Jeudi 03 Décembre 2020
LOGROÑO
Dimanche, 22 Novembre 2020

oc22s

L’unique oreille, la dernière de la « Gira », pour Octavio Chacón lors d’une corrida entretenue de Victorino Martín...

Ultime corrida du cycle de la « Gira de Reconstrucción ». Quatre toros de Victorino Martín bien présentés, dans le type, donnant un jeu varié. Tous applaudis à l’arrastre.

log22x

Hymne national en milieu de paseo.

ach22h

Octavio Chacón (saluts et oreille) s’est fait applaudir pour son accueil capotero à son premier, le Victorino étant aussi ovationné à sa sortie pour ses hechuras et une armure veleta astifina. Deux piques sans relief dont le bicho est sorti en étalant quelques signes de faiblesse. Second tercio sans éclat avant une entame muletera appliquée par la droite. Chacón poursuivit par derechazos à mi-hauteur, parvenant progressivement à trouver le bon rythme par séries courtes et templées. Bien à gauche également, sans se départir toutefois d’une certaine prudence. Retour estimable à tribord puis naturelles en se confiant davantage, Octavio couchant le fauve par entière tombée au second envoi.

 

Son second s’est employé dans le capote, puis superbe placement au cheval par delantales, Chacón récidivant pour le replacer au centre... d’où le bicho tarda à s’arranquer, ce qu’il finit tout de même par faire pour un deuxième puyazo rectifié. Tercio de banderilles brouillon avant brindis au conclave depuis le centre, puis début par redondos soignés, le maestro de Prado del Rey faisant ensuite apprécier son aisance technique, notamment  sur de suaves naturelles. Faena très méritoire au son d’Opera Flamenca conclue par entière d’effet immédiat libérant logiquement un trophée. 

rp22h

Rubén Pinar (silence aux deux) accueillit le second par capotazos variés. Bien Puchano sur le premier puyazo avant un second trasero, le toro s’employant les deux fois. Bon quite par véroniques lentes de Chacón puis second tercio enlevé suivi d’un brindis au centre salué comme il se devait par le respectable. Désarmé sur les premiers doblones, l’Albaceteño se lança alors dans un trasteo gaucher en deux séries avant de changer d’aile, alternant dès lors les échanges avec une grosse volonté et affichant des arguments techniques de bon niveau, mais ne pouvant résoudre pour autant tous les problèmes posés par son opposant, réservant le plus souvent sa charge. Défaillance avec la tizona.

 

L’ultime prit un premier puyazo sans se rebiffer, n’affichant ensuite  pas plus de classe sur le second assaut. Ovation pour Ángel Otero au second tercio qui a salué après deux bonnes paires. Après un brindis à son père, faena marquée par un labeur remarquable à gauche en plusieurs séries ajustées, le Victorino ayant tendance toutefois à fléchir par moments les jarrets puis à baisser de rythme. Conclusion manquant d’efficacité. Sans parvenir à triompher, Rubén a distillé quelques séquences qui ont confirmé un potentiel intéressant pour ce genre de corridas. A revoir avec plaisir, tout comme Chacón, évidemment...

vm22l

L'éleveur Victorino Martín, également à la tête de la Fédération du Toro de Lidia, impliquée dans cette organisation...

Au terme de ce baisser de rideau qui dans l'ensemble a tenu ses promesses, sans être la course du siècle, bien entendu, le palmarès a distingué le toro « Mercenario », sorti en premier, le picador Manuel Jesús Ruiz « Espartaco », le banderillero José Alberto Aponte « Candelas » pour la brega, ainsi qu’Ángel Otero pour les banderilles...

(Photos : BMF et copies d'écran)

 

Paul Hermé

soler 2017

Affiches / Cartels