Et elle aussi.
 
 
 
Lui comme Pepe Luis.
 
Elle comme Francisca Colomer Sierra, «La Rubia de Málaga».
 
 
 
Alcalá del Júcar, leur village.
 
S’en moquait.
 
 
 
Les vieux aimaient les moulins.
 
Les jeunes n’aimaient rien.
 
 
 
Les hommes maudissaient « Joselito».
 
Les femmes Pastora Pavón.
 
 
 
Et leurs enfants idiots.
 
Leur jetaient des cailloux.
 
 
 
Alors Juan et María.
 
Quittèrent Alcalá del Júcar.
 
 
 
Poursuivis.
 
Par les fourches de la méchanceté.
 
 
 
Et les chevaux.
 
Montés par des bicornes en cuir bouilli.
 
 
 
Ils marchèrent trente jours.
 
Ils marchèrent trente nuits.
 
 
 
Ils mangeaient la poussière des étoiles de Séville.
 
Et buvaient la pluie de Bilbao.
 
 
 
Juan toréant à la naturelle.
 
Et María chantant des siguiriyas.
 
 
 
Ils laissaient derrière eux des déjections.
 
D’or fin.
 
 
 
Au milieu.
 
De l’été.
 
 
 
Ils arrivèrent dans la Valle del Genal.
 
Dans la Serranía de Ronda.
 
 
 
«Tragabuches» les y accueillit.
 
Et Aniya la Gitana aussi.
 
 
 
Caché dans les feuillages.
 
Un prêtre défroqué les bénit.
 
 
 
Il leur enseigna.
 
Le nom des arbres.
 
 
 
« Jocinero » pour le chêne.
 
« Perdigón » pour le châtaignier.
 
 
 
« Granadino » pour le pin.
 
Et « Islero » pour le cèdre.
 
 
 
Il leur enseigna aussi.
 
Le nom des fleurs.
 
 
 
La « Paquera de Jerez » pour le jasmin.
 
La « Fernanda de Utrera » pour le lilas.
 
 
 
La « Macanita » pour le genêt.
 
Et la « Trini » pour le coquelicot.
 
 
 
Juan toréant à la naturelle.
 
Estoqua les arbres en fermant les yeux.
 
 
 
Il en tua mille.
 
Sans être blessé.
 
 
 
Et María chantant des siguiriyas.
 
Devint la Divina Pastora des renards colorados.
 
 
 
Qui pour elle.
 
Organisèrent un Rocío de feuilles et de sève.
 
 
 
A la lumière des phares.
 
De tous les coches de cuadrilla du monde.
 
 
 
Juan et María connurent le bonheur.
 
Des triomphes solitaires.
 
 
 
Des vueltas al ruedo sur la mousse.
 
Et des tablaos de lune noire.
 
 
 
Avant de disparaître.
 
Ensemble dans un éclair d’orage.
 
 
 
Qui les ramena.
 
A Alcalá del Júcar.
 
 
 
Où maintenant.
 
Les vieux tournaient sur les ailes des moulins.
 
 
 
Les hommes chérissaient « Joselito».
 
Les femmes Pastora Pavón.
 
 
 
Et où les enfants.
 
Leur offrirent.
 
 
 
Des bouquets.
 
De coplas et de romarin.
 
 
Datos 
 
Le Songe d'une nuit d'été (A Midsummer Night's Dream) est une comédie de William Shakespeare écrite entre 1594 et 1595.
 
La première inscription de la pièce au registre des Libraires date du 8 octobre 1600.
 
Hermia veut épouser Lysandre mais son père, Égée, la destine à Démétrius, dont est amoureuse Héléna. Lysandre et Hermia s'enfuient dans la forêt, poursuivis par Démétrius, lui-même poursuivi par Héléna. Pendant ce temps, Obéron, roi des fées, a ordonné à Puck de verser une potion sur les paupières de sa femme, Titania. Il entre dans la forêt avec Puck. 
 
Pendant la nuit, la confusion règne…
 
Patrice Quiot
 
 

Paul Hermé

soler 2017

Affiches / Cartels