Jeudi 17 Octobre 2019
Saragosse, Vic, Boujan, Manzanares, De Justo, Serrano, Calanda, Dax, Pétition, Paris…
Vendredi, 11 Octobre 2019

sar11wy

Alternative méritoire pour Jorge Isiegas qui a coupé une oreille au toro de la cérémonie...

Arènes pleines, six toros de Núñez del Cuvillo inégaux de présence et de jeu.

« Encendido », N° 146, 540 kilos, a laissé une oreille à Jorge Isiegas pour la cérémonie, après avoir exécuté une faena de bon corte brindée à sa famille. L’ultime termina rajado et face à lui, Isiegas se confia, faisant un bel effort lui valant une chaleureuse ovation au terme de cette corrida somme toute entretenue.

Saluts et silence pour El Juli et oreille puis saluts pour Paco Ureña.

(Photo : Joël Buravand - Album)

VIC

Les ganaderías pour la Feria 2020 de Pentecôte à Vic…

vic11h

BOUJAN

Les 27 et 28 Juin 2020 se déroulera la feria « Toros y Campo » à Boujan-sur-Libron. Ce village de moins de 3000 âmes est désormais connu de tous ceux qui aiment le Toro Toro jusqu’au fin fond de l’Andalousie et du Portugal. Devenue la feria de novilladas la plus importante (par son nombre de spectacles) en France, elle soufflera en 2020 sa sixième bougie, non sans une certaine fierté !   Le club « Aficion Torista Boujan » a décidé de rester fidèle à ses profondes convictions, à sa ligne torista et à son attachement aux encastes minoritaires. Pour 2020, c’est l’encaste Saltillo que nous avons voulu mettre en avant avec deux de ses derniers représentants : les ganaderías Saltillo et Miguel Zaballos.

bouj11h

Le 27 juin après-midi, le retour des novillos de Miguel Zaballos sera un véritable événement ! Aucun de ses pupilles n’est sorti en piste depuis trois ans et Boujan aura la primeur de ce retour avec le lot de tête de camada.

Le 28 juin après-midi, ce seront les novillos de Saltillo, qui sèment la terreur dans les ruedos depuis quelques années. La corrida de Céret cette année en est le parfait exemple !

Le 28 au matin, et ce sera inédit à Boujan, un desafío ganadero entre ces deux ganaderias pour une novillada sans picador ! Deux erales de Saltillo et deux de Zaballos !

Enfin, l’affiche de cette année est réalisée à partir d'une photo de Mélanie Huertas, talentueuse jeune photographe, dont le souci permanent du détail nous a séduits !

bouj11x

Les cartels définitifs avec les novilleros seront dévoilés début février à l’occasion d’une soirée de gala sous le chapiteau (bien chauffé cette fois !) des arènes de Boujan…

(Communiqué)

MANZANARES

Miguel Ángel Perera et Paco Ureña se sont rencontrés récemment à Mas Ventas pour un mano a mano encore en mémoire pour les aficionados. Relation de cause à effet ou pure coïncidence, ils viennent tous les deux d’être appelés pour pallier le forfait de Manzanares, qui soigne encore une lombalgie, par l’empresa de la plaza de la Misericordia de Saragosse pour le Lorqueño et celle de la Maestranza de Séville pour l’Extremeño.

manz11h

Ce qui donnera les cartels suivants :

Saragosse, vendredi 11 octobre, toros de Núñez del Cuvillo pour El Juli, Paco Ureña et Jorge Isiegas qui prendra l’alternative (voir plus haut).

Séville, samedi 12 octobre, festival avec des toros de diverses ganaderías pour Diego Ventura, Morante de la Puebla, Miguel Ángel Perera, Cayetano, Pablo Aguado et le novillero Jaime González-Écija.

DE JUSTO

Lors de mon récent déplacement à Madrid, j’ai eu l’occasion de partager un moment de convivialité et d’amitié avec plusieurs aficionados autour d’une table à laquelle avait aussi pris place Ludovic Lelong « Luisito », et sa petite famille. Inutile de dire que j’an ai profité pour lui voler quelques instants en aparté afin de faire le point avec lui sur la temporada de son protégé Emilio de Justo…

luis11h

« Le miracle de la réussite d’Emilio vient avant tout du fait qu’on a là un torero exceptionnel ! Ce qui est incroyable, c’est qu’il se trouvait dans la situation dans laquelle il était ! Ce n’est pas tant que ce soit moi qui l’en ai sorti, ce qui était incroyable, c’est comment il était possible qu’un torero aussi bon que lui restait assis ! C’est peut-être la preuve que notre mundillo n’est pas aussi parfait que ça et que l’on est capables de passer à  côté de perles comme Emilio, mais d’autres aussi…

edj11e

Après, il est évident que l’une de ses grandes qualités, c’est qu’il a une aficion hors normes, il n’a aucune envie de faire autre chose et d’ailleurs, il le dit lui-même, il ne sait rien faire d’autre ! Pour lui, être torero, c’est un sacerdoce ! Il ne fait que ce qu’il croit que le Bon Dieu lui a dit de faire sur cette Terre ! Il est absolument dans cette dynamique, ne faisant qu’obéir aux ordres du Bon Dieu, lui disant qu’il sera torero et qu’il va lui donner les qualités pour l’être ! En fait, aujourd’hui, il gère sa carrière comme un sacerdoce. A ce propos, qu’est-ce qui l’oblige à tuer six toros de Victorino à Dax ou encore à demander les Baltasar Ibán à San Isidro ? Il veut laisser son empreinte de façon certaine, parce que c’est pour lui son sacerdoce, sa mission sur Terre !

Là où je rentre en jeu, je ne fais qu’exploiter ses qualités naturelles en essayant de les révéler, et je le dis souvent, si Emilio de Justo ne devient pas figura del toreo, il faut l’enfermer dans le coffre d’une voiture puis le jeter dans un ravin !!!

edj11h

Chaque fois, il me surprend, comme hier encore à Madrid. Il va au-delà de ce que je l’attends. On a toréé trente courses cette saison, en ayant perdu huit à cause notamment d’une blessure au scaphoïde, avec des hauts et des bas à cause d’une épée bipolaire… Ou il les a tués de façon magistrale, ou son épée a été quelque peu défaillante. Si Emilio avait bien tué tous ses toros cette année, on parlerait de vingt-cinq sorties a hombros ! Comme à Madrid pour San Isidro, comme à Albacete avec quatre oreilles au lieu de deux, et de tant d’autres….

Après, quel est le torero qui n’a pas connu parfois cette irrégularité ? Emilio a parfaitement conscience que c’est un domaine que l’on doit régler, on va travailler là-dessus. Après, on peut parler des après-midis incroyables, et il y en a eu pas mal, comme ce toro de Victorino à San Isidro, Albacete pour les deux oreilles coupées à un toro de Juan Pedro, bien évidemment l’encerrona de Dax qui a été un point culminant de sa carrière et de sa temporada française, et encore à Madrid où devant deux toros moyens pour l’Otoño, il a été capable de faire deux faenas de haut niveau, avec de l’engagement…

Comme je le répète, c’est vocationnel, son sacerdoce, il ne comprend la tauromachie que par le don de soi, par la pureté, la vérité, ce qu’on voit dans ses placements. 

edj11f

Pour l’Europe, il nous reste Jaén et un festival à Ávila. Mais on a déjà décidé de retourner en Amérique, au Mexique, en Colombie… après une nécessaire coupure morale car par rapport à sa tauromachie, c’est le plus dur, davantage que le physique.

Au sujet de la prochaine saison européenne, il n’y a rien de prévu dans le domaine de ce qu’on appelle des gestes, comme l’encerrona de Dax cette année. Est-ce que ça se présentera, est-ce qu’une arène nous proposera quelque chose qui s’apparente à ça ? Ou est-ce qu’Emilio en aura envie ? Très franchement, pour le moment, il n’y a rien de tout ça…

Enfin, en ce qui  concerne l’apoderamiento, j’en partage la responsabilité avec Tauroemoción et pour l’instant, notre collaboration se passe très bien car personnellement, je ne peux pas mettre mes pieds dans un bureau et Alberto ne met pas les siens dans un callejón pour lui expliquer comment il doit agir ! Nos rôles sont bien définis au départ et absolument complémentaires, il n’y a rien qui se fasse sans l’accord des uns et des autres, à commencer, bien entendu, par celui d’Emilio ! »

luis11j

Suerte Ludo, suerte Emilio, bonne route de l’autre côté du Charco et bonne préparation de la temporada 2020…

SERRANO

Suite à l’entrevista publiée hier, deuxième partie sur le sujet de la situation actuelle de la tauromachie…

« Je pense qu’en Espagne, il  y a eu une prise de conscience par rapport aux problèmes liés actuellement à la tauromachie. On a pu constater quelques réactions à ce sujet et je pense qu’il faut certainement continuer car on n’a pas du tout gagné la bataille.

On note toujours des attaques de la part des anti-corridas, mais on peut aussi constater une prise de conscience des politiques en ce qui concerne le paramètre économique avec des familles qui vivent de ça, mais aussi par l’impact des retombées financières.

Il s’est aussi produit, dans le domaine des partis politiques, un phénomène soit de rejet, soit d’acceptation et de promotion, qui semble être plutôt positif pour nous.

ms11h

Maintenant, en ce qui concerne la démarche de députées de proposer en France une loi d’interdiction d’accès aux arènes pour les mineurs de seize ans, il est clair qu’il s’agit d’une volonté de scier la branche de la transmission car lorsque tu ressens quelque chose quand tu es enfant, ça te suit toute ta vie, sinon il est difficile après d’y revenir. On le voit dans toute sorte d’organisation, lorsque l’on veut faire perdurer un courant quel qu’il soit, on éduque les enfants avec ce courant.

C’est bien pour ça que c’est un vrai danger contre lequel il faut réagir. Comment ? Je n’ai pas la réponse, mais il y a des entités qui s’occupent de la défense des cultures taurines et là, elles ont de quoi faire…

Je pense aussi qu’il y a de la part des professionnels un prise de position à avoir car à long terme, c’est je le répète un moyen d’éliminer la tauromachie, une profession, et par conséquent, de laisser des familles dans le besoin !

Ce qui vaut pour les professionnels, vaut aussi pour les politiciens. Dans nos régions, on en voit pas mal aux arènes quand c’est de bon ton d’y être, mais pour le moment, on ne les voit pas trop monter au créneau, sauf quelques exceptions, alors qu’il serait bienvenu de les voir défendre nos cultures taurines... »

CALANDA

Avec Román Pérez...

rp11f

DAX

dax11h

PÉTITION

"Contre l'interdiction des moins de 16 ans aux Corridas"

Ce n’est pas la seule mais bon, ce sera peut-être le cas pour vous d’affirmer votre opposition au projet d’interdiction de l’accès aux arènes pour les mineurs de seize ans en signant cette pétition... 

Pour la signer, cliquez ICI

PARIS

Torero romantique à l’âge d’Internet, il est l’incarnation exemplaire du héros épique, celui dont la force de caractère et la passion pour son art lui permettent de surpasser tous les obstacles et de renaitre après les épreuves les plus dures. Sa personnalité et son don de lui-même pour le toreo et pour le public lui ont conféré le statut de personnage de légende ; successivement "Ciclón de Jerez" et "Pirata", il a offert à tous les aficionados des souvenirs impérissables.

Au terme de vingt saisons d’exploits dans toutes les arènes de la planète taurine et après sa brillante tournée d’adieux de 2018, il avait promis de revenir au Club Taurin de Paris qu’il avait gratifié de sa présence chaleureuse et amicale en novembre 2006.

jjp02k

C’est donc pour nous un honneur tout particulier et un vif plaisir d’accueillir

Juan José PADILLA

le mardi 29 octobre 2019

à partir de 20h

au Grand salon « Spindler » du restaurant « Chez Jenny »

39, Boulevard du Temple Paris (3e), M° République    

Participation aux frais, comprenant la soirée, précédée d’un apéritif et suivie du dîner : membres du Club : 35€, jeunes jusqu’à 25 ans (à jour): 15€, hôtes de passage : 50€.  

Vous pourrez à cette occasion vous mettre à jour de votre cotisation annuelle ou adhérer au Club. Montant des cotisations : individuels : 60€, couples : 100€, jeunes : 20€.  

Afin de faciliter l’accueil, il est impératif de s’inscrire par mail en répondant à ce courriel, ou à l’adresse Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

(Communiqué)

 

 

Paul Hermé

logo uctpr 17

soler 2017

Affiches / Cartels