Vendredi 26 Avril 2019
Riscle, Azpeitia, Huelva, Pontevedra, Toros…

jr02xz

Oreille pour José Ruiz et Fernando Rey…

Trois quarts d’arène, ciel changeant, mais finalement temps agréable avec soleil. Une minute de silence a été respectée à l’issue du paseo à la mémoire d’Hubert Yonnet.

 ris02m

Six novillos du Conde de la Corte bien présentés, monopiqués, justes de forces et manquant de fonds, bien que toréables, la plupart.

gonz02m

Souvenir du temps passé... Trente après que Gonzalito ait apodéré Stéphane Fernandez Meca, retrouvailles dans un callejón. Bon pied, bon oeil, Gonzalito apodère à présent José Ruiz...

Borja Jiménez (silence et saluts) a montré une certaine finesse à la cape et après un puyazo poussé, il brinda à l’assistance une faena à l’entame allurée puis aligna plusieurs séries droitières ajustées… alors qu’il n’insista pas sur l’autre bord avant de sécher avec la ferraille. Au quatrième, applaudi pour son armure, qui provoqua un batacazo au premier puyazo avant un second  plus orthodoxe, Borja donna la distance sur plusieurs séries de derechazos méritoires, dédaigna la gauche et conclut d’un tiers de lame après pinchazo puis un descabello.

bj02m

Fernando Rey (silence et oreille) prit un premier client qui poussa avec la corne droite sur l’unique assaut, effectuant ensuite une vuelta de campana qui n’arrangea rien. Début par doblones harmonieux puis mouvements droitiers sans saveur, et pour cause, le novillo s’avérant faible et court de charge tout au long d’un trasteo incolore. Entière tendida après pinchazo. Avec le quinto, applaudi pour son trapío, bien accueilli par véroniques avant une pique sortie fermée, Fernando brinda au public une faena assez brouillonne qui trouva peu d’écho sur les étagères, mais l’estocodón sin puntilla qui mit un terme à l’affrontement lui valut à lui seul une oreille.

fr02m

José Ruiz (oreille et saluts)  nous gratifia d’une belle demie avant une pique rectifiée puis face à un novillo qui ne l’aida guère, le petit-neveu de Curro Romero, à la planta torera remarquable, se distingua sur l’entame de faena, esquissant quelques pinceladas de bon goût et affichant pas mal de recours, sans toutefois pouvoir lier les séries, faute de charge adéquate. Oreille pour son potentiel artistique qu’il serait intéressant de voir sur un novillo qui ait plus de recorrido… Avec l’ultime, un superbe berrendo en blanco qui bougea la pièce montée sur la première rencontre puis qui prit un bon second puyazo, José se montra alluré sur les doblones. S’ensuivirent plusieurs mouvements égrenés de gestes harmonieux, le tout allant cependant a menos. Pinchazo et trois quarts tendida. A noter qu’en « off », à savoir après la sortie du public, José est revenu lidier le sobrero et nous offrit encore quelques passages savoureux qui donnent incontestablement envie de le revoir…

jr02m

A noter qu’un grand rassemblement anti-corrida en mode « action citoyenne » a rassemblé non loin des arènes une quinzaine de personnes, soit trois fois moins que les forces de l’ordre chargées de les contenir ! Il y a longtemps que le ridicule ne tue plus voir chronique du jour "Ridicules")…

En matinée, devant environ une demi-arène et l’apparition du soleil, quatre erales du Lartet bien présentés, donnant un jeu varié, plus maniables les deux premiers.

Hommage a été rendu au moment du paseo au ganadero Hubert Yonnet.

Jesús Bayort (saluts aux deux) a reçu son premier par larga cambiada de rodillas avant bonnes véroniques puis demie. Réplique ajustée de Pierre Mailhan par navarras, puis bon second tercio et brindis à l’auditoire avec élégante entame sur les doblones genou ployé puis plusieurs séries de derechazos bien construites. Bref passage à gauche, autres redondos allurés, final par statuaires et hélas pour le protégé de Manolo Campuzano, échec aux aciers. Le troisième était plus compliqué et après deux largas afaroladas puis un brindis à Stéphane Fernandez Meca, Jesús ne put pas faire de miracles ! Après des cambios au centre, on le vit rapidement sur le reculoir et sa volonté ne suffit pas à masquer son manque de recours lors d’un trasteo irrégulier. Voltereta en portant l’épée puis nouvel échec avec les aciers.

jb02m

Pierre Mailhan (vuelta et silence) se distingua au capote sur la réception de son premier qu’il banderilla, s’attirant une ovation avant un émouvant brindis au ciel en hommage à Hubert Yonnet.

 pm02mz

Son adversaire était noble et malgré un poil de faiblesse, il permit à l’Arlésien d’exécuter sur les deux bords une faena plaisante et complète qui aurait été certainement mieux récompensée si pour lui aussi le maniement des aciers ne s’était avéré défectueux. Son second était plus compliqué et après un bon second tercio puis un brindis à l’assemblée, Pierre, malgré une indéniable volonté, eut quelques difficultés à s’entendre avec lui lors d’un trasteo inégal relevé par quelques naturelles appliquées avant une conclusion encore imparfaite.

pm02n

Le prix des Organisateurs de Corridas et de Novilladas a été partagé entre les deux novilleros.

rsc02p

Excellente organisation durant ce week-end du Tendido Risclois !

HUELVA

Devant des gradins presque pleins, triomphe du Juli qui a coupé quatre oreilles aux Daniel Ruiz. Deux ovations pour Morante et silence puis applaudissements pour Perera.

AZPEITIA

Devant des arènes quasiment pleines, corrida entretenue de Pedraza de Yeltes avec plusieurs bons toros, dont le cinquième, « Brigadier », honoré de la vuelta posthume. Alberto Aguilar : oreille et saluts, Juan del Álamo : saluts et oreille et Jiménez Fortes : silence aux deux.

Avec Feria TV, voir le résumé de la corrida de Cuadri en cliquant ICI

PONTEVEDRA

Devant environ deux tiers d'arène, triomphe de Sébastien Castella qui a coupé une oreille à chacun de ses adversaires d’Alcurrucén et de Daniel Luque, deux oreilles et oreille. Saluts et silence pour Enrique Ponce.

TOROS

Le numéro 1981-82 de la revue TOROS est paru le 1er août...

toros02m

Au sommaire :

- La leçon du vieux maestro « Frascuelo »

- la chronique du temps : le ciel est bien sombre

- l'éphéméride : 1er août... 1900, décès de « Lagartijo »

- Richard Milian et l’école « Adour Afición »

- il y a 100 ans à Toulouse, une corrida historique 

- que sont les La Corte devenus ?

- les arènes de la commune des Aires

- fin de fiesta à Séville - l'actualité taurine : les comptes rendus de Céret, Les Saintes Maries, Soustons, Mont de Marsan, Méjanes, Lunel, Tyrosse, Pamplona et Madrid…

- le dessin humoristique

- les cartels

- les brèves

(Communiqué)

 

Paul Hermé

logo uctpr 17

soler 2017

Affiches / Cartels

 jb elj222

 nim20aff

 vic30aff

 al23aff

 ist16z