Vendredi 09 Décembre 2022
SAINT-PERDON
Lundi, 29 Août 2022
stp28ph
 
Novillada accidentée au final frustrant…
 
1/3 d’arène. Cinq novillos d’Escolar Gil.
 
Pablo Atienza : silence après avis, vuelta et oreille après avis à celui qu’il a tué pour Ruben Fernandez.
 
Rubén Fernández, qui faisait sa présentation en France, saluts après avis et blessure.
 
Ismael Martín : vuelta après avis.
 
Rubén Fernández a été pris par le cinquième novillo lors d’une larga de rodillas aux planches. Il a dû être intervenu à l’infirmerie d’un coup violent avec un enfoncement des côtes et une possible atteinte sur la cage thoracique en direction des poumons qui a nécessité son transport à l’hôpital.
 
L’équipe chirurgicale ayant quitté l’arène pour accompagner Rubén Fernández à l’hôpital de Mont-de-Marsan, Ismael Martín n’a pas pu tuer le sixième novillo.
 
Novillada accidentée avec un final frustrant qui eut pourtant ses mérites, le premier d’entre eux étant le lot de novillos qui, mis à part le trop faible premier, eut de nombreux avantages. Nous parlerons d’abord de la présentation « entipada », typique de l’élevage, avec des éléments bien roulés et sérieux. Mais c’est au moral que les Escolar ont fait impression, ils ont d’ailleurs été ovationnés à l’issue de leurs combats. Ils ne se sont que peu livrés sous les chevaux pour rompre sous les leurres dans des charges longues, émouvantes, humiliant sans peine et terminant à más. Nous distinguerons le second, le quatrième et le cinquième rétif dans ses débuts qui finit par céder aux sollicitations. Il y avait de la matière et en face un trio expérimenté, mais peu sollicité : c’était par exemple la première novillada de la temporada de la saison de Rubén Fernández.
 
at28h
 
Prudent lors de ses deux premières interventions où il se contenta d’assurer en échouant aux aciers, Atienza se révéla lors de son passage imprévu au cinquième, en remplacement de Fernández. Faena qui comme le toro ira de menos à más, l’homme ayant pris la mesure d’un animal qui finit par se soumettre à sa muleta autoritaire. Dès lors, le novillo montra ses qualités dans des charges par le bas avec une classe qui n’était pas apparue d’emblée. Une entière et une oreille.
 
rf28h
 
De l’enthousiasme chez Fernández qui alla à puerta gayola à deux reprises, se sortant dans les deux cas de situations compromises avec aplomb. Le protégé d’El Fundi enchaîna par des chicuelinas émouvantes. Son entrega se maintiendra tout au long d’une fanea face à un excellent Escolar. Tout cela laissa une impression positive, mais sera gâché par une mise à mort approximative. C’est à son second passage, lors d’une larga de rodilla qu’il se fit prendre durement, causant une grande émotion chez les professionnels.
 
im28h
 
On ne vit qu’une fois Ismael Martín qui banderilla sans éclat et se montra prudent lors de la faena, souvent décentrée. Il conclut d’une entière légèrement atravesada, mais rapidement concluante et il y eut une légère pétition. On aurait aimé le voir une seconde fois pour mieux le juger. Mais malgré son désir et sa déception, la voix de la raison prévalut et l’équipe chirurgicale occupée ailleurs, on s’en tint là. Dommage !
 
(Pierre Vidal - Photos Ch. Lamoulie)
 
 

Paul Hermé

soler 2017

Affiches / Cartels