Jeudi 03 Décembre 2020
PANDÉMIE
Vendredi, 20 Novembre 2020

alb20ph

Les chiffres tombent, et hélas, ils ne sont évidemment pas bons...

Compte tenu de ce qu’a été la temporada 2020, rien ne peut nous étonner à l’heure du bilan, forcément catastrophique. Les toros n’en ont pas l’exclusivité, certes, mais eux aussi ont bu la tasse dans une proportion inégalée au plus loin que l’on puisse remonter.

En effet, le bilan qui vient de sortir pour l’Espagne fait état de pourcentages inquiétants : seulement 15% des arènes qui avaient donné course l’année précédente l’ont fait en 2020, et encore parfois  en version allégée.

Quant au bétail, les ganaderos n’ont pu sortir qu’environ 10% de sa globalité, comparé là aussi à la saison d’avant.

Avec de tels chiffres, et sans entrer davantage dans les détails, on comprend mieux combien la situation est préoccupante, encore plus si la pandémie s’installe durablement. Ce qui est vrai pour l’Espagne pouvant être constaté aussi chez nous. 

Reste qu’il faudra bien trouver des solutions pour sortir la tête de l’eau. Il y a déjà eu quelques amorces cette saison avec des initiatives personnelles ou venant de diverses entités ou clubs taurins, que ce soit dans des arènes ou des élevages. Tout cela a permis à quelques éleveurs d’écouler une partie de leur cheptel et à des toreros, à tous les niveaux, de ne pas vivre une saison blanche, ce qui d’ailleurs n’a pas été forcément le cas pour tout le monde.

Des pis-aller qui se sont avérés précieux, voire inespérés, mais quand on pense aux grandes ferias, aux arènes importantes, à certaines épreuves, notamment pour les novilleros, qui ont dû être annulées, ça ressemble tout de même globalement à un coup de descabello, pour ne pas dire de puntilla.

Combien de temps cela va-t-il durer ? Bien malin celui qui a la réponse, mais il faut au moins espérer une chose, en considérant notamment les dégâts que ça génère sur le plan économique, c’est que les conséquences soient les moins dures possible et qu’après la tempête, reviennent le plus tôt possible le beau temps. Ce qui doit probablement passer par une reconsidération du système et de quelques aménagements au cas par cas. Dans une perspective du maintien de l’activité, le challenge incontournable de demain...

 

Paul Hermé

soler 2017

Affiches / Cartels