Jeudi 22 Août 2019
López Simón, La Fragua, Adame, Roca Rey, Café Toro, Découverte…

ls02wz

Interview d’Alberto López Simón réalisée le samedi 30 janvier au Domaine Paul Ricard de Méjanes…

S’il y a eu un torero qui a grimpé de façon spectaculaire vers les sommets lors de la dernière temporada, c’est bien lui. Avec comme pics de haute altitude la plaza de Las Ventas, et chez nous Istres et Nîmes.

Fort notamment de ses trois « Puertas Grandes » dans les arènes de Madrid, de son indulto istréen puis de son triomphe aux Vendanges nîmoises, le jeune maestro de Barajas (Madrid) a pris beaucoup d’assurance et il est de plus en plus évident qu’il va être celui que l’aficion va le plus attendre lors de la prochaine temporada.

Collectionnant les trophées et les hommages, comme chez nous ce dernier week-end, je l’ai rencontré pour une entrevista au cours de laquelle López Simón est revenu sur sa dernière saison avant de me confier ses espoirs pour celle qui se profile…

ls02a

- Je crois pouvoir dire que tu as vécu une grande temporada 2015, non ?

- Effectivement, je n’en espérais pas tant et je peux dire que cette saison a été magique. Il est certain que le travail, l’entrainement et la mentalisation m’ont permis de réaliser de grandes choses, je suis toujours resté très centré sur mon toreo, mais je ne pensais pas que tout irait aussi vite en ce qui concerne ma vie professionnelle.

 ls02c

- A partir de quel moment les choses ont-elles commencé à évoluer ?

- En fait, quand j’ai pu vaincre mon anxiété au moment d’aller aux arènes. Au lieu de chercher systématiquement le triomphe, j’ai cherché avant tout mon toreo. Et à partir du moment où j’ai évacué mon stress, j’ai pu mieux exprimer le toreo que je portais en moi, le plus pur que je ressentais et à partir de là, les tardes de Madrid et celle d’Istres sont celles qui ont constitué le déclic. En outre, il y a eu aussi ma tarde de Pamplona, les deux d’Albacete et celle de Nîmes qui ont beaucoup compté. Je garde également beaucoup d’autres bons souvenirs, comme la tarde de ré-inauguration de San Sebastián, Gijón, mon mano a mano avec Talavante à Saragosse. En résumé, ça a été une temporada très intense et agréable…

ls02d

- Je t’ai vu toréer notamment à Istres, Nîmes et Madrid pour la « Feria de Otoño »… Il me semble que tu transmets quelque chose de particulier, un mélange de sérieux, d’entrega, de courage et d’aguante. On parle à ton sujet de terrains compromis et certains vont même jusqu’à te comparer à José Tomás. Qu’en penses-tu ?

- J’essaie de toréer en étant immobile, le toro offrant alors ses meilleures embestidas. C’est vrai que de se placer dans ces terrains génère pas mal d’émotion sur les tendidos. Quant à la comparaison avec José Tomás, je crois qu’elle est un peu injuste pour le maestro. J’arrive à peine en haut de l’échelle et je crois que le niveau de José Tomás est bien au-dessus et qu’il me faudra réaliser encore beaucoup de choses dans le ruedo pour l’atteindre !

ls02e

-  Tu as beaucoup progressé dans la hiérarchie en 2015, au point de terminer en plan de figura. Est-ce que ça te contraint à plus de responsabilités ?

- Les figuras ont obtenu ce rang pour ce qu’ils ont réalisé dans les ruedos, et j’ai toujours lutté pour arriver à ce niveau. Je veux parvenir sur les plus hautes marches et entrer en competencia avec les meilleurs. Je suis conscient que c’est un travail au jour le jour, où il faut toujours relever la tête pour atteindre ce but et que l’opportunité qui m’est donnée d’entrer dans les grands cartels implique une obligation de triompher.

ls02l

- Ça a été difficile pour toi d’être admis par les plus importantes figuras ?

- Non, je n’ai rencontré aucun problème, la competencia est réelle, mais dans le respect mutuel. Je me souviens de la tarde d’Albacete avec El Juli où notre competencia a été très saine, comme celle de Saragosse avec Talavante. Les figuras n’aiment pas qu’on leur gagne la partie, mais je ne m’intéresse pas trop aux manœuvres des officines, j’ai un apoderado, Julián Guerra, pour régler tout ça. Je préfère dédier mon temps au toreo…

ls02m

- Les blessures font très mal, mais en les surmontant, est-ce qu’elles t’ont aussi aidé à te sentir plus torero, plus fort ?

- Oui, depuis tout petit, on sait bien que les cornadas peuvent arriver et quand elles surviennent, je les assume autant que je peux comme quelque chose de naturel. C’est la rançon à payer par rapport aux grands moments que l’on vit en piste, comme ceux que j’ai pu vivre cette année. Ma façon de voir les choses dans ces cas-là, c’est de continuer dans le ruedo autant que je le peux, mais il y a des moments où le corps te dit que ce n’est plus possible…

ls02k

- As-tu changé peu à peu quelque chose dans ton toreo ?

- Oui. Depuis que je suis avec Julián Guerra, j’ai évolué vers plus de pureté. Comme je te l’ai dit, à mes débuts, j’étais très anxieux par rapport à l’envie de triompher et Julián est intervenu pour me lever de la tête cette idée fixe pour aller vers un toreo plus pur que tu ne peux obtenir qu’en restant toi-même, avec ce que tu ressens dans ton corps et ton âme, et c’est alors que les triomphes arrivent… Ces deux dernières années, je me suis rendu compte que quand tu recherches le toreo pur et que tu fais preuve d’entrega, les olés arrivent naturellement.

ls02n

- Comment prépares-tu ta prochaine saison ?

- Je vis à Salamanque dans une petite maison à l’extérieur de la ville. Je suis très tranquille, mon quotidien se résume aux exercices physiques et au toreo de salon qui est très important pour moi et pour lequel je passe beaucoup de temps. Ça me sert pour dominer mon corps et mon mental, et maintenant, je vais ajouter les tentaderos et les toros en privé.

ls02o

- Penses-tu faire quelque chose de particulier, par exemple un geste comme une encerrona ?

- Je crois que les aficionados ont besoin de voir des choses nouvelles, ma prochaine saison comportera évidemment des défis, c’est comme un pari, il y aura beaucoup de competencia dans les ruedos. Je vais débuter ma temporada avec Roca Rey à Castellón, le lendemain je serai à Olivenza, puis à Valencia pour le mano a mano avec El Juli… Deux « mano a mano » importants, l’un avec un jeune qui marche très fort et l’autre avec une figura consacrée. Je crois que ça va être le profil de ma saison. Franchement, beaucoup d’idées me passent par la tête, mais pour le moment, il n’y a rien  de concret.

ls02r

- Tu aimes toréer chez nous ?

- Oui. Quand j’étais novillero, j’avais déjà bien connecté avec l’aficion française et ça me plait de changer ma nature, qui est plutôt introvertie. Je n’aime pas beaucoup la légèreté et la France me va bien car son aficion est très respectueuse. Elle te laisse toréer et quand tu fais preuve d’entrega face au toro, elle sait le reconnaître dans son jugement.

 ls02s

- Ce week-end, tu viens de recevoir plusieurs trophées chez nous. Que ressens-tu par rapport à ces distinctions ?

- Comme tout le monde, j’en suis très heureux et fier. Je les prends comme une reconnaissance de mon travail dans le ruedo, par exemple celui d’Istres dont la feria est reconnue comme étant de catégorie, celui des critiques taurins et aussi, bien sûr, celui que je viens de recevoir ici, venant des Clubs Taurins Paul Ricard. J’en suis très fier, surtout qu’en définitive, je n’ai toréé que deux tardes dans le Sud-Est !

 ls02p

- Tu vas pas mal toréer dans notre pays cette année, non ?

-  Oui, je débuterai à Arles, puis il y aura Istres et Nîmes est pratiquement bouclé. Nous avons eu des contacts avec quasiment toutes les empresas françaises importantes et je pense en effet que je vais faire une temporada assez compacte chez vous, y compris bien sûr dans le Sud-Ouest. Mais je me tiens un peu éloigné de ces histoires de contrats, je préfère m’entrainer tranquillement au campo, justement pour être prêt à affronter tous ces compromisos…

ls02q

- En définitive, quel est ton but pour 2016 ?

- D’être capable de faire aussi bien que l’année précédente, qu’il y ait une connexion entre le toro et le toreo que je porte en moi, que je connecte bien avec les aficionados et les triomphes viendront… s’ils doivent venir ! Mais avant tout, je veux maintenir mon niveau et je ne tiens pas à décevoir l’illusion que les aficionados me manifestent…

 ls02t

Des sorties a hombros dans des arènes importantes, un toreo sincère, quelques blessures, pour une temporada finalement très positive, avec notamment l'image d'un torero qui ne se pose pas mille questions, mais qui a convaincu les aficionados dans les plus grandes arènes, dont Las Ventas, au point que l'on sent arriver un nouveau "torero de Madrid", tout cela laisse augurer un horizon bien dégagé pour le jeune maestro de Barajas... D'ailleurs, sans trop de risques de me tromper, je mettrais bien un billet sur lui, et il ne m'étonnerait guère que l'on entende souvent parler de lui en 2016. Suerte, Maestro !

LA FRAGUA

IIIème édition du Certamen La Fragua qui se déroulera dans les arènes de Pontonx sur l’Adour le samedi 27 février et le dimanche 28 février, sous le parrainage d’Ortega Cano…

LES PARTICIPANTS

Alejandro Mora, ET Salamanca

Alfonso Pablo Ortiz, Fundación El Juli

Álvaro Martín Seseña, Madrid

Antonio Medina, ET Badajoz

Clément Hargous, Adour Afición

Ignacio Olmos, Toledo

Fernando Plaza, Madrid

Juan Molas, ET Puerto de Santa María

Jesús Ángel Olivas, Colmenar de Oreja

Rafael de Lucas, Arles

Rocío Romero, Córdoba

Sergio Nunes, Campo Pequeño

Tomas Ubeda, CFT

Rodrigo Molina, Séville

El Azabache, ET Arles

lfr02f

PROGRAMME

Samedi 27 février

9h : Inauguration de la Fragua en présence des autorités et du jury.

Ouverture des différentes expositions et projection de documentaires dans le cinéma.

Inauguration du banquet du livre Taurin.

10h : Sorteo en présence des autorités et du jury.

10h30 : Début du concours. Tienta de becerros de Donzala.

13h : Entracte, repas.

14h : Reprise du tentadero.

18h : Proclamation des triomphateurs de la journée.

18h30 : Projection du documentaire de l’Observatoire des Cultures Taurines en présence d’André Viard.  

Dimanche 28 février

9h30 : Réouverture des expositions et des différentes activités.

10h45 : Remise en piste du « Coup de cœur de la Fragua à Jean Michel Mariou.

11h : Tienta avec Ortega Cano et Juan Leal.

12h30 : Repas dans les arènes.

16h : Novillada sans chevaux, final de La Fragua, cinq novillos de Tierra d’Oc pour les 4 finalistes, le cinquième sera combattu par le gagnant du Certamen.

19h : Clôture de la 3°Editon de la Fragua.

lfr02z

ORGANIGRAMME

La partie culturelle sera coordonnée para Jean Michel Mariou, Directeur Régional de Fr3 à Montpellier et responsable de la collection taurine chez Verdier.

Julien Lescarret assurera la partie commentaire audio des spectacles, notamment lors de la tienta publique.

Durant le week-end, différents artistes exposeront leurs œuvres dans les chapiteaux autour des arènes.

Michel Agruna, prestigieux ganadero landais, assurera en collaboration avec les services techniques de la mairie de Pontonx la partie infrastructure, ainsi que la manutention du bétail.

La cavalerie sera fournie par Alain Bonijol, « Las Mulillas » et les Alguaciles par l’irremplaçable Yannick Boutet.

L’affiche sera conçue comme l’année dernière à partir du dessin du jeune Aaron Bacon

L’harmonie LA NEHE de Dax sera aussi présente durant la novillada.

La communication de l’évènement basée sur La Fragua de Juan Leal, mais aussi sur les nouvelles arènes polyculturelles, sera traitée en partenariat avec les différents medias.

Renseignements et réservations : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Tel : 06 75 75 41 33 ou 06 81 94 48 80

lfr02w

ADAME

Avec Feria TV, voir la vidéo du triomphe de Joselito Adame lors de son mano a mano avec José Tomás dans la Monumental de Mexico en cliquant ICI

ja02t

ROCA REY

Andrés Roca Rey a été désigné par le jury triomphateur de la récente feria de San Cristóbal (Venezuela).

rr02t

Pour sa part, Daniel Luque a reçu les prix à la meilleure faena et la meilleure estocade.

CAFÉ TORO

ct02w

DÉCOUVERTE

Proposition de sortie culturelle et taurine dans la province de Jaén…

jaén02t

José Manuel Higueras Lorite, Directeur de Cultura y Turismo

Macrotour, Avd. Andalucía, 83, Oficina 1, 23005 Jaén.

Tel : 953 038 381 | Fax : 953 291 614 | Móvil : 661 525 176

www.macrotout.eu

 

Paul Hermé

logo uctpr 17

soler 2017

Affiches / Cartels

 arl11aff

 nim vend25aff