Mardi 21 Mai 2019
Chroniques du Lundi...
Dimanche, 22 Février 2015

Castellón, Séville, EMTSA/FIT, 23, Piratage, Kazakhstan…

 CASTELLÓN

Suite à l’énorme manifestation de Castellón, quelques perturbateurs ont été arrêtés par les forces de l’ordre et s’exposent à des poursuites pour troubles à l’ordre public et entrave à la liberté de manifester librement.

Il faut savoir que ces anti-corridas n’étaient pas du coin, mais pour la plupart venus notamment de Pamplona, Murcia, Barcelone, Alicante, qu’ils sont fichés par la police et payés par des organismes anti-taurins, bref des activistes professionnels dont la stratégie est de donner une mauvaise image de la tauromachie.

Mais à Castellón, ils ont surtout donné, à l’évidence, une mauvaise image d’eux-mêmes, non ?

SÉVILLE

Ça ne s’arrange pas du côté de la Maestranza et la rupture entre l’empresa Pagés et plusieurs figuras semble consommée, à part surprise de dernière heure…

La situation s’étant particulièrement délitée dans la courant de la semaine avec la déclaration de Morante de la Puebla qui a rejoint le camp des « insoumis », l’empresa en est contrainte comme l’an dernier à brandir son plan B en combinant avec ce qu’il reste de toreros de premier plan et des valeurs montantes qui verront certainement se voir offrir une chance de figurer dans les cartels de la Feria de Abril.

Il n’en reste pas moins évident que sans Morante, El Juli, Perera et Talavante, le vide sera considérable dans le panorama d’une feria qui a toujours compté sur les vedettes du moment…

Première initiative d’Eduardo Canorea et Ramón Valencia, convaincre Espartaco de revenir pour donner l’alternative à Borja Jiménez en compagnie de Manzanares le Domingo de Resurrección (Pâques), la proposition s’accompagnant d’un deuxième contrat durant les Farolillos.

Si elle devient officielle, la formule est séduisante, mais on attendra la suite pour voir comment l’empresa pourra se sortir du guêpier. Pour le moment, du côté des autorités et des Maestrantes, c’est toujours silence radio, mais il est évident qu’ils ne pourront pas éternellement jouer la Grande Muette. Ne serait-ce que pour éclaircir une situation aussi glauque que déstabilisante pour l’aficion. Wait and see…

EMTSA/FIT

Toujours à propos de Séville et en réponse aux allégations stipulant que le problème viendrait de la FIT et de l’ETMSA, ces organisations ont rendu public un communiqué dont vous trouverez l’intégralité ci-dessous…

« Compte tenu d’informations publiées ces derniers jours par divers médias, la « Fusión Internacional por la Tauromaquia » et EMTSA (Espectáculos Taurinos de México) en particulier, déclarent :

1/ A aucun moment, EMTSA n’a eu ou a intérêt d’agir contre l’empresa Pagés qui gère la Plaza de Toros de la Real Maestranza de Séville, arène pour laquelle ce groupe imprésarial éprouve un respect absolu, tant pour son histoire comme son aficion et pour ce qu’elle signifie dans le toreo.

2/ Il n’a jamais existé de la part d’EMTSA et de la FIT récemment créée le moindre intérêt pour devenir empresas de la Maestranza, comme il a été injustement mentionné dans certains médias. Nous n’avons jamais rien fait allant dans ce sens.

3/ EMTSA, compte tenu des valeurs en vigueur dans sa gestion, ne procède jamais de cette façon. Sa philosophie de travail en tant qu’empresa taurine depuis plus de quarante ans a été marquée par un respect total envers toutes les catégories du monde des toros. C’est la base fondamentale et incontournable du projet qui démarre cette année en Espagne. On n’a jamais boycotté d’autres empresas, ni conditionné la volonté d’un quelconque torero, et ni plus ni moins conditionné la façon d’agir de toreros d’empresas différentes à la nôtre.

4/ EMTSA sollicite de l’empresa Pagés, au cas où elle serait à l’origine de cette fausse information, et de toute autre personne ou média qu’elles vérifient avec des faits et arguments étayés les spéculations qui ont circulé dans différents médias.

5/ Il est indigne que pour la deuxième année consécutive on accuse injustement l’EMTSA comme responsable de la décision personnelle de cinq figuras qui ont décidé de ne pas participer à la feria de Séville par désaccord avec la gestion de l’empresa responsable de la plaza.

6/ En ce qui concerne l’engagement du matador de toros  José Antonio Morante de la Puebla, l’intention du torero a toujours été d’être présent à Séville, qui est son arène et pour ce qu’il doit à une aficion qu’il considère comme sienne. Finalement, il n’y a pas eu d’accord au terme des négociations puisque l’empresa Pagés a fait passer son intérêt personnel avant celui de l’abonné et de l’aficion de Séville. Les cartels qu’ils lui ont proposés étaient bien en dessous de la qualité de la plaza qu’ils gèrent. La position la plus commode pour Morante était d’aller plusieurs tardes à Séville, avec les avantages personnels, professionnels et économiques qui allaient avec. En prenant cette difficile décision, Morante a privilégié les intérêts des abonnés et de l’aficion de Séville aux siens puisque la feria proposée par l’empresa Pagés n’était pas, selon lui, du niveau qu’elle mérite et que Séville a toujours eu.

7/ Nous affirmons radicalement que la question économique n’a pas été le motif de désaccord puisqu’il n’en a pas été question lors des négociations.

8/ Nous voulons démentir formellement l’information publiée par le journal ABC sur ce thème, mentionnant en termes totalement faux une conversation entre Morante et le Maire de Séville. Il est vrai que Morante a répondu au Maire par un message, mais jamais dans les termes indiqués par ce journal, ni en nommant l’empresa qui l’apodère, ni à aucun moment Antonio Baillères. Pas plus que n’est vrai le supposé appel  au matador de toros José María Manzanares, que l’Alicantino vient d’ailleurs de démentir. Tout cela est complètement faux et aura pour conséquences des poursuites légales.

9/ Pour l’importance que représente Séville et sa plaza de toros pour Morante de la Puebla, le matador laisse ouverte une porte, avec d’autres interlocuteurs potentiels, si l’intérêt est d’organiser une grande feria. Morante est conscient de ce que signifie la Feria de Séville à tous les niveaux, pour la ville comme pour le toreo en général.

10/ Quant au matador de toros Alejandro Talavante, la décision de ne pas toréer est strictement personnelle. Ils l’ont appelé à la dernière heure, sans lui donner la catégorie qu’il mérite.

11/ Talavante a précisé clairement que son intention était de toréer à Séville et qu’il n’exigeait pas plus qu’un traitement respectueux en rapport avec sa trajectoire que l’empresa lui offrirait de façon équilibrée et juste, mais pas à la dernière heure en y étant obligés par nécessité. »

Bon, ben pour le coup, on nage en plein potage du côté de l’Arenal ! Et bien malin celui qui peut prédire ce qui va suivre dans les jours à venir… N’ayant pas vocation d’être devin, il vous faudra attendre comme moi les prochains rebondissements, mais ça sent plutôt le pâté à moins de deux mois de la Feria, non ?

23

A Magescq, les anti-corridas étaient 23… pour une centaine de gendarmes. Visiblement, le scénario de l’an dernier va se reproduire, avec les inévitables fouilles pour accéder aux arènes, une contrainte bien acceptée par les aficionados, mais au demeurant désagréable dans la mesure où paradoxalement, ils ont l’impression d’être considérés comme de potentiels délinquants alors qu’ils se trouvent en parfaite légalité.

Victimes de ces « actions citoyennes » à répétition, les aficionados ont eu toutefois la satisfaction de voir les manifestants contenus suffisamment loin des arènes pour ne pas être dérangés par leurs sempiternelles invectives…Un bon exemple, afin d’éviter gêne et incidents, pour les autorités des futures communes concernées !

PIRATAGE

Samedi dernier, j’ai eu la mauvaise surprise de m’apercevoir que mon compte Facebook avait été piraté. Alors si vous faites partie de mes 2000 « amis », sachez que ce n’est pas moi qui vous ai demandé de l’aide, voire de l’argent, mais un intrus au demeurant escroc. Cela dit, tous les dons sont acceptés, évidemment…

KAZAKHSTAN

Si vous me dites que vous êtes allés passer vos vacances dans ce pays, je ne vous croirai pas… Et pourtant, ça existe, et c’est même le 9ème pays le plus étendu du monde, quatre fois plus que la France !!! Loin, très loin, au sud de la Russie, et si ça peut vous aiguiller, au nord de l’Ousbekistan et du Kirghizistan… Ça y est ? Vous vous êtes enfin repéré ? Non, je déconne et je fais le savant… grâce à l’apport des cartes d’Internet ! Bon, pour faire plus simple, c’est au nord-est de la sortie Nîmes-Centre, vous sortez la boussole ou le GPS, vous vous tapez environ 3000 bornes… et vous y êtes !!!

Remarquez, vous vous demandez peut-être ce que vous iriez bien y faire, sauf que…La presse espagnole vient de dévoiler un projet concernant la ville de Kostanay où le maire s’est mis en tête d’organiser une… miurada !!! Pas moins.

A priori, les éleveurs auraient été contactés pour élaborer un devis global, toros, toreros, transport, hébergement et frais annexes… Si ce projet va au bout, ce serait évidemment une première car dans l’histoire, à deux ou trois exceptions près, les pays taurins ont été les seuls à organiser des corridas, ce qui par définition semble parfaitement logique. Mais de nos jours, on ne s’étonne plus de rien et  pourquoi pas les Escolar Gil en Papouasie ou les Victorino Martín au Botswana ?

Et dire qu’il n’y a plus de corridas à Barcelone et San Sebastián…

 

Paul Hermé

logo uctpr 17

soler 2017

Affiches / Cartels

 jb elj222

 nim20aff

 vic30aff

 al23aff

 ist16z

 cer06aff