Samedi 14 Décembre 2019
Remakes
Jeudi, 03 Juillet 2014

Les répétitions sont rarement à la hauteur de l’original…

C’est vrai dans beaucoup de domaines, et aussi dans les toros. Ainsi, vouloir répéter un cartel qui a fonctionné, c’est souvent aller au casse-gueule car les émotions vécues ne peuvent forcément se reproduire à l’identique, trop de paramètres entrant en jeu.

Et ce fut bien le cas dans la Maestranza de Séville ce soir avec les deux novilleros triomphateurs de la dernière feria lors de leur mano a mano où ils avaient ouvert la « Puerta del Príncipe ». Ce soir, mêmes toreros, même élevage… mais pas même résultat !

Profiter d’un triomphe est tout à fait légitime, mais c’est ensuite aux empresas et aux apoderados de se creuser un peu la nénette pour le faire fructifier autrement qu’en vendant un plat réchauffé. En clair, ça demande de la créativité, de l’originalité. Certains en sont pourvus, d’autres moins, se contentant de tirer sur la ficelle au cas où ça remarcherait à nouveau, comme pour certains films dont les « remakes » ne sont conçus que pour alimenter le filon...

Certes, tout ne fut pas négatif, mais dans l’ensemble, les novillos de Ricardo Gallardo n’ont pas été à la hauteur de leurs frères lidiés il y a peu dans cette même arène. Et si José Garrido est tout de même reparti avec une oreille dans son escarcelle, obtenue avec le meilleur de l’envoi, le bilan a été moins relevé que précédemment. Et en définitive, la plus grosse satisfaction de la soirée aura été l’entrée massive avec plus de trois quarts des places occupées, ce qui ne s’était pas vu pour une novillada depuis fort longtemps. Après tout, c’est déjà ça…

 

Paul Hermé

logo uctpr 17

soler 2017

Affiches / Cartels