Jeudi 17 Octobre 2019
St-Etienne, Vigilance, Adame, Marín, Villeneuve…

ste17wx

A St-Etienne du Grès (13), succès dans le froid et l’émotion du festival en hommage à Denis Sanchez…

ste17ab

Victime de la corne d’un de ses toros de son élevage « Toreana » il y a un an, Denis Sanchez ne pouvait recevoir meilleur hommage que celui qui lui a été rendu aujourd’hui à St-Etienne-du-Grès. Dans une arène bien garnie et avec un soleil masquant un froid sibérien, cette après-midi a débuté par un hommage au jeune ganadero disparu, Estelle, sa veuve, lisant un texte dans lequel Denis évoquait sa passion pour les taureaux.

ste17a

Après un paseo-capelado ouvert par une des filles de Denis entourée de deux Arlésiennes, la première partie a été consacrée à la tienta de deux vaches puis d’un macho de Patrick Laugier, Marc Alien étant sur le cheval.

 ste17b

La première vache, qui s’est avérée très bonne, a été tientée par Mojales Balti qui après l’épreuve de la pique a pu instrumenter des séries allurées, seulement contrariées par les rafales. L’Arlésien a fait preuve d’une réelle maîtrise technique et d’un poignet sûr face aux bonnes embestidas de la vache.

ste17c

Le jeune Fabien est sorti de second.

ste17d

La vache suivante a été loin d’afficher les mêmes qualités, affichant en outre une faiblesse qui contraria Fabien Sanchez, cousin de Denis qui brinda au ciel puis qui fit ce qu’il put, mais qui n’eut guère d’options, la vache étant rentrée prématurément.

ste17e

Ensuite, ce fut au tour de Fabio Castañeda qui peaufina sa préparation avant une corrida qui l’attend le week-end prochain au Venezuela.

ste17f

Et comme le toro, piqué en une fois, étala d’excellentes dispositions à la muleta, Fabio put se régaler et nous régaler  sur des séries bien administrées des deux côtés.

ste17g

La deuxième partie consista en deux taureaux de la manade Ribaud pour le raset, le premier cocardier s’avérant spectaculaire et bon dans ses poursuites, malgré plusieurs sauts dans la contrepiste.

 ste17h

Le second avait moins de qualités, mais malgré le froid, les hommes se sont montrés actifs et ont su donner de l’intérêt à leurs interventions.

ste17j

Pour la clôture de ce festival, les recortadores français, espagnols et portugais ont pris le relais, affichant une belle entrega dans tous leurs passages, écarts, sauts, garrocha. Ils ont su faire apprécier leur spécialité devant deux toros de Coulet par leur enthousiasme et leur virtuosité, surtout devant le premier, bien meilleur.

ste17i

En définitive, une après-midi réussie pour un émouvant hommage auquel il n’aura manqué que quelques degrés supplémentaires sur les étagères. Mais dans les cœurs, il faisait chaud, et c’était bien le plus important…

VIGILANCE

Le procès « Rodilhan 1 » a fait déjà pas mal couler d’encre et nul doute qu’il va encore en faire couler jusqu’au verdict du 14 avril. Il est à ce propos assez étonnant, pour ne pas dire choquant, de voir écrit évoquée une condamnation, alors qu’il ne s’agit pour l’heure que de peines requises, mais non encore entérinées par le juge.

Compte tenu des circonstances de la machination mise en place par les animalistes de forme totalement illégale, on peut raisonnablement s’attendre à un verdict d’apaisement. Mais il serait très dommageable de tomber une deuxième fois dans le panneau. Pour cela, il faudra rester très vigilant, notamment avant le verdict, soit dès les premières courses de la saison. Tout geste d’emportement ne servirait pas notre cause et quoiqu’il arrive, les aficionados devront se maitriser face aux éventuelles provocations. Donnons encore et toujours une image respectable, ne nous rendons jamais aux arènes avec des intentions belliqueuses et faisons confiance aux forces de l’ordre, c’est notre seul salut.

Je pense en particulier au week-end qui précèdera le jugement, celui du 8-10 avril, où il y aura des courses notamment à Nîmes et Vergèze. Les autorités feront le nécessaire pour que tout se passe bien, et s’il y a provocation, la seule conduite à tenir, quoiqu’il en coûte, sera de ne pas répondre. On dit bien que le silence est la plus belle marque de mépris…

Plus tard, se dérouleront d’autres procès, pour la plupart à charge pour les antis. En fin de compte, on devrait bien voir où sont les agitateurs, les perturbateurs, pour ne pas dire dans certains cas les hors-la-loi. Malgré la désinformation d’une partie de la presse, notre victoire ne pourra venir que des prétoires et que de l’image que nous saurons donner à l’opinion. C’est bien pour cela que notre conduite doit toujours rester irréprochable…

ADAME

A Moroleón (Mexique), Joselito Adame a indulté « Palomo », un toro de l’élevage De Santiago, obtenant les deux oreilles et la queue symboliques après avoir coupé une oreille d’un toro de Barralva.

ja14ttv

Applaudissements aux deux pour El Payo et deux oreilles et applaudissements pour Diego Silveti qui a accompagné Adame dans sa sortie a hombros.

(Photo : En los Medios)

MARÍN

Ginés Marín fera sa despedida de novillero, en même temps que sa présentation, à Las Ventas, avant de prendre l’alternative à Nîmes lors de la prochaine feria de Pentecôte…

gm17t

VILLENEUVE

Le Cercle Taurin aura  le plaisir de recevoir pour sa première conférence hivernale le samedi 23 janvier à 21h dans son local place des Etats du Marsan, l’ancienne génération de novillero des années 80 et plus particulièrement les deux anciens novilleros montois Olivier MAGESTE et Didier GODIN : ils viendront nous parler de leur aficion débordante et des difficultés récurrentes auxquelles ils ont été confrontés, puis leur parcours dans le mundillo taurin.

Cette vision de la tauromachie vue de l’intérieur par de jeunes toreros de cette époque nous permettra de mieux appréhender les paroles de la nouvelle génération que nous recevrons en février.

(Communiqué)

 

Paul Hermé

logo uctpr 17

soler 2017

Affiches / Cartels