Samedi 07 Décembre 2019
Castella, Béziers, Dax, Madrid, San Sebastián...
Vendredi, 16 Août 2019
sc15wz
Sébastien Castella a levé le voile sur ses vingt ans d'alternative en 2020, temporada au cours de laquelle il effectuera notamment le geste de lidier les quatre corridas de la Feria biterroise...
Pendant longtemps, la Place Emile Zola de Béziers servit notamment, durant la Feria d'Août, de cadre au Bal à Papa... Mais les temps ont changé et à présent elle est débaptisée pour ces quelques jours de fêtes, devenant la "Plaza Toros y Caballos", ce qui dit bien ce que ça veurt dire...
sc15a
Ainsi, sous l'égide d'Esprit du Sud 34, de la Fédération des Clubs Taurins du Biterrois et de l'Ecole taurine de Béziers Méditerranée, diverses manifestations seront organisée durant ces quatre jours, comme des tientas, tertulias, animations pour les enfants, taureaux piscine, cavaliers andalous, jeux gardians...
Ce matin,  Loren a animé la séance avec Sébastien Castella qui s'est livré de bonne grâce, comme l'avaient fait avant lui quelques élèves de l'école, à une sorte de happening, esquissant les gestes déployés lors d'un faena avec une muleta trempée de peinture, pour laisser son empreinte.
sc15b
Il convient de préciser encore que Loren Pallatier a aussi décoré les arènes pour cette corrida baptisée "corrida de la Culture Méditerranéene" et qu'il expose en outre, au Musée taurin de la rue Massol ses "Bleus Minautore".
Pour le maestro biterrois, l'occasion était aussi de livrer quelques réflexions sur ce que devrait être le vingtième anniversaire de son alternative, qui ira de pair notamment avec son inverstissement pour la tauromachie à Béziers. Aux côtés du maire, Robert Ménard, de Michel Bousquet, Robert Margé, Bernard Mula et d'autres représentants du monde politique et taurin, Sébastien a rappelé son attachement à sa ville et sa volonté de s'y investir dans le futur, à commencer justement par l'annonce de son intention de toréer l'an prochain les quatre corridas de toros de la Feria, dont celle de Miura qui feront leur retour !
sc15c
Nous aurons l'occasion de revenir plus en détails sur ses déclarations et son inverstissement pour sa ville et pour étayer sa volonté de se lancer un tel défi, Sébastien a ouvertement demandé le soutien de l'aficion locale. D'après les premières réactions, il semble bien que cette adhésion est déjà acquise...
BÉZIERS
Trois quarts d'arène environ. Soleil, mais avec vent. Ouverture par une Corrida de la Culture Méditerranéenne. Six toros de Núñez del Cuvillo inégaux de présence et de fonds, la plupart mansos ou de caste limitée.
bez15k
En préambule, pour la décoration des arènes et son implication dans cette feria, Loren reçut en piste un vibrant hommage de la part de Michel Bousquet, président de l'Union Taurine Biterroise, auquel fut associé Robert Margé.
sc15k
Sébastien Castella (palmas et oreille) ouvrit les débats avec un adversaire qui est allé deux fois au cheval avant une entame décidée de faena débutée au fil des planches et poursuivie par plusieurs échanges méritoires avant que tout ne se dilue en même temps que le Cuvillo baissait de ton. Entière. Le quatrième ne tarda pas à afficher sa mansedumbre, notamment sur ses deux passages au cheval. Bon second tercio puis brindis à l'assistance d'un trasteo débuté par deux cambios au centre, puis derechazos harmonieux en se fendant. Pour maintenir l'intérêt, Sébastien se lança par la suite dans des échanges plus encimistas, finissant par un desplante après avoir jeté sa muleta, puis par entière. Déçu de n'avoir reçu qu'un seul trophée, il s'en débarrassa promptement avant de s'engager dans une vuelta chaleureusement fêtée.
map15k
Miguel Ángel Perera (applaudissements aux deux) était venu remplacer Andrés Roca Rey. Son premier a été piqué a minima et Miguel brilla sur un quite par chicuelinas avant une longue faena brindée à l'assemblée qui comprit de bons moments, notamment lors d'un final au plus près. Entière au deuxième envoi et descabello. Le quinto a été piqué en deux fois sur le passage, se montrant manso et donnant plus tard peu de relief à un trasteo méritoire, mais qui ne lui permit pas de réussir le desquite. Entière.
toñ15k
Toñete (silence aux deux) ne put briller face à un premier client qui n'avait de la caste qu'une lointaine idée et qui ne tarda pas à aller trouver l'abri du toril. Le Madrilène étala sa volonté et conclut d'une demie tendida. Ce fut un peu pareil avec l'ultime lors d'un combat brindé à Loren comprenant certes quelques échanges valeureux, mais sans faire grimper la température sur les gradins. Entière.
DAX
Jeudi matin. Première de féria. Quasi  lleno. Toros de Victoriano del Río (4º bis) et un de Toros de Cortés (2º), justes de présentation et manquant de race.
ep15k
Enrique Ponce : silence et oreille.
manz15k
 
Manzanares : silence et oreille.
 
cay15k
Cayetano : silence aux deux.
 
Pas grand-chose à retenir de cette première corrida dacquoise, si ce n’est qu’elle a été celle de la réapparition en France de Ponce après sa blessure au genou, et de la cuadra Bonijol après sa mise en quarantaine pour des raisons sanitaires.
Les toros de Victoriano del Río, justes de présentation et de forces, sont sortis nobles, mais ont manqué de race et de fond.
 
Seul le sobrero sorti en quatrième position avait un peu d’énergie et de caste. Il a permis à Ponce de réaliser la meilleure faena de la matinée. On a retrouvé la classe et la technique du torero, mais aussi sa propension à toréer sans se croiser et parfois à utiliser le pico. De sa faena, on retiendra les doblones genoux ployés et les poncinas finales.
Manzanares a toréé du bout des doigts un premier toro noble et fade. Il s’est un peu plus investi  à son second qu’il a toréé avec élégance, avec plus de lenteur que de temple, mais de manière profilée et sur le pico.
Les deux figuras ont coupé une oreille chacun. Cayetano a peu de recours technique. Il a fait assassiner ses toros au premier tiers. Pour le reste, pas grand-chose à retenir.
Tarde. Seconde de la Feria. Lleno de “No hay billetes”.
Toros de Pedraza de Yeltes.
On attendait les toros de Pedraza et Daniel Luque. Très bien présentés, ils ont pris quatorze pique parfois trop longues, partant parfois de loin et employant leur force au contact du groupe équestre. Au troisième tercio, nobles, ils ont manqué de longueur de charge et se sont éteints assez rapidement, à l’exception du quatrième qui a plus duré.
och15w
 
Pas grand-chose à retenir des premières faenas de Chacón et de Leal face à des bichos courts de charge. Chacón a touché en quatrième position un toro noble qui partait de loin et faisait « l’avion » dans la muleta. Il a exploité les qualités du toro pour construire une faena appliquée, sincère, mais qui manquait de sens artistique. Il a coupé une oreille (pétition majoritaire), mais il y avait probablement mieux à faire.
dl15k
Appelé à saluer avant la sortie de son premier toro, Luque a su imposer une faena à un Pedraza tardo et qui n’humiliait pas. Un début très technique, puis le maestro baisse la main et torée avec beaucoup de profondeur, avec un très beau final sur un terrain réduit. Malheureusement la mise à mort longuette et la maladresse du puntillero a privé le torero de Gerena de tout trophée, si ce n’est une vuelta très chaleureuse. Le cinquième toro, très impressionnant à la pique, mais éteint à la muleta n’a pas permis le desquite. Le second toro de Juan Leal manquait de fond.
 
jl15k
L’arlésien, après de timides débuts à droite, enchaine de bonnes séries de naturelles, avant que le toro n’aille à menos. Le final plus trémendiste n’a pas porté sur le toro et à provoqué une réaction négative d’une partie du public .
(RT - corridasi - Photos : Roland Costedoat et Ferdinand De Marchi)
REMPLACEMENT DE TOMÁS CAMPOS
Hier à Madrid, Tomás Campos s’est blessé face au 3ème toro d'El Torero. Il sera remplacé par Juan Ortega pour la dernière corrida de la Feria dimanche 18 août à 18h face aux Santiago Domecq...
ROQUEFORT
Grand spectacle des La Quinta
 
Dimanche novillada des fêtes. 1/2 arène.
Six novillos de la Quinta.
Aquilino Giron: une oreille et saluts.
Rafael González: une oreille et une oreille après avis.
Cristobal Reyes saluts après avis et vuelta.
Saluts du banderillero Vicente Ruiz au cinquième.
roq15k
 
Sortie en triomphe du mayoral de La Quinta et de Rafael González.
Du grand spectacle hier à Roquefort grâce à un lot de La Quinta qui aura tenu le public en haleine de bout en bout. Un ensemble bien présenté avec plusieurs toros applaudis à leur sortie: armés pointus, dans le type, harmonieux, sérieux de trapío, la palme revenant au dernier. Le ramage a été à la hauteur du plumage, tous les toros ont été complets: braves à la pique et nobles par la suite.
Il y eut des nuances et c’est bien normal, les plus nobles ont été les seconds et quatrièmes, des toros qui avaient pris chacun deux belles piques et qui procurèrent des troisièmes tiers haletants, sans jamais baisser la garde, répétant en humiliant. Le second aurait pu faire une vuelta. Les plus braves ont été le troisième, qui fut piqué au regatón par Jean-Loup Aillet qui salua, et le sixième qui prit quatre grosses piques données par Tito Sandoval, très applaudi. Le quatrième renversa deux fois le cheval.
pic15k
Tito Sandoval
Tous les toros ont fini la bouche fermée et ils furent tous applaudis à l’arrastre. Le premier avait une pointe de sosería et le dernier s’arrêta dans la faena en raison sans doute du grand tiers de pique qu’il avait supporté (quatre très appuyées).
ag15k
Evidemment, ce n’était pas facile d’être à la hauteur de ce sextuor exigeant et d’une telle qualité. Les coletudos ont fait ce qu’ils ont pu et sans doute ont-ils été un poil en dessous de la qualité de l’opposition. Aquilino Girón, qui avait impressionné l’année précédente et qui lui avait valu une oreille. Il fut mieux au second, peut-être le meilleur de la tarde, qu’au premier, tué d’un estoconazo récompensé. Aquilino sort, nous dit-on, d’un moment difficile, sa prestation roquefortoise sans atteindre les sommets lui aura redonné confiance.
rg15k
On qualifiera le toreo de Rafael González d’appliqué et de sérieux. Il fit ce qu’il fallait hier pour s’assurer une sortie en triomphe méritée. Cette application est marquée par un certain académisme. Ce manque de personnalité, c’est sa limite. Par contre, il possède une technique aboutie qui lui a permis la mise en valeur ses opposants en les citant de loin et en les conduisant par le bas dans des séries de qualité. Deux bonnes estocades, la seconde spectaculaire.
cr15k
Beaucoup de personnalité et d’enthousiasme chez Cristóbal Reyes, qui même s’il eut le lot le plus âpre et s’il est encore vert, ne se dégonfla jamais. On aura particulièrement apprécié son premier passage à la cape où il brilla, enchaînant les véroniques aux chicuelinas. A la muleta, il ne céda rien mais en même temps, il ne put pas grand chose, surtout face au dernier, trop vite arrêté. Malgré un bajonazo, une partie du public, sous le charme de l’entrega et du charisme de cette belle promesse, demanda pour lui une oreille que le palco n’accorda pas, entendant ainsi une bordée de sifflets.
Au total, une tarde passionnante où l’émotion était présente à chaque minute. On est heureux de cette réussite pour les organisateurs de Roquefort qui se donnent tant de mal pour conserver à cette arène si typique, sa catégorie.
(Pierre Vidal - corridasi - Photos : Anaïs Cazenave)
MADRID
Un quart d'arène, toros de Martín Lorca charpentés, mais manquant de fonds la plupart.
Fernando Robleño : saluts et applaudissements.
 
Sebastián Ritter : silence aux deux.
Juan Ortega : saluts et silence.
SAN SEBASTIÁN
Trois quarts d'arène, toros de Capea pour le rejón et de Domingo Hernández et Garcigrande (2).
elj15k
Triomphe d'El Juli qui a coupé l'oreille de son premier et les deux oreilles de son second.
Applaudissements et saluts pour Pablo Hermoso de Mendoza et saluts aux deux pour Pablo Aguado.
(Photo André Viard)
 

Paul Hermé

logo uctpr 17

soler 2017

Affiches / Cartels