Vendredi 26 Avril 2019
Serrano, Tomás, Signes, Expo…

ms29xy

A l'heure des bilans, rencontre avec Marc Serrano…

Retour sur sa temporada 2013 et perspectives pour la temporada suivante…

« Cette saison a été pour moi intéressante sur le plan professionnel car il y a eu pas mal d’évolution dans ma démarche et dans ma recherche, qu’elles soient techniques ou dans mon toreo. Je la vois donc comme une année très positive, mais malheureusement, ça n’a pas été une saison très fournie en contrats. Ce qu’il y a eu a été positif, mais à part à Vergèze où la corrida a un peu plus permis, pour les deux autres, à Aire comme à Alès, elles ne m’ont pas du tout aidé, ça a d’ailleurs été aussi le cas pour mes compañeros et de toute façon, d’une pierre, on ne sort pas de l’eau !

ms29z

En revanche, si je reprends les choses de façon plus chronologique, il y a eu cette corrida de Prieto à Céret à la fin de la temporada 2012 qui a été très importante pour moi. Elle est malheureusement tombée en même temps que les Vendanges de Nîmes, la veille de José Tomás, ce qui a enlevé un peu de public, mais si j’y reviens, c’est parce que ce qui a découlé en 2013 a été marqué par cette fin de la saison précédente. C’était une corrida de Prieto de la Cal, très sérieuse, avec un cartel de  toreros qui sont dans les ferias, que ce soit Castaño ou Serafín Marín, et mis à part  le fait que j’ai coupé une oreille à mon second toro, me retrouver dans ces conditions, avec ces exigences, dans une arène comme Céret, et arriver avec de tels compañeros avec qui j’ai pu rivaliser, en tant que torero, ça m’a moralement beaucoup apporté.

Ensuite, la première corrida de 2013 s’est déroulée à Vergèze, une arène que je connais bien et qui m’a toujours donné ma chance, où j’ai connu à chaque fois de bonnes tardes. C’est une plaza qui a du mérite d’exister car je sais qu’arriver chaque année à monter au moins une corrida, c’est difficile pour eux. Le plus méritoire, c’est qu’ils mettent en avant à chaque fois la tauromachie française, autant pour les toreros que pour les éleveurs… La corrida de Tardieu n’a peut-être pas donné pour les aficionados le résultat qu’ils en escomptaient, mais pour nous, elle a été intéressante, elle est sortie assez noble et nous a permis dans l’ensemble de pas mal nous exprimer. Nous sommes tous sortis a hombros avec l’éleveur et j’ai été très content de recevoir le prix au meilleur torero. Ça a donc été pour moi une bonne manière de commencer la saison !

ms29t

Après, il y a eu Alès, et je crois que ce contrat a découlé de la corrida de Céret. Elle avait aussi servi au ganadero, puisque cette corrida était sortie dans l’attente de l’aficion torista, qui se déplace entre autres plazas à Vic, à Céret, à St-Martin et aussi à Alès. Tous les ingrédients y étaient, la corrida était très bien présentée, sérieuse, mais malheureusement, les toros n’ont pas été à la hauteur au point de vue comportement, s’avérant la plupart trop faibles.

Personnellement, en tant que torero, je garde toutefois un bon souvenir de cet après-midi, mais je comprends aussi la déception des aficionados, eu égard au jeu décevant des toros. J’ai fait la seule vuelta de l’après-midi, dans un cartel qui comprenait tout de même Manuel Escribano, qui était dans un bon moment, et Fernando Cruz qui sortait de son triomphe de Vista Alegre, et pour moi, même si j’aurais aimé pouvoir m’exprimer davantage car j’avais envie de montrer plus, comme j’attendais de pouvoir le faire à Alès, mais je suis tout de même reparti avec le sentiment d’avoir fait tout ce que je pouvais… dans les conditions quelque peu frustrantes de cette corrida. On a joué le jeu avec les picadors, j’ai essayé de mettre les toros en valeur et de les maintenir debout, mais bon, je crois que la plus grosse déception, elle a été pour l’éleveur qui ne devait pas s’attendre à ça, surtout après cette corrida de l’année dernière à Céret !

ms11s

Ensuite, il y a eu Aire sur l’Adour. Pour un peu le même scénario ! C’était encore une corrida de Prieto, et plus commode que celle d’Alès, avec je crois un cartel intéressant pour l’aficionado, mais encore une fois, la corrida n’a pas permis. Pour ma part, je me suis retrouvé dans le même scénario qu’à Alès, d’un côté, content en tant que professionnel de ce que j’ai fait en piste, faisant l’unique vuelta de la tarde, mais d’un autre côté, frustré parce que la condition du bétail ne nous a pas permis de montrer grand-chose, si ce n’est de résoudre les problèmes qu’ils avaient et bien les tuer. Mais comme je l’ai déjà dit, quand la matière première n’est pas là, à l’impossible nul n’est tenu !

ms11t

Pour moi, la saison s’est terminée avec le festival de Vauvert à la Toussaint, ça a été pour moi une après-midi intéressante. J’ai emmené un peu ma pierre à l’édifice et j’en profite au passage pour remercier Philippe Cuillé et Didier Cabanis pour ce qu’ils ont fait. Ce sont eux qui ont eu l’idée de ce festival, ils avaient un lot de novillos qu’ils voulaient voir sortir et comme je suis parrain de l’association La CLE qui aide des enfants touchés par des maladies graves, l’idée est partie de là. A partir de là, tout le monde a adhéré, et ça a pu faire une après-midi réussie dans une ambiance comme on la voulait, à la fois humaine et de partage. Sur un point de vue professionnel, le novillo que j’ai touché a été très exigeant et pour ma part, j’ai été content par rapport à ce que je recherche dans mon évolution personnelle et cette tarde est entrée dans cette dynamique-là.

ms11u

La nouveauté cette année, c’est l’aide que m’apporte un grand professionnel comme l’est El Boni. C’est parti d’une amitié qui s’est forgée avec le temps, on se connaissait depuis longtemps, mais en vivant à Madrid, le rapprochement s’est effectué d’abord de façon amicale, puis professionnelle. C’est quelqu’un que je vois régulièrement, qui connait ma trajectoire, qui a vécu des situations similaires dans sa carrière, notamment lorsqu’il était matador, puis en parlant avec lui, il m’a dit que j’étais dans un moment de ma carrière où j’étais prêt, et qu’il fallait rechercher des opportunités pour ressortir la tête de l’eau. C’est important de voir des grands professionnels comme le Boni quand on est dans la situation qui est actuellement la mienne, qui t’aident à leur manière en recherchant une évolution dans ta tauromachie, car c’est ce qu’ils peuvent te donner. Ce n’est pas quelqu’un qui est organisateur, qui peut me mettre en situation, mais à sa manière il m’a beaucoup aidé en me montrant d’autres choses, en corrigeant des éléments techniques, en m’accompagnant au campo, comme la semaine dernière chez Victorino Martín… Pour tout torero, c’est une présence importante, ça te donne des appuis, des conversations intéressantes, car mise à part sa carrière de matador, c’est quelqu’un qui a toujours été proche des figuras, et j’aime beaucoup parler avec lui, comme quand il m’explique des choses, et qu’il me dit par exemple : « ça c’est Antoñete qui me l’a montré »… C’est donc toujours enrichissant d’avoir des échanges avec des professionnels de cette trempe.

ms11v

(NDLR : Agé de 52 ans et issu d’une dynastie torera, Rafael Perea « El Boni » a pris l’alternative en 1989, puis après avoir abandonné l’or pour l’argent, il a tenté une seconde fois sa chance à l’échelon supérieur en 1993, avant de se consacrer à son métier de banderillero, aux ordres des plus grands, comme Antoñete, Manzanares, Esplá, et actuellement, depuis pas mal d’années, El Cid).

Pour 2014, on en est au stade des contacts, c’est encore tôt, mais quelques portes pourraient s’ouvrir. On va rester positif et espérer qu’il y aura quelques opportunités, mais j’espère surtout que par rapport à la confiance que pourraient me témoigner certains organisateurs, il y ait un minimum de possibilités pour pouvoir montrer mon potentiel actuel. Aujourd’hui, je me sens bien dans mes zapatillas, je me sens bien en tant que torero, je me sens évoluer, et j’essaie toujours d’évoluer de plus en plus pour que justement si cette opportunité se présente, je puisse la saisir… »

ms11w

Conformément à la période de vœux qui approche, et avec un peu d’avance sur le calendrier, suerte, Marc !

TOMÁS

Avec Feria TV, retour sur la venue de José Tomás à Paris...

jt11g

Cliquez ICI

SIGNES

st11g

EXPO

sys11g

 

Paul Hermé

logo uctpr 17

soler 2017

Affiches / Cartels

 jb elj222

 nim20aff

 vic30aff

 al23aff

 ist16z