Lundi 17 Juin 2024
CADENAS
Mercredi, 30 Mars 2022
jc29ph
 
Joachim Cadenas, le plus Torero des As du Crochet…
 
Dimanche dernier à Mauguio, pour la course camarguaise du Trophée 3 M (Montpellier – Méditerranée – Métropole), le raseteur Joachim Cadenas s’est une nouvelle fois distingué, remportant le premier prix à la visible satisfaction d’un nombreux public qui lui a réservé de chaleureuses ovations. Il faut dire que Joachim est un habitué de ce genre de triomphes puisqu’actuellement, il est incontestablement le numéro un de sa spécialité. Je crois d’ailleurs pouvoir dire qu’avec ses brillantes performances, il comble régulièrement les afeciouna, et qu’il est certainement pour quelque chose dans la bonne affluence du jour.
 
jc30j
 
Mais si torofiesta.com est allé à sa rencontre, c’est aussi parce que Joachim a plusieurs cordes à son arc, une sorte de « polifacético », comme ils disent de l’autre côté des Pyrénées. Certes, remettons les choses à leur place, le nom de Cadenas évoque avant tout celui des tenues blanches, et s’il lui est arrivé de manier en public capote et muleta, c’est pour assouvir une autre passion, comme ce fut le cas en novembre dernier à Fourques - avec un indulto à la clé ! - et Saint-Laurent-d’Aigouze…
 
jc30i
 
« J’ai grandi à Mas Thibert, où se trouvent plusieurs élevages de toros de race espagnole, et mes grands-parents sont issus d’Estrémadure, encore une région d’élevages de toros, ce qui a déjà favorisé lorsque j’étais petit mon imprégnation dans le milieu taurin. En outre, mon grand-oncle paternel était matador, autre élément qui me prédestinait certainement à me sentir proche de ce milieu.Quand j’ai commencé à fréquenter les manades avec les ferrades, on était mélangés, toreros comme raseteurs, et on s’essayait un peu à tout. Evidemment, c’était surtout le raset qui me passionnait, mais j’ai toujours apprécié la corrida. D’ailleurs, un qui me fait encore beaucoup aimer les toros, c’est… José Tomás ! 
 
jc30c
 
Concernant mon entourage, Marco Leal était un peu comme un grand frère, on est d’ailleurs toujours proches, comme avec son père et son petit frère qui est aussi dans le raset. Mais j’ai aussi pas mal d’amis chez les toreros, entre autres Rafi, Lalo, Tibo… Donc, en fait, je me sens à l’aise dans les deux milieux où celui qui en définitive nous rassemble, c’est le taureau.
 
jc30d
 
Si la technique est différente, il y a tout de même des passerelles dans la façon de se comporter face à l’animal, de le provoquer, de le défier, et d’ailleurs ce qui m’a plu aussi dans la corrida, c’est que ça m’a permis de prendre une dimension dans le raset. Dans la corrida, on est quasiment seul pendant un quart d’heure avec un toro, c’est quelque part très intime. On apprend progressivement à le connaitre et ce qui m’a fait aimer le toro, c’est la connexion que l’on peut avoir avec lui. On donne de l’importance à chaque détail, on cherche à le rendre meilleur, et pour tout dire, si je ne devais retenir qu’une suerte, ce serait celle par naturelles. Comme au raset, le fait de rester longtemps à la merci du taureau dans la poursuite, d’une façon qui s’apparenterait au temple. 
 
jc30e
 
Aujourd’hui, je pense que les taureaux n’ont pas vraiment servi. Il est vrai qu’ils sont en tout début de saison, mais il y en a tout de même deux qui sont sortis du lot, dont Bohémien, celui de Rouquette, qui est encore un peu jeune, mais qui mettait de l’intensité dans ses actions. Le taureau a autant envie de jouer que nous, ce qui transmet automatiquement sur les gradins. 
 
jc30f
 
Dans la version corrida, il m’arrive de m’entrainer avec des toreros. Hier, par exemple, j’étais avec Lalo et le jeune Clauzel, je les ai regardés car on apprend aussi en observant. Mais en ce moment, ma préoccupation concerne surtout le raset car je n’oublie pas que ça reste mon activité première. 
 
jc30g
 
Pour revenir au toreo, je dois dire en ce qui concerne Fourques, que je devais en principe raseter un taureau tout seul, mais la Fédération de la Course Camarguaise n’a pas vu ce montage d’un très bon œil. Ça me tenait tout de même à cœur car c’était organisé par Fredo, mon ancien apoderado, à la fois aficionado de corrida et de camarguaise. Avec l’aide notamment de Doumé, Marco Leal et Rafael Viotti, j’ai trouvé par ce soutien la motivation, m’entrainant de salon pendant quinze jours. Clément m’a aussi beaucoup aidé et avec les conseils des uns et des autres, c’était parti… On a pu voir que ça s’était bien passé, les gens ont apprécié et maintenant, j’aimerais bien me perfectionner pour encore mieux toréer. C’est un challenge personnel car j’aime les choses bien faites. On me dit que j’ai certaines dispositions, mais cela étant, mon activité principale restera toujours le raset.
 
 jc30h
 
Concernant ma carrière, même si j’en ai déjà remporté pas mal, ce ne sont pas les trophées que je recherche en premier lieu, mais c’est surtout de bien connecter avec le taureau. En corrida, on est seul avec lui pendant la faena, mais en camarguaise, on est nombreux en piste, ce qui complique davantage les chose. J’attache beaucoup d’importance à la race des taureaux, leurs caractéristiques, c’est très important, toujours dans le but de mieux les solliciter. Après, la tauromachie reste un vecteur d’imperfection, et on ressort souvent frustrés, avec le sentiment que l’on pouvait encore mieux faire. »
 
jc30a
 
Sans donner l’impression d’être un éternel insatisfait, Joaquim est avant tout un perfectionniste qui sait faire apprécier la qualité de ses gestes. Bien sûr, ça parait facile, mais on sait combien ça nécessite de travail de préparation. Pour être arrivé là où il en est, il faut évidemment être pétri de talent et le fait qu’il soit sorti de sa zone de confort, si on peut s’exprimer ainsi, pour se produire dans un autre type de tauromachie, même de façon exceptionnelle, dénote bien de l’éclectisme de son bagage. 
 
jc30b
 
En tout état de cause, l’exemple de Joachim Cadenas, contrairement à certaines idées reçues, prouve combien taureaux et toros peuvent faire bon ménage. D’autant plus quand ils trouvent face à eux un homme déterminé à les comprendre et à exercer son potentiel pour magnifier leur race. Qu’ils soient cocardiers ou toros de lidia. Quelque part, ça participe de ce que l’on appelle l’union des tauromachies, non ?
 
 jc30k
 
Avec Doumé, son homme de confiance...
 
jc30l
 
Verra-t-on au cours de cette temporada Joachim renouveler son expérience ? Mystère, mais qui sait… Certes, on ne peut pas courir deux lièvres à la fois et les choses sont bien établies, mais je crois savoir que les sollicitations ne manquent pas. Alors suerte… Torero !!!