Samedi 07 Décembre 2019
Antonio Barrera : Toujours prêt à lutter pour avancer…
Mercredi, 02 Mars 2011

ab03aa
Revenu d’Amérique avec quelques côtes touchées, Antonio Barrera va mieux. Il a repris l’entraînement et compte rapidement être prêt pour les prochains contrats qui l’attendent…

 

Dans la superbe finca familiale de La Campana, à Villaseco de los Reyes, en plein Campo Charro, j’ai rencontré un torero particulièrement décidé à l’orée de cette nouvelle temporada…

ab03f

Avec lui et son fidèle César Pérez, ex-matador puis banderillero de Juan Bautista et Serafín Marín, qui partage ses entraînements, avec aussi José Sánchez Benito, son beau-père, ganadero et ex-apoderado de Morante de la Puebla, nous avons fait le point sur le déroulement de sa carrière et les illusions qu’il met dans son futur proche…

ab03g

Après douze années d’alternative, Antonio se sent en pleine maturité et aborde l’avenir avec un enthousiasme de débutant. Natif de Séville, mais ayant principalement vécu à Barcelone tout en faisant de fréquentes irruptions au Mexique, il arbore une trajectoire qui atteste d’une maestría propre à forger le respect de l’aficion.

ab03d

Le plus souvent, Barrera doit affronter des élevages de respect qui ne l’ont guère épargné, comme en atteste notamment la blessure subie l’an dernier face aux Cebada Gago à Istres ou encore le sérieux accrochage de Nîmes, provoqué par un Fuente Ymbro devant lequel il avait fait preuve d’une entrega et d’un aguante irréprochables…

 ab03c

"J’ai effectivement été blessé à Istres, mais je n’en garde pas un mauvais souvenir. La plaza est très belle, et taurinement parlant, c’est un bon exemple de ce que fait la France pour les toros. Avec seulement trois mille places, faire venir les figuras comme le fait son directeur, Bernard Marsella, il faut être aveugle pour ne pas voir cette réussite ! L’organisation fait bien les choses, et j’ai pu noter ici la bonne santé de l’aficion. Malheureusement, l’an dernier, mon premier adversaire de Cebada Gago m’a pris sérieusement. J’ai cru que j’allais perdre un œil  et j’ai vécu des moments très angoissants.

ab03s

Lors de la voltereta, le toro m’a frappé avec le plat de la corne… J’avais un œdème aussi gros qu’une balle de tennis ! Pendant les quatre jours qui ont suivi, je n’y voyais pas du tout, j’avais l’œil complètement fermé et durant les deux mois qui ont suivi, je n’avais plus qu’un pourcentage minimum de vision, le nerf optique était enflammé… Je n’ai pas pu récupérer totalement la vision, mais heureusement, lors de la visite de contrôle, on a pu constater que je l’avais récupérée à 90 %, ce qui est quasiment un miracle ! Je n’ai même pas besoin de lunettes, et grâce à Dieu, tout est finalement rentré dans l’ordre, mais j’ai eu beaucoup de chance…

ab03y

L’empresa et la commission taurine ont eu la sensibilité de me redonner un contrat cette année dans un cartel de premier plan et je leur en suis très reconnaissant. Je crois que le fait de se mettre devant un toro est la profession la plus difficile au monde, il se passe parfois des choses pas très belles dans les oficinas, mais quand une empresa se comporte comme celle d’Istres, je crois que ça vaut la peine de faire des efforts pour être à la hauteur, et forcément, ça te motive. Et je ferai le maximum pour répondre au geste qu’ils ont eu envers moi !

ab03z

Si je fais le bilan de la temporada passée, je retiens quelques tardes triomphales, comme les trois oreilles de Barcelone obtenus face aux toros de San Miguel (Manolo González) ou encore les deux coupées à San Sebastián aux toros de Joselito. Ce sont des arènes où je me sens particulièrement à l’aise. Je sens que j’ai encore progressé comme torero, je ressens à l’intérieur de moi-même ces changements et ça me motive beaucoup. Malgré les blessures et quelques tracasseries dans la gestion de ma carrière, cette force devrait me porter pour que les gens voient bientôt le nouvel Antonio Barrera.

ab03yz

Une autre course qui a marqué ma temporada, c’est celle de Fuente Ymbro à Nîmes, une corrida plus agréable pour les aficionados que pour les toreros ! Je suis tombé sur un lot mobile mais compliqué, j’ai fait le maximum, et malgré la sérieuse rouste que j’ai subie, j’ai ressenti l’appui du public, ce qui m’a poussé à me donner à fond et j’étais très heureux de faire la vuelta.

ab03t

C’est assez curieux, au début, les gens sont plutôt froids, mais s’ils voient que tu torées avec entrega, alors ils se mettent avec toi avec beaucoup de respect. En outre, le cadre est incomparable, et quand tu sors dans une telle arène, tu sens une grande responsabilité car c’est un privilège de toréer ici. Je crois que quand tu triomphes dans cette arène, la satisfaction est encore plus importante. C’est une sensation assez complexe lorsque tu penses à ce que signifie cet amphithéâtre, avec tout son poids historique…

ab03u

Barcelone ? Ça me fait d’autant plus de peine que j’ai vécu longtemps là-bas, mon père avait une plaza portative et il montait beaucoup de courses dans les pueblos de Catalogne. C’est là où j’ai tué me premiers becerros et j’ai pu mesurer combien les choses se détérioraient petit à petit…

ab03h

Antonio et son beau-père, José Sánchez Benito

Ils ont fait les choses étape après étape, la première consistant à s’en prendre aux arènes portatives. On n’a pas assez donné d’importance à ça, puis ont suivi les plazas de moindre catégorie et peu à, peu, il n’est plus resté que la Monumental à qui ils ont donné le coup de grâce !

Quand tu ne permets pas à des jeunes d’entrer aux arènes, tu scies volontairement la branche. Et quand ils arrivent à quatorze ou quinze ans, ils ne savent pas ce qu’est la corrida et ils se tournent vers d’autres choses… C’était une stratégie à la fois politique et anti-taurine, basée esentiellement sur le rejet de tout ce qui symbolise l’Espagne.

ab03i

Antonio et César Pérez

Concernant mes engagements, j’ai toujours dû lutter pour gagner les contrats. Et Barcelone est un bon exemple, puisque même si je suis sorti par la grande porte à plusieurs reprises avec des corridas dures, ça ne me rapportait que d’être engagé la fois suivante… encore sur des corridas dures !

Pour la saison qui se profile, j’espère que mes problèmes physiques ne seront plus qu’un mauvais souvenir et que je pourrai montrer au public qui est le nouveau Antonio Barrera !"

Son premier engagement en France pour la temporada 2011 est celui d'Istres où il combattra le samedi 18 juin des toros de García Jiménez en compagnie de Morante de la Puebla et Manazanres...

LES DIVERS TROPHÉES

Outre dans le grand salon de la demeure principale, la plupart des trophées (y compris de chasse) et souvenirs personnels du maestro sont exposées dans une annexe appelée le « Rincón del Sentimiento »…

lc03n

ab03j

 

ab03k

 

ab03l

 

ab03m

 César Pérez arborant un cerf tué par Antonio

ab03n

L'épouse et la fille d'Antonio

ab03o

 

ab03q

 

ab03r

LA GANADERÍA LA CAMPANA

Acquise en 1998 par José Sánchez Benito, elle a été constituée principalement par du sang Domecq par El Ventorillo, puis par du Cuvillo...

lc03o

lc03m

lc03d

lc03e

lc03f

lc03g

lc03l

Cette vidéo pour mieux faire connaissance avec le ganadero…

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

 

 

Paul Hermé

logo uctpr 17

soler 2017

Affiches / Cartels