Dimanche 08 Décembre 2019
Mexico, Román, Curiosité Péruvienne, Zambomba…
Lundi, 02 Décembre 2019

mex02wz

Triomphe de Joselito Adame à la Monumental de Mexico…

30.000 personnes environ. Vent. Six toros de Reyes Huerta et deux de Jaral de Peñas (4 et 8). Les 4 et 7 ont été crédités de l’arrastre lent, mais les autres ont donné un piètre jeu.

ep02h

Enrique Ponce : applaudissements et silence.

fb02h

Fabián Barba : silence aux deux.

ja02h

Joselito Adame : oreille puis deux oreilles.

pa02h

Pablo Aguado : silence aux deux.

La tarde a été celle de Joselito Adame qui s’est montré entreprenant et a gusto face au meilleur lot.

A son premier, Enrique Ponce a brindé par micro interposé à son banderillero Mariano de la Viña, le qualifiant de « grandioso »…

Prestation inégale et sans grand relief de Fabián Barba et concernant Pablo Aguado, à noter qu’il a confirmé son alternative. Faute d’avoir trouvé des toros encastés sur son passage, il n’a pu toutefois étaler le toreo que les aficionados attendaient…

Voir le résumé vidéo en cliquant ICI

(Photos : NTR Toros)

ROMÁN

Après avoir rompu les relations avec le groupe Nautalia, le matador de toros Román a conclu un accord d’apoderamiento avec Manuel Martínez Erice.

rom02h

Comme c’est souvent le cas, l’affaire s’est conclue par une poignée de mains pour une période indéfinie. Suerte !

CURIOSITÉ PÉRUVIENNE

Bien avant Andrés Roca Rey et Joaquin Galdós, le premier matador d’alternative péruvien était noir.

En effet, Àngel Custodio Valdez y Franco « El Maestro », fils d’un esclave d’origine africaine, naquit à El Ingenio (Nazca) le 2 octobre 1838.

per02h

Homme de forte corpulence, il débute sa carrière dans l’antique plaza de Acho en 1849 à l’âge de 11 ans.

En 1857 et 1858, il toréait à Acho en qualité de « toreo a pie » (péon)

Le 7 août 1859, il prend l’alternative à Acho de manière accidentelle. Étant au cartel en qualité de « toreo a pie » il actue avec Antonio Martín et José Ortega. Martin refuse de toréer le cinquième au nom de « Ají Mirasol » de la Ganadería de Toribio Zavala. Ortega se voit obligé de le tuer, mais le toro le blesse et lui inflige 7 cornadas. Ángel Valdez fut donc chargé de tuer le toro, ce qui lui valut l’alternative.

per02f

L’année suivante, il affronte pour la première fois à Acho une corrida en solitaire. Bon banderillero et bon tueur, il exécute la suerte de la garrocha et connaît ce jour là un succès retentissant qui va lui permettre de devenir l’idole du pays.

Il rentre l’année suivante en compétition avec un jeune Péruvien qui commence à faire parler de lui : Mariano Soria « El Chancayano ». Les deux vont écumer une bonne partie des plazas d’Amerique Latine.

per02s

Il se présente à Madrid le 2 septembre 1883, il a déjà 45 ans. Son fait d’arme, il le connaîtra 24 mai 1884 à Acho lors d’une corrida de la Sociedad de la Beneficencia Francesa. Ce jour là, il affronte le toro « Arabí Pacha », un semental de 10 ans, un animal plusieurs fois lidié et toujours « indulté » ! Volumineux, avisé, de mucho peligro, cet « Arabi Pacha », berrendo et astifino, est presque inapprochable et s’avère impossible à lidier.

Ángel Valdez profita d’un moment d’inattention du fauve pour lui enfoncer une estocade létale. Le public venu pour voir la mort de cet « immortel », lança cigares, monnaies et transporta « El Maestro » en triomphe.

per02g

On prête à ce Valdez plus de 500 corridas de toros. Il se retira des ruedos à l’âge de 71 ans et décéda en 1911.

per02k

Les noms d’Ángel Valdez et d’Arabi Pacha sont encore associés de nos jours puisque l’association des abonnés d’Acho décerne les prix éponymes au triomphateur de la saison et au meilleur toro et un azulejo rappelle le souvenir de ce matador noir sur un mur de la plaza d’Acho…

(Texte et illustrations : Jean Charles Roux)

ZAMBOMBA

Il y aura joie et allégresse dans la vie flamenca à Paris en ce mois de décembre, grâce au spectacle "Zambomba flamenca" les 13 et 14 à Flamenco en France…

Zambomba, ce mot a deux significations. Ce sont des célébrations festives reprenant des chants populaires: les "Villancicos". Elles ont lieu tous les soirs, durant les trois semaines précédant Noël, à la maison, dans la rue, dans les peñas flamencas. Mais, c'est aussi un instrument de musique qui accompagne le chant. En fait, une cruche couverte par un voile tendu, troué en son centre pour insérer un bâton produisant un fort son.

zamb02z

Suivez ce lien en entier "Navidad en Jerez" et retrouvez l'inoubliable Moraito, le fameux Diego Carrasco… ICI

Flamenco en France a demandé à Bastián de Jerez d'organiser une Zambomba. Il est originaire de Jerez, possède parfaitement le compás flamenco, a composé des letras pour Camarón et collabore souvent avec Diego Carrasco, le roi du compás. Il sera entouré de sa famille bercée par le flamenco dont le plus jeune, Manuel Gómez, âgé de 12 ans, qui déjà régale les fêtes flamencas à Jerez. Ils seront accompagnés à la guitare par le virtuose Dani Barba, originaire d'Andalousie.

zamb02p

Les 13 et 14 décembre, à Flamenco en France, un spectacle plein de gaieté et de fraîcheur.

Renseignements : ICI

 

 

Paul Hermé

logo uctpr 17

soler 2017

Affiches / Cartels