Lundi 19 Février 2018
Saint-Gilles, Rion, Maubourguet, Adoureño, Bilbao, Michelito…
Lundi, 21 Août 2017

tj20wz

Triomphe de Thomas Joubert qui a coupé  quatre oreilles aux toros de Robert Margé…

La première satisfaction de cette corrida aura été sans conteste l’affluence puisqu’à l’heure du paseo, les arènes Emile Bilhau affichaient un plein qui prouvait bien que lorsqu’un cartel est attrayant, les aficionados se déplacent en nombre.

rm20k

Malgré le mistral qui s’était invité, le temps était au beau fixe et avant que ne débute cette course, il a été rendu hommage au micro à Nimeño II sous la forme d’un poème.

stg20k

Ensuite, la baryton Frédéric Cornille a entonné La Marseillaise puis l’air de Carmen pour un paseo à l’issue duquel une minute d’applaudissements a été observée en hommage à Iván Fandiño qui était au cartel de la précédente édition.

rm20w

Six toros de Robert Margé de présentation correcte pour la catégorie, inégaux de forces et de comportement, peu piqués la plupart. Le sixième a été crédité d’une vuelta posthume.

sc20k

Sébastien Castella a lancé les débats avec un opposant qui prit une pique trasera avant un bon quite par chicuelinas. Doblones suaves puis trasteo inégal face à un bicho qui ne transmettait guère, agrémenté toutefois de plusieurs séries harmonieuses, bien que quelque peu contrariées par Eole. Grande série de naturelles avant de conclure par pinchazo puis entière. L’oreille tombée du palco a été contestée par un secteur du public, aussi Sébastien s’en débarrassa vite et ne fit pas la vuelta. Son second prit un monopuyazo au sortir duquel Morenito d’Arles se retrouva au tapis en mauvaise posture pour avoir trébuché devant le Margé. Il s’en sortit heureusement par une esquive qu’on pourrait qualifier de nouvelle suerte ! Face à un adversaire qui n’avait rien perdu de sa violence, Sébastien fit front, débutant par le haut et aguantant la menace sans pouvoir réellement s’imposer, les aciers n’arrangeant rien. Le quinto a été piqué en deux fois puis Rafael Viotti écouta une ovation méritée avec les palitroques. A la muleta, rien ne fut évident face à un opposant menaçant de bout en bout avec lequel tout espoir de réussir le desquite s’est vite envolé. Entière contraire et deux descabellos.

tj20k

Thomas Joubert a été bien soutenu par un public visiblement désireux de le revoir après quelques sorties prometteuses, certes, mais hélas pour lui, non génératrices de contrats. Après un enchainement de véroniques, chicuelinas et rebolera, le Margé allait recevoir une unique piqûre dont il sortit en accusant sa faiblesse. Avec l’accompagnement de « Caridad del Guadalquivir », Thomas allait ensuite composer un trasteo appliqué comprenant plusieurs mouvements risqués. Il essuya d’ailleurs une bousculade sans mal puis termina son labeur par cinq bernardinas avant une conclusion en plusieurs tentatives. Le quatrième a été aussi monopiqué et par la suite, Thomas débuta sa faena genoux dans le sable. Un trasteo marqué par la volonté, l’entrega et l’aguante, la muleta étant parfois enganchée, mais aussi assez ferme sur plusieurs échanges plus aboutis. Demie a recibir et gag présidentiel avec sortie de mouchoirs en plusieurs temps. Après qu’un trophée lui ait été remis, l’alguazilette courut vers le desolladero pour récupérer un second pavillon… qui ne s’imposait pas !  Sortit ensuite en dernier lieu le toro de la vuelta, qui ne s’imposait pas elle non plus. Le bicho prit deux rations de fer puis après un quite de Jérémy Banti par tafalleras, l’Arlésien brinda au conclave une faena cadencée au son de « Nerva ». Quelques passages harmonieux dans son style personnel exécutés face à un toro qui chargeait, certes, mais sans grande classe. Pour mettre un terme à cette corrida, Thomas enfonça un canonazo qui compta pas mal dans l’obtention de deux trophées, sortant un peu plus tard a hombros. Une corrida triomphale pour ce torero qu’on aimerait voir plus souvent. Triomphale, disais-je, voire un brin triomphaliste…

cft20k

En matinée, avec les conseils de Christian Lesur et Juan Villanueva, les « Minots Toreros » du CFT ont fait admirer l’avancement de leur toreo face à quatre vaches d’Olivier Fernay. Enhorabuena à tous, depuis notamment le Nino, Rafael Ponce de Leon, Quentin ou encore Fabien, entourés par Solalito et Adam Samira, ainsi que les plus petits, à l’image de Killan, très volontaire avec les palos. De la bonne graine de toreros avec le blé qui lève…

RION

El Rafi a été désigné triomphateur de Rion des Landes avec une novillada imposante de Valdefresno…

raf20k

Silence aux deux pour Manuel Dioslegaurde et silence puis oreille pour Ismael Jiménez.

En matinée, silence pour Dylan Raimbaud et deux oreilles pour Dorian Canton et Yon Lamothe.

(Photo : Christian Lamoulie)

MAUBOURGUET

Novillada sans picador des fêtes: une moitié d'arène. Trois novillos de Sánchez Fabrés (1, 5 et 6) et trois de Sánchez Arjona (2, 3 et 4). Vuelta du quatrième, "Tallador", n° 42.

Hector Gutiérrez: une oreille et vuelta.

Joao d'Alva : silence après un avis et une oreille.   Yon Lamothe: silence après avis et deux oreilles.

Le prix de l'Accosso a été partagée entre Hector Gutiérrez et Yon Lamothe.

Une minute de silence a été respectée à la mémoire d'Iván Fandiño.

Les petites arènes méritent mieux que le sort que leur réservent les aficionados, c'est également vrai pour les spectacles dits mineurs. La preuve, nous l'avons eue une nouvelle fois à Maubourguet, pointe avancée de l'aficion gasconne. Un lot de novillos palpitants et trois jeunes gens qui se la sont donnée sans réserve, avec la générosité qui sied à la jeunesse.

Je ne sais s'il y a compétition entre le cousinage Sánchez, le fait est que la branche Fabrés n'était pas, durant la course, dans le secteur Arjona. Les deux, pourtant, ont porté, dans des styles différents, haut les couleurs de l'origine Coquilla en voie de disparition, mais pourtant si séduisante. Nous donnerons l'avantage aux Arjona qui firent preuve tous les trois d'une bravoure égale, chargeant sans mollir, bouche fermée. Le troisième eut les honneurs d'une vuelta que les deux autres auraient aussi bien méritée. Un ton au dessous le premier Fabrés, noble cependant, mais le second et surtout le troisième impressionnèrent eux aussi. Ils eurent le mérite de finir fort et d'aller de menos à más. Un poil de faiblesse néanmoins chez les Fabrés.

Beaucoup de métier déjà chez le jeune torero d'Aguascalientes Hector Gutiérrez. Savait-il qu'il foulait le sol de l'arène où débuta Joselito Adame, son compatriote ? On lui souhaite de faire aussi bien. C'est un jeune qui maîtrise déjà son sujet: varié à la cape et solide avec la muleta. Il a bien tué son premier. Sa seconde faena nous a enchantés avec ce "corte" typiquement mexicain et bien qu'il tua laborieusement, il fit une vuelta justement fêtée.

Joao d'Alva nous a plu aussi. On le vit sous de bons auspices à la cape comme à la muleta face au premier Arjona. Faena centrée, allurée, décidée mais hélas, il lui manque l'essentiel: l'épée qu'il manie piètrement. Il eut plus de chance avec l'acier à son second passage et fut crédité d'un trophée. A revoir.

yl20k

C'était le jour de Yon Lamothe avec un rude examen de passage: le matin Rion et le soir les Coquilla. Il fallait le faire, il l'a fait en obtenant la mention puisqu'il est sorti en triomphe les deux fois. Il nous a fait peur néanmoins à son premier passage en se faisant prendre durement. On craignait qu'il y ait de la casse, mais le gaillard est solide et il repartit pour un travail qui se ressentit sans doute un peu de l'incident. Il donna la plénitude de son jeune talent face à l'excellent dernier dont il prit la mesure à gauche surtout. Un gros mental mais aussi beaucoup de lucidité Yon a franchi un cap important. Il aura convaincu les plus sceptiques.

(PV-Corridasi /Photo : EG)

ADOUREÑO

A Escalona de Toledo, dans des arènes combles, triomphe d’El Adoureño qui a coupé une oreille à chacun de ses novillos d’Antonio San Román, le lot pesant pour les trois derniers… entre 570 et 600 kilos !!! A noter que le picador Laurent Langlois a été ovationné, quant à l’Adoureño, en dix novilladas, il a coupé 20 oreilles et deux queues !

ad20k

Il est sorti a hombros en compagnie de Jesús Enrique Colombo, deux oreilles et deux oreilles et rabo, et de Miguel Ángel Pacheco, deux oreilles et deux oreilles. La terna était accompagnée du mayoral lors de sa sortie triomphale.

(Photo : Ángel Bravo Hernández)

BILBAO

Devant un tiers d’arène et face à des toros de Torrestrella, Antonio Ferrera a été le plus en vue pour avoir coupé la seule oreille  de la tarde après savoir salué à son premier.

af20k

A noter qu’à son second, alors qu’il avait pris les banderilles aux couleurs de l’Espagne, une partie du public a protesté ! Du coup, Antonio a posé les palos et c’est sa cuadrilla qui a banderillé…

jjp20k

Silence aux deux pour Juan José Padilla.

elf20k.

Silence aux deux pour El Fandi.

(Photos : Ferdinand De Marchi)

MICHELITO

Triomphe de Michelito à Nerva, pour la réouverture de la plaza de toros après vingt ans d’inactivité, où face à des toros de Román Sorando, il a coupé une oreille à chacun de ses adversaires.  

mich20w

Michelito est sorti a hombros en compagnie de Francisco Rivera « Paquirri » qui a coupé deux oreilles à son second après silence, et d’El Fandi qui a obtenu une puis deux oreilles.

mich20k

FERNAY

Rappel…

of31k

 

Paul Hermé

logo uctpr 17

soler 2017

Affiches / Cartels

 

 am222 af

 arl07k

stm07k

is07k