Dimanche 12 Juillet 2020
Arles, Nîmes, Manizales, Serrano, Saint-Martin, Café Toro, Aztèques, Jeudi des Artistes, José.…
Mardi, 07 Janvier 2020

arl07wz

Tous les détails sur la présentation de la temporada d’Arles 2020…

 La nouvelle saison tauromachique arrive à grand pas…  

La Feria de Pâques aura lieu du 10 au 13 avril et comprendra une course camarguaise (vendredi après-midi), trois corridas de toros (samedi, dimanche et lundi après-midi), une novillada piquée (dimanche matin) et une corrida de rejón (lundi matin).  

La Feria du Riz, quant à elle, se déroulera les 12 et 13 septembre avec la traditionnelle « Goyesque d’Arles » le samedi après-midi, une novillada sans picadors le dimanche matin de l’école Taurine d’Arles et une corrida le dimanche après-midi.  

Nous retrouverons également la Cocarde d’Or le lundi 6 juillet, ainsi que des courses camarguaises et des spectacles équestres qui auront lieu tout au long de l’été (Le programme complet vous sera annoncé ultérieurement).  

arl07w

Pour cette nouvelle saison, nous vous proposerons deux Férias de qualité construites autour des plus grandes vedettes de toutes les tauromachies, de la nouvelle génération, mais également des meilleures ganaderías.  

Exceptionnellement pour cette année 2020, suite à des circonstances indépendantes de notre volonté, nous vous annoncerons le programme de la saison lors d’une conférence de presse le mardi 14 janvier à 11h à l’hôtel Arlatan (20 rue du Sauvage, 13200 Arles).  

Nous vous remercions pour votre fidélité et espérons vous retrouver lors de notre premier rendez-vous tauromachique à l'occasion de la Feria de Pâques.  

Toute l’équipe des Arènes d’Arles.

(Communiqué)

NÎMES

Remise en cause par Jean-Baptiste Jalabert de la décision de la ville de Nîmes ayant attribué la délégation de service public pour les arènes à la société Simon Casas Productions France…

jb06w

La nouvelle est tombée ce mardi et au motif de manque de transparence, la société « Porte des Consuls », avec Juan Bautista à sa tête, a donc décidé de déposer un recours auprès du Tribunal Administratif de Nîmes !

nim07h

On n’en sait guère plus pour le moment, mais il est fort plausible que les jours qui vont suivre devraient apporter sur le sujet davantage de lumière. Wait and see…

MANIZALES

Piètre bilan de la première corrida avec des toros de Paisbamba au jeu insuffisant pour la plupart face auxquels seul Luis Miguel Castrillón a pu, et su, tirer son épingle du jeu (saluts et applaudissements).

man07h

Silence aux deux pour Joaquín Galdós et Juan de Castilla.

SERRANO

Marc Serrano, vingt ans plus tard…

Il y a vingt ans, Marc Serrano, le torero nîmois, prenait l’alternative dans sa ville le  8 juin 2000 devant le taureau « Fusilero 9 », de l’élevage de Célestino Cuadri, avec pour parrain El Zotoluco et pour témoin José Luis Moreno. C’est le moment de faire le bilan avec Marc.

ms07h

-Quel souvenir gardes-tu de cette journée ?

- J’ai eu un sentiment de grand plaisir, un sentiment d’honneur aussi. C’était un rêve qui s’accomplissait : prendre l’alternative chez moi à Nîmes après mes premiers émois d’aficionado. La première corrida que j’ai vue, c’était à Nîmes. Quand j’avais 7 ans, j’attendais que les portes s’ouvrent à la fin du cinquième toro. Une corrida de Cuadri, c’était aussi un challenge car c’est un genre de courses que tu tues après quelques années d’alternative, avec plus d’expérience. Ce fut la concrétisation d’un rêve. J’en garde un très bon souvenir.

- Quel regard portes-tu sur ces 20 ans ?

- Ces vingt ans, je ne les ai pas vus passer. J’ai l’impression que j’ai pris l’alternative, il y a cinq, dix ans maximum. Il y a de très beaux souvenirs et des moments difficiles, lorsque j’ai très peu toréé. Si je devais le refaire, je le referais en tenant compte de mes erreurs. Mais je ne regrette rien. Ce sont des années positives.

- Quels sont les bons souvenirs et les mauvais ?

- Il y a eu des corridas au Mexique dont je garde un bon souvenir, à Nîmes aussi : la corrida de Victorino, celle avec six matadors. Je me souviens de bons moments à Vic. La confirmation de Madrid avec la corrida de Moreno Silva qui était un vrai challenge. Il y a eu d’autres corridas dans des endroits moins importants. Par exemple, les trois oreilles de Palavas avec des toros de Tardieu. L’oreille coupée à Alès. J’ai eu beaucoup de chance, au fond.

- Comment souhaites-tu célébrer ces vingt ans ?

- Je suis Nîmois, c’est là qu’est née mon aficion, là où j’ai pris mon alternative, ce serait naturel et en même temps un beau cadeau de fêter cet anniversaire chez moi. Ensuite, j’aimerais revenir à Madrid car c’est la ville où je vis désormais depuis 13 ans. J’ai eu la chance d’y toréer l’an dernier la corrida de Partido de Resina. Le lot ne m’a pas donné beaucoup d’opportunités, mais j’ai montré que j’étais un professionnel capable de lidier ce genre de corridas.

- Quel avenir pour le festival de Samadet que tu animes ?

- Pour ma part, je souhaite le pérenniser. Je le fais avec la peña « Al Violin ». Ce sont eux qui organisent, moi j’aide. S’ils veulent continuer, je serai là, avec grand plaisir. Ce serait dommage de ne pas le faire. Heureusement, nous avons des partenaires qui nous aident, heureusement les professionnels, ganaderos et toreros, viennent gratuitement. Le jour où ces gens n’apporteront plus leur pierre à l’édifice, ce sera impossible de continuer. Bon ! Le manque d’affluence, c’est une chose, mais le festival 2019 a été une réussite artistique. A Samadet, on met des toreros peu connus ou oubliés du public et souvent ils se révèlent. Cette année, nous avions programmé José Mauricio : il est sorti deux fois en triomphe de la Monumental de Mexico et c’est le triomphateur de la Temporada Grande. L’an dernier, nous avions mis López Chaves, l’année suivante il triomphait un peu partout. A Samadet, on est dans l’actualité et parfois même en avance sur l’actualité. Je souhaite donc que ça continue avec plus de succès public… 

(Propos recueillis par Pierre Vidal - corridasi)

SAINT-MARTIN

stm07h

CAFÉ TORO

ct07z

AZTÈQUES

Sortie du n° 10 revue de la revue de l'association « Mexico, Aztecas y Toros" qui comporte notamment un texte du philosophe   Francis Wolff et des reproductions d'œuvres du grand peintre taurin Marco Sikora. Elle sera cette année au prix de 10 euros au lieu de 15 l'an dernier afin de permettre la diffusion de la culture taurine le plus largement possible.

 az07h

On peut se procurer la revue dans toutes les bonnes librairies et auprès du président de l'association par mail de Jean François Nevière : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ou du vice-président Pierre Vidal : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

JEUDI DES ARTISTES

ja07h

JOSÉ

Les obsèques de José Pirès auront lieu ce mercredi 8 janvier à 9h à la cathédrale de Nîmes. L’inhumation aura lieu ensuite avec la seule présence de la famille…

 

Paul Hermé

soler 2017

Affiches / Cartels

 bez20aff

 ist20aff