Mardi 22 Octobre 2019
Ruiz
Mardi, 22 Juillet 2014

Quand le petit-neveu de Curro Romero fait parler de lui…

Lundi, à Santander, José Ruiz Muñoz est sorti a hombros au terme de la novillada de Juan Pedro Domecq/Parladé. Fils de María, la sœur du Pharaon de Camas, qui était présent à la novillada, il a gravi assez rapidement les échelons après être passé par l’école taurine de Chiclana et le 27 avril dernier, il a fait ses débuts en novillada piquée dans la Maestranza de Séville où il a salué les deux fois.

jr29n

Il y a deux ans, je l’avais vu lors d’un festival à Chiclana et il avait déjà retenu mon attention, au point que je l’avais alors signalé dans une chronique. Mais entendons-nous bien, ce n’est pas parce qu’il est apparenté à un figurón du toreo qu’il va faire une carrière fulgurante. Seul, l’avenir nous le dira, mais pour l’heure, avec Gonzalito pour gérer sa trajectoire, il semble bien armé pour faire parler de lui.

Il faut dire que José Ruiz a pas mal d’atouts dans ses mains, son allure, sa gestuelle, son inspiration et tous les sentiments qu’il peut mettre face à un toro. Avec toutefois l’impératif de travailler encore sa technique, ce qui est le propre de tous les novilleros, mais avec en prime quelque chose qui le différencie et qui manque à pas mal de ses compañeros : la personnalité. Et c’est bien ça qui fait souvent la différence, non ?

 

Paul Hermé

logo uctpr 17

soler 2017

Affiches / Cartels