Vendredi 23 Février 2024
Libertad, ETA, Talavante, Adoureño…

barc20zw

Un vent de liberté vient à nouveau de souffler sur Barcelone et Bogotá…

On n’osait plus trop y croire malgré certaines rumeurs optimistes, mais les deux nouvelles viennent de tomber pratiquement coup sur coup : il pourra y avoir de nouveau des corridas dans la Monumental de Barcelone et la Santamaría de Bogotá !

A Barcelone, un recours a été déposé il y a six ans par une cinquantaine de sénateurs du PP lorsque la prohibition des corridas en Catalogne a été votée. L’affaire portée devant le Conseil Constitutionnel trainait depuis, pour finalement être évoquée en séance plénière qui s’est conclue par un vote favorable par huit voix pour et trois contre…

cat20f

Evidemment, cette victoire pour la Liberté a déjà provoqué des réactions diverses, il suffit pour le constater de lire les principaux organes de presse de cette province, j'ai bien dit province, la plupart n’ayant pas perdu de temps pour faire remarquer par exemple que ce vote n’a pas été pris à l'unanimité ! Comme si c'était la règle... De toute façon, si le Barça avait battu une autre équipe de la Liga par 8 à 3, les mêmes auraient certainement sorti les gros titres pour parler de déroute !!!

Outre la satisfaction qu’elle provoque, cette sentence du Tribunal Constitutionnel est plutôt rassurante et positive dans la mesure où elle restitue une légitimité au monde des toros, par une reconnaissance de sa dimension culturelle. Néanmoins, il faut rester prudent car n’oublions pas qu’il y a peu, face à cette menace, la maire de Barcelone, Ada Colau, ouvertement déclarée animaliste, certainement bien informée, avait pris les devants en indiquant qu’il ne serait pas question pour elle et son équipe de revenir sur la décision d’abolition. Il faut donc s’attendre dorénavant à un sérieux bras de fer entre les deux parties en souhaitant que l’aficion catalane, remise dans son bon droit, soit assez adulte pour se resserrer dans l’union afin de présenter une force digne de représentativité et de pouvoir d’action comme de persuasion… face aux potentiels hors-la-loi que paradoxalement sont prêts à devenir en l'occurrence ceux qui ont la charge de gérer la ville !

cat20g

Cela dit, comme rien n'est simple, paramètre supplémentaire, derrière tout cela, il ne faut pas oublier qu’il y a toujours une empresa, Balaña, et que si l’affaire devait finir devant les tribunaux, il se pourrait bien  que tout se termine par des réparations financières avec pas mal de zéros sur le chèque pour avoir empêché illicitement l’exploitation de ces arènes pendant six ans. Bref, le pognon à la place des toros. Le risque n’est pas mince.

cat20h

Je ne souhaite évidemment qu’une chose, c’est de me tromper. Mais ce n’est certainement que le début d’un autre tercio et on n’a sûrement pas fini d’en parler. Pour l’heure, et malgré les réserves imposées par un contexte politique aussi complexe que  défavorable, c’est peut-être Enrique Ponce qui a raison quand il dit que maintenant que le jugement est tombé, il conviendrait de fixer impérativement une date pour la réouverture de la Monumental, un objectif ô combien motivant et rassembleur. Sinon, selon le maestro de Chiva, cette sentence ne servirait à rien……

cat20i

A Bogotá, on se souvient que Gustavo Petro, le maire, avait tout fait pour que la plaza de toros de la Santamaría ne soit plus le cadre de corridas de toros. Voulant lui substituer une vocation culturelle et pédagogique, ce qui n’a d’ailleurs pratiquement jamais été le cas, ce personnage avait déjà été désapprouvé par la chambre constitutionnelle, suite à une grève de la faim de plusieurs novilleros. Mais de fil en aiguille, les choses sont restées en l’état, Petro étant destitué puis remis en place… et les toros attendant toujours leur retour !

bog20t

Aujourd’hui, après quatre années sans toros, la Monumental a regagné son droit d’ouvrir de nouveau ses portes aux aficionados en 2017, en désignant comme adjudicataire Felipe Negret, à la tête de sa société « Consorcio Colombia Taurina ». Il est question d’y organiser cinq corridas de toros, une novillada piquée et deux non piquées. Une renaissance que l’on souhaite évidemment voir se prolonger dans une arène aussi importante, mais tout dépendra aussi de l’implication de l’aficion locale qui devra montrer son pouvoir de rassemblement…

bog20w

Quoi qu’il en soit, pour ces deux arènes emblématiques, et quelles que soient les difficultés d’application, il est incontestable que l’aficion vient de marquer des points. Bien entendu, rien n’est définitivement acquis et où que ce soit, dans cette époque polluée par certains politicards qui tentent de mettre sur un pied d’égalité l’homme et le moindre moustique, sans parler de ceux qui ont des visées indépendantistes, pour lesquels les toros ne sont qu’un prétexte pour déboulonner un symbole qu’ils attribuent à tort au pouvoir en place, il faudra être assez fort et convaincant pour surmonter les obstacles que certains ne vont pas tarder à dresser en travers de la route. Ojala…

ETA

eta20t

TALAVANTE

Durant de nombreuses années, les Prix Mayte étaient très attendus car reflétant au mieux les contours d’une temporada. Signe des temps, car tout évolue, les mêmes prix ont changé d’intitulé et sont devenus les prix Mayte Commodore, du nom du célèbre restaurant de l’Avenue d’Argentina à Madrid.

at20t

Pour 2016, Alejandro Talavante a été déclaré triomphateur de la temporada.

Quant aux autres prix, ils sont allés à Andrés Roca Rey pour le jeune le plus valeureux, Diego Ventura, meilleur rejoneador, Luis David Adame, meilleur novillero, Núñez del Cuvillo, meilleure ganadería, Victorino Martín pour l’ensemble de sa trajectoire ganadera et à titre posthume, à l’infortuné Víctor Barrio…

ADOUREÑO

Yannis "El Adoureño" sera désormais apodéré par l’espagnol Angel Vaquerizo pour les saisons à venir.

Il a débuté en novillada piquée le 18 septembre dernier coupant une oreille après avoir réalisé une temporada de 9 novilladas sans picadors, coupant un total de 19 oreilles et 2 queues.

el ad20t

Son passage en novillada sans picadors fut marqué par un total de 35 paseos dont dans des arènes importantes comme Dax, Bayonne et Mont de Marsan en France.

"El Adoureño" se montre content de ce nouvel apoderamiento : " J’ai beaucoup d’espoirs et d’illusions pour cette temporada qui marquera une année de rodage en novillada piquée au cours de laquelle j’espère refouler le sable des arènes françaises."

(Communiqué – Photo : Anaïs Cazenave)