Samedi 23 Février 2019
Nîmes

jb16wx

Journée de clôture marquée par le triomphe de la terna le matin : Juan Bautista pour sa dernière dans cette arène, Sébastien Castella et Léa Vicens, puis l’après-midi, face à de bons toros de Victorino, triomphe d’Octavio Chacón et blessure pour Pepe Moral...

Matin. Beau temps, arènes quasiment pleines. Un toro de Carmen Lorenzo et un autre de Capea pour Léa et quatre Núñez del Cuvillo donnant dans l’ensemble du jeu, l’ultime étant crédité de la vuelta posthume.

jb16a

Marseillaise entonnée par le public debout à l’issue du paseo... Pour Juan Bautista, tout de blanc vêtu, il s’agissait de faire ses adieux dans une plaza dont il est sorti par la Porte des Consuls à quatorze reprises au cours de sa carrière. Pour la circonstance, Jean-Paul Fournier, maire de Nîmes, lui a remis un souvenir aux côtés de son adjoint à la tauromachie, Frédéric Pastor.

lv16a

Léa Vicens (oreille et oreille) débuta face à un adversaire distraído de salida dont elle brinda la faena à Juan Bautista. Montée sur Bach, elle dut s’évertuer à l’intéresser pour placer deux farpas. Suivirent alors les banderilles avec Bético et Diluvio, puis les courtes avec Deseado. Une prestation enlevée et le plus souvent précise conclue en deux fois avec Espontaneo. Le quatrième, de Capea, n’était pas lui non plus l’adversaire idéal pour la pratique du rejoneo, s’avérant long à placer avec Guitarra à cause de sa mansedumbre. Banderilles inégales avec Bético, quiebros avec Bazuka, puis courtes avec Greco avant de conclure avec Espontaneo par rejón puis descabello. Nouvelle oreille au terme d’une prestation en demi-teinte à cause principalement d’un opposant qui ne l’a guère aidé, et sortie plus tard par la porte des cuadrillas.

jb16b

Juan Bautista (deux oreilles et deux oreilles) dut répondre à une chaleureuse ovation de bienvenue. Après deux rencontres, brindis à Simon Casas d’une faena débutée en donnant la distance sur la rive droite poursuivie au son de la Concha Flamenca par quelques échanges serrés et allurés, prenant le dessus sur un toro à la charge considérablement réduite avant un final plus encimista puis un recibir qui libéra deux trophées.

jb16c

 Le quinto prit deux bons puyazos puis le public demanda à l’Arlésien de banderiller une dernière fois, mais il préféra laisser le soin à sa cuadrilla d’assurer ce second tercio. Brindis à l’assemblée d’un trasteo au cours duquel Jean-Baptiste afficha une dernière fois poder et maestría technique, le tout saupoudré de détails très toreros. Final par bernardinas, metisaca recibiendo puis entière.

sc16a

Sébastien Castella (deux oreilles et deux oreilles et la queue) se fit applaudir avant d’accueillir son premier qui prit deux piques, trasera la première. Bon début de faena arrodillado, le Biterrois gagnant le centre pour exécuter des enchainements ajustés, pieds joints, dans un pouce de terrain, qui ne tardèrent pas à déclencher la musique. Bonnes réponses du Cuvillo qui permirent à Sébastien de sortir le répertoire avec justesse et entrega, son faenón étant conclu par entière. Avec le jabonero qui ferma la séance, Sébastien fit passer le susto au capote lorsqu’il perdit l’équilibre pour se retrouver quelques instants à la merci des cornes. Le Cuvillo lui pardonna la vie et après deux bonnes piques et un second tercio qui vit Rafael Viotti se mettre en évidence, avec saluts à la clé, notamment sur une seconde paire qui vit l’Arlésien frôler la correctionnelle. Brindis à l’assistance, deux cambios au centre puis muletazos millimétrés déclenchant la musique. La suite avec une précision et une grâce dans les gestes lors de mouvement aboutis qui transmirent aux tendidos. Estoconazo libérant tous les trophées.

Voir le résumé vidéo de cette corrida en cliquant ICI

Après-midi. Demi-arène, toujours beau temps. Six toros de Victorino Martín entipados, bien armés, donnant un jeu inégal mais toujours intéressant. Le mayoral a fort justement salué à l’issue de la course.

vm16a

Les trois diestros étaient venus confirmer leur alternative, ce qu’ils firent entre eux à tour de rôle.

nim16w

Une circonstance rare, peut-être même unique. Après le paseo, ils ont été invités à saluer...

oc16a

Octavio Chacón (oreille et oreille) débuta avec un adversaire applaudi à sa sortie pour ses hechuras, comme allaient l’être plus tard plusieurs de ses frères, pour ne pas dire tous. Bon capoteo puis deux piques mettant en évidence la volonté de Chacón de faire briller son adversaire en le plaçant très loin, mais comme c’est assez souvent le cas , le toro  a avancé pour se mettre à sa place avant de foncer. Après ce bon tercio, Octavio dut faire front à quelques attaques vicelardes aux mauvaises intentions bien affichées. De ce combat pour le moins âpre et indécis sont ressortis l’envie et le poder d’un diestro qui s’exposa sur plusieurs séries ambidextres avant de plonger une entière. Son second a été accueilli par l’hymne désormais célèbre « Allez Nîmois » entonné par quelques supporters qui venaient d’apprendre la bonne performance des joueurs de Nîmes Olympique à Bordeaux. Olé !!! Retour aux affaires taurines avec un bicho qui allait prendre ses deux puyazos, le premier sortie fermée et le suivant plutôt imprécis. Second tercio médiocre puis brindis au conclave d’une faena donnée courageusement à un Victorino bien décidé à vendre chèrement sa peau qui le mit en garde d’emblée.

oc16m

Octavio releva le défi avec cran pour récolter les fruits d’un bel effort après trois quarts sin puntilla au second envoi.

edj16a

Emilio de Justo (saluts et oreille) a justifié sa flatteuse réputation, mais a manqué une belle occasion à son second de repartir a hombros à cause du verdugo. Après deux rencontres, il brinda à son apoderado Luisito, bien connu en ces lieux, une faena indécise au cours de laquelle il s’exposa avec vaillance et aguante pour tirer à la voix tout ce qu’il put d’un animal peu enclin à s’en laisser conter. Entière au second envoi. Le quinto sortit en trombe et s’employa au capote, puis après deux assauts, le second par dose homéopathique, Emilio éluda les pièges pour se sortir avec autorité de situations dont il se montra à son avantage, grâce notamment à plusieurs séries ciselées avec temple et entrega. Conclusion par cañonazo, mais la suite traina un peu, trois descabellos venant alors le priver de la seconde oreille.

pm16k

Pepe Moral (vuelta et oreille - blessé) dut s’entendre avec un premier client qui prit deux piques sans s’employer, et après un second tercio lamentable, il brinda aux tendidos une faena au cours de laquelle il allait pouvoir se relâcher afin d’imprimer un cachet artistique à son combat au son d’Opera Flamenca. Une œuvre bien reçue sur les gradins que seul le maniement du descabello après entière tendida allait altérer. Mais incontestablement, tout comme ses deux compañeros, il venait de frapper les esprits lors de cette corrida télévisée propre à étayer une réputation. Belle arrancada de l’ultime sur la première rencontre avant une seconde où le toro mit encore les reins. Après un second tercio qui vit Rafael González et Pascual Mellinas saluer, la corrida allait hélas basculer. En effet, après un brindis par le micro de David Casas, Pepe se fit violemment accrocher et malgré son insistance à vouloir poursuivre, ce qu’il fit un temps, mais il dut être promptement évacué vers l’infirmerie aux cris de « Torero, Torero », puis l’hôpital, Chacón clôturant la séance à sa place. Oreille remise à son confiance. Auparavant, lui aussi avait confirmé ses excellentes dispositions. Bulletin médical : deux cornadas, une au scrotum, et une autre, toutefois superficielle, dans le triangle de Scarpa. 

pm16f

Visiblement, à la sortie, le public marquait sa satisfaction et demandait à revoir ces trois diestros pour le moins méritants...

Voir le résumé vidéo en cliquant ICI

 

Paul Hermé

logo uctpr 17

soler 2017

Affiches / Cartels

 lq19aff

 stm19aff

 arl19aff

 al23aff

 ist25aff