Jeudi 02 Avril 2020
Arzacq, Mérida, Lucena, Ciudad Rodrigo, Encastes, Andalucía, Fiesta Campera…
Dimanche, 23 Février 2020

juan23wz

Le « Bayonne de Cristal » à Jesús Romero, excellents débuts de Juanito et le défi ganadero pour Casanueva…

Trois quart d’arène. Trois erales de Camino de Santiago (Jean-Louis Darré) (2ème, 3ème, 4ème) et trois de Casanueva (Guillaume et José Bats) 1er, 5ème et 6ème. Le 5ème, « Parrandero », n° 27,  vuelta à l’arrastre.

Sergio Rodríguez: une oreille et silence.

Jesús Romero: tour de piste et deux oreilles.

Jean Laroquette, « Juanito »: saluts et une oreille.

Le prix de l’Aconso a été partagé entre les trois novilleros. Jesús Romero a remporté le Bayonne de Cristal. Il est sorti en triomphe accompagné du ganadero.

Juanito a débuté en costume de lumière face à « Uno », n° 29, de Camino de Santiago.

Course bien proportionnée dans son ensemble pour ce genre de confrontation avec, rappelons-le, des jeunes gens qui débutent. Elle aura été globalement positive avec des moments meilleurs que d’autres. Les toros du Camino, second et troisième surtout, ont manqué de caste et fait preuve de faiblesse. Le quatrième, noble, est allé à más, il a duré mais a peu transmis.

Bravo à la famille Bats pour le trio du jour, le premier demandait beaucoup, mais canalisé, il avait sa faena. Sensationnels les deux derniers: humiliant avec race et répétant inlassablement leurs charges. Le cinquième fit une une vuelta qui aurait pu être répétée pour le dernier qui avait une corne gauche à encadrer. La course donc est allée à más grâce au ganadero de Montsoué.

sr23h

Sergio Rodíiguez était sans doute le novillero le plus expérimenté. Il l’a montré lors de son premier passage en imposant son toreo et en coupant un premier trophée, bien qu’il soit toujours difficile d’ouvrir les débats. Sa seconde faena face un toro faible, mais qui se reprit pour finir dans un bon tranco, séduisit plus les professionnels que le public. Les uns louaient la construction habile et la vision claire de ce travail, les autres trouvant qu’il y manquait cette touche d’enthousiasme et d’envie que l’on attend de la jeune génération…

jr23h

De l’enthousiasme, Jesús Romero n’en manque pas. Il le prouve dans tous les tiers: à la cape, aux banderilles, où il fut excellent à son second passage, à la muleta aussi où il est varié et un tantinet gonflé. Il se situe dans la lignée de ces novilleros-novilleros appréciés du public pour leur courage et une forme d’arrogance qui, même si elle ne se place pas dans les canons de l’orthodoxie taurine, emporte l’adhésion populaire. N’est-ce pas l’essentiel ? Ainsi, son estocade sans épée, au second toro, lui laissa quelques bleus, mais lui permit de couper deux oreilles et d’être l’incontestable triomphateur du jour.

 juan23h

Très bons débuts en costume de lumières de « Juanito ». Il y avait de l’appréhension dans son entourage. Il a démontré qu’il avait toute sa place dans ce cénacle. Il est tombé sur un manso de catégorie pour ses débuts. Mais il sut tirer son épingle du jeu de cette rencontre risquée, à la cape d’abord qu’il manie avec élégance, puis amenant l’animal au centre en le doublant par le bas avec goût. Il le tua comme il put, mais sortit la tête haute de ce combat douteux. Il se libéra tout à fait face au dernier, le conduisant sans mollir des deux côtés; à gauche surtout. Tout est fait avec classe et goût chez ce jeune Béarnais que l’on reverra avec intérêt. Il doit encore progresser avec l’acier s’il veut assurer les triomphes qui lui sont promis. Paris ne s’est pas fait en un jour; cette première journée est emplie d’espoirs.

Ambiance amicale (450 repas servis), public nombreux (plus de 700 spectateurs) et organisation impeccable. Que demande le peuple ?

Le matin, tienta avec les élèves d’Adour Aficion, ensuite Dorian Canton tua d’une grande estocade un bon novillo du Camino de Santiago qui prit deux piques.

(Pierre Vidal - corridasi - Photos : Roland Costedoat - Philippe Capdeville pour la photo de Juanito avec le bouquet)

MÉRIDA

Devant 2/5 d’arène environ et face à des toros de Laguna Blanca donnant un jeu limité, le mano a mano s’est soldé par la sortie a hombros des deux diestros.

mer23p

Manuel Escribano : applaudissements, applaudissements et deux oreilles.

Jesús Enrique Colombo : oreille, applaudissements et oreille.

mer23h

(Photo : Mundotoro - GJ Cerrada)

LUCENA

Devant environ une demi-arène et face à des novillos de Virgen María (1), Soto de la Fuente (2), Villamarta (3), Fermín Bohórquez (4 et 5) et Prieto de la Cal (6), triomphes d’Esaú Fernández, deux oreilles et la queue, de Manuel Carbonell et Manolo Vázquez, deux oreilles.

ef23h 

Oreille pour Rocío Romero, saluts pour Ángel Cachorro et silence pour Marc Serrano…

A l’issue de paseo, une minute de silence a été observée à la mémoire de Sebastián Borrero, frère d’Antonio Borrero Morano   « Chamaco », matador dans les années 50/60 dont le fils prit l’alternative à Nîmes en 1992 après un énorme parcours de novillero…

CIUDAD RODRIGO

Ce dimanche, le festival réservé aux meilleurs candidats du LXIVe Bolsín Mirobrigense a été dominé par Ismael Martín qui a coupé les deux oreilles de son eral de Manuel Santos Alcalde.

 Vuelta pour Fran Amaya et applaudissements pour Eric Olivera et Álvaro García Roldán.

ENCASTES

goya23h

ANDALUCÍA

aa23h

FIESTA CAMPERA

fc23x

 

Paul Hermé

soler 2017

Affiches / Cartels

 aff20arles

 stm22aff

al05aff

 ist27aff20

 ar14rizl Copie