Mercredi 30 Novembre 2022
PATRICE
Jeudi, 25 Août 2022
cc25g
 
François Caro…
 
« Dans Arle, où sont les Aliscams,
Quand l’ombre est rouge, sous les roses,
Et clair le temps,
Prends garde à la douceur des choses… » *
 
La meilleure main gauche.
 
D’Arles.
 
 
 
Et l’une des plus troublantes.
 
De celles qui m'ont été données à voir.
 
 
 
Le bouleversant.
 
Du noir.
 
 
 
La simplicité.
 
Dans le compliqué.
 
 
 
La grandeur.
 
De l’abandon.
 
 
 
A l’ombre.
 
Du profond.
 
 
 
Avec.
 
En plus.
 
 
 
Une grâce.
 
Innée.
 
 
 
Celle.
 
De Ste Trophime.
 
 
 
Le dimanche.
 
De Pâques.
 
 
 
Et un temple.
 
De principe.
 
 
 
Celui.
 
Du Rhône.
 
 
 
Sous le pont.
 
De Trinquetaille.
 
 
 
Un tout.
 
Unique.
 
 
 
Une bénédiction.
 
Torera.
 
 
 
De La Roquette.
 
A Séville.
 
 
 
De Barriol.
 
A Jerez.
 
 
 
De Curro.
 
A Rafael.
 
 
 
Un encanto.
 
Une poésie.
 
 
 
Légère.
 
Et lourde.
 
 
 
Avec l’accent.
 
De Mistral.
 
 
 
La délicatesse.
 
De Paul-Jean Toulet.
 
 
 
Et les yeux verts.
 
De Cagancho.
 
 
 
François.
 
Parle lentement.
 
 
 
Al compas.
 
Du sens.
 
 
 
Caro.
 
Ande doucement.
 
 
 
Au rythme.
 
Du temps.
 
 
 
Et de Linares.
 
Au «Tambourin».
 
 
 
Toréait.
 
Mieux encore.
 
 
 
A la mesure.
 
Des deux.
 
 
 
Une façon.
 
Une manière.
 
 
 
Dans l’arène.
 
Y en la calle.
 
 
 
Ainsi.
 
Va Curro Caro.
 
 
 
Depuis
 
Plus de cinquante ans.
 
 
 
 
 
Depuis.
 
Qu’il voit des toros.
 
 
 
Qu’il.
 
S’y est mis devant.
 
 
 
Qu’il en a fait
 
Sa vie.
 
 
 
En faisant bien.
 
Les choses.
 
 
 
Pour rendre.
 
Riches.
 
 
 
Ceux.
 
Qui l’aiment.
 
 
 
Du plaisir.
 
Du somptueux torero.
 
 
 
Qu’il.
 
Fut.
 
 
 
Et.
 
De l’homme rare.
 
 
 
Qu’il.
 
Est.
 
 
 
Pour leur faire partager.
 
Une autre vie.
 
 
 
La seule.
 
Qui compte.
 
Patrice Quiot
 
*Contrairement à ce que l’on pourrait penser, il n’y a pas de fautes d’orthographe dans ce poème. Paul-Jean Toulet, l’auteur, a bien écrit Arle, sans s, et Alyscams, sans y et p !
 
 pjt25h
 
 

Paul Hermé

soler 2017

Affiches / Cartels