Samedi 23 Février 2019
Hagetmau, Alma Serena, Bonijol, Istres, Toros, Roquefort, Villeneuve, Parentis, S t-Laurent, Galo, AFAP…

cg05xx

Novillada encastée de Cebada Gago avec sortie a hombros justifiée du mayoral. Oreille pour Rafael Cerro et Fernando Rey…

Ciel couvert, temps orageux, trois quarts d’arènes environ. Six novillos de Cebada Gago bien dans le type, de petite carrosserie, aux robes variées, encastés la plupart. Le quatrième, « Peluquero », a eu les honneurs de la vuelta posthume. Le mayoral est sorti a hombros…

cg05x

Novillada entrretenue grâce à des novillos qui ont donné un jeu intéressant pour la plupart, et à trois novilleros qui chacun dans son style, et malgré leurs carences, ont permis aux aficionados de passer un moment agréable… Certes, les « cebaítas » qui sont sortis dans cette arène n’étaient pas des monstres, il leur a peut-être manqué un brin de piquant et de présence supplémentaires qui auraient fait penser à certains de leurs aïeux, mais il y avait là de quoi exécuter le bon toreo, ce que l'on a entrevu, du moins par moments...

Manuel Dias Gomes : silence aux deux.

Rafael Cerro : vuelta et oreille.

Fernando Rey : oreille et applaudissements.

Manuel Dias Gomes s’est montré favorablement au capote en recevant son premier, au demeurant très encasté, et après deux puyazos et un bon second tercio, le Portugais brinda au public une faena agréable sur la rive droite puis templée aussi sur une séquence gauchère, mais le tout restant un peu marginal. Ce novillo était de rabo et malgré ses bonnes manières, le protégé de Tomás Campuzano est resté un peu en dessous, tuant mal de surcroît, d’un bajonazo. Avec le quatrième, il se fit encore remarquer au capote et après deux bonnes piques, belle séquence de quites avec Rafael Cerro. Entame allurée au fil des planches par doblones genou ployé avant succession de séries alternées données avec autant d’entrega que de temple. On aurait alors pu penser que Manuel tenait dans ses mains les deux oreilles du triomphe qu'il était allé chercher, mais une débâcle aux aciers fit capoter l’affaire.

mdg05m

Rafael Cerro m’a plu davantage qu’à Riscle il y a deux jours. Son premier, un superbe castaño oscuro, poussa sur le premier assaut avant de prendre une ration plus légère en mode « épaulé jeté ». Brindis au conclave puis faena décidée qui comprit de bons moments, notamment à bâbord, malgré de petits accrochages sur les remates, son adversaire ayant une légère tendance à crocheter. Entière après pinchazos, quatre mouchoirs… et vuelta. Le quinto prit un bon puyazo avant que Rafael ne brinde à Victor Mendes. Plus faible que ses congénères, le Cebada eut plus de mal à transmettre, et si la faena de Cerro s’en ressentit un peu, il eut toutefois l’intelligence de le maintenir à mi-hauteur pour aligner des séries de bon niveau. Final par manoletinas puis entière caída après pinchazo.

rc05rr

Fernando Rey dut d’abord s’entendre avec un autre castaño oscuro qui s’employa au capote avant de prendre deux rations mal administrées, la première sur l’épaule et la seconde rectifiée. Poses de banderilles éparpillées puis début de faena templé avant que Fernando ne s’illustre par plusieurs séries de derechazos ajustés, la gauche demeurant plus électrique. Final par adornos allurés avant demie tendida. L’ultime fonça sur le réserve avant de prendre une autre pique protestée, Fernando s’emmêlant quelque peu les pinceaux sur des lopecinas, mais manifestant une belle entrega. Après une entame « morantista », il alterna les séries avec une certaine allure, mais sans grande transmission, la sauce étant relevée en fin d’exercice par des naturelles pieds joints et quelques manoletinas pour faire bonne mesure. Bajonazo en passant par les manèges, entière puis descabello.

fr05f

Ce mardi, à 18h, mano a mano Daniel Soto-Louis Husson avec quatre erales d'Alma Serena (voir plus bas...)

 hag09h1

 ALMA SERENA

Chez Philippe et Pierre Bats, les ganaderos d’Alma Serena, l’élevage se conjugue en mode Miranda de Pericalvo…

as05m

Cette année, ils sont déjà sortis à La Brède et pour un festival à Hagetmau, et c’est encore à Hagetmau que ce mardi, leurs pupilles reviendront pour une nouvelle confrontation entre Daniel Soto et Louis Husson. Compte tenu des résultats précédents, on peut s’attendre à un beau spectacle...

as05a

as05b

as05c

Erales pour Hagetmau

En effet, en 2012, les deux frères ont été récompensés à plusieurs reprises pour la qualité de leurs produits et dans la continuité, on peut raisonnablement penser qu’ils porteront haut les couleurs d’Alma Serena.

as05eSemental

 Après Hagetmau, on retrouvera les Alma Serena en septembre à Bayonne pour la finale des novilladas non piquées. Un aperçu ci-dessous…

 as05d

as05f

as05g

as05h

La cuvée 2014…

as05i

 Les trophées...

as05j

as05k

as05l

 BONIJOL

Au sujet des piques

"Beaucoup d’informations fausses circulent sur les différentes piques utilisées en France.

J’aimerais pouvoir clarifier d’une façon simple et précise ce qu’il en est.

Actuellement en Europe, France et Espagne circulent 3 types de piques (puyas) : - La pique dite « espagnole » définie par le Ministère de l’Intérieur espagnol en 1996 (cf règlement taurin), - Ensuite, la pique dite « andalouse », même modèle que la précédente mais de cotes réduites, adoptée par l’Andalousie le 21 mars 2006, ensuite par le Pays Basque et Castille et Leon - Et actuellement la pique Bonijol, dite « française », pyramide en acier sur corps monobloc aluminium qui supprime le bourrelet présent dans les précédents modèles, utilisée depuis 2011 par les arènes qui le désirent en accord avec l’UVTF, garant du bon déroulement des corridas en France.

En tant qu’empresa de caballos, pour honorer mes contrats en Espagne, j’ai dû acheter 60 caisses de piques au puyero Curro Vega, avec l’assentiment du Syndicat des picadors espagnols pour les utiliser : - 20 caisses de piques « espagnoles » modèle ministère de l’Intérieur, - 40 caisses de piques « andalouses ».

L’année dernière en France, j’ai utilisé la pique que j’ai inventée dans la plupart des arènes où j’interviens. Et les piques « espagnoles » (ministère de l’Intérieur) pour les arènes qui le demandent, Céret et Parentis.

Toujours en 2012, en Espagne, j’ai participé à plus de 50 novilladas et corridas : - Santander et Logroño : piques ministère de l’Intérieur - Córdoba, Málaga, San Sebastián, Bilbao, Almería, Salamanque : piques andalouses.

ab05a

Les piques espagnoles sont formée d’une tige triangulaire d’acier recouvert d’un corps en plastique enveloppé par de la corde, l’ensemble laissant sortir la pyramide acérée. La corde est utilisée pour correspondre à une réglementation ancienne. Actuellement, la réglementation stipule que le plastique peut être utilisé à la place de la corde s’il apporte un avantage technique meilleur.

Cette année, le puyero García s’en est affranchi en utilisant des corps en plastiques qui reproduisent par moulage le relief de la corde. Manolo Salès, puyero de Valencia, utilisait déjà bien avant ce procédé validé par le ministère de l’Intérieur.

Depuis 2012, en France, Philippe Heyral utilise les anciennes piques de García sans mettre les cordes sur les corps en plastique car elles représentent un frein : de la sorte, la pique pénètre plus facilement. C’est ce qu’ont voulu faire certains picadors cette année à Céret avant la corrida, en enlevant les cordes sur les piques - démarche naïve et sans esprit de mal faire : ils voulaient un outil plus facile d’utilisation pour favoriser le spectacle. Le problème soulevé par la commission et le Président de la course, c’est que, cordes enlevées, la pique n’était plus aux cotes réglementaires…

Et aujourd’hui, il y a encore des picadors qui préfèrent les piques encordées parce qu’elles rentrent par éclatement et font davantage saigner le toro. Voilà l’état du débat.

L’année dernière, les autorités de Santander m’ont réclamé une pique française pour l’analyser à Madrid auprès des Présidents des Palcos de toutes les communautés espagnoles, eux-mêmes présidés par Marcelino Moronta.

Il découle qu’une réunion doit se tenir entre les autorités espagnoles et le syndicat des picadors pour pouvoir utiliser la pique française en Espagne.

Bien que je sois propriétaire d’un capital de 60 caisses de piques espagnoles pour encore des années d’utilisation, je continue à défendre ce projet de piques françaises auquel je crois pour l’évolution positive du tercio de varas.

Je suis depuis longtemps convaincu que la pique traditionnelle a toujours présenté des lacunes importantes pour libérer la qualité artistique du premier tiers de la corrida."

(Communiqué d’Alain Bonijol)

ISTRES

SUCCES TOTAL POUR LA CORRIDA PORTUGAISE D'ISTRES...  

Dimanche 4 août s'est célébrée à Istres la corrida portugaise des fêtes  devant une arène quasi pleine et une ambiance de feu.

Les sérieux toros de Christophe et Juliette Fano, d'origine Murube, ont donné un excellent jeu permettant ainsi à Joao Maria Branco et à Gines Cartagena de démontrer tout au long de la soirée leur réel talent.

Trois oreilles pour Cartagena qui emballa la soirée par sa fougue et son charisme et deux oreilles pour Branco qui  a plu par son sérieux et sa technique.

Le moment le plus attendu était les spectaculaires "pegas" des forcados de Chamusca qui ont fait vibrer Le Palio avec des toros de Fano qui leur ont donné du fil à retordre.

Une soirée triomphale avec un public ravi clôturait la saison taurine qui marquera les arènes d'Istres avec de réels résultats artistiques, trois "No Hay Billetes" et un plein pour la corrida portugaise.

Prochain rendez-vous en janvier pour l'annonce des cartels 2014 !

TOROS

Le numéro double d’août de la revue TOROS est sur les étagères de votre buraliste. Au : l’éditorial revient sur la valorisation du tiers de piques et ses effets pervers ; les histoires d’aquitaine avec le centenaire des arènes de Dax et le souvenir de Claude Pelletier.

 toros05t

Suivent les comptes rendus de Pamplona, Céret, Mont de Marsan, Châteaurenard, Lunel, Saint Vincent de Tyrosse. Un article est consacré au musée taurin de Bilbao et un autre traite de l’évolution du traje goyesco au fil du temps. Bonne lecture au son des cigales…

(Communiqué)

ROQUEFORT

roc05r

Aperçu des novillos de Valdefresno…

vald05a

vald05c

vald05b

vald05d

 VILLENEUVE

Rappel...

vil21v1

 PARENTIS

Dans le cadre de la Sen Bertomiu 2013 le comité des fêtes de Parentis en Born, en association avec 100% recorte, organise son 7ème concours de recortadores le lundi 12 août à 21h30. Les meilleurs recortadores du moment seront là, tels que : Mika Romero, de Bayonne, Eric Pascal, de Tyrosse, le champion d’Espagne en titre Sergio Delgado et le meilleurs sauteur espagnol Chipu, de Arganda.

par05p

Grande nouveauté cette année, un groupe de recortadoras nommé « Arte y Mujer » fera sa présentation en France devant une vache en pointe.

Les toros sont de la ganadería Montalvo.

par30w1

(Communiqué)

ST-LAURENT

stl05s

 GALO

Le samedi 3 août, dans les arènes de Port Saint Louis du Rhône, face à de bons novillos d’Olivier Fernay, le rejoneador Laury Tisseur a coupé une oreille, ainsi que Joaquin, Maxime Solera et Rayan.

La belle aventure de « El Galo » a commencé par son incorporation surprise à la Feria d’Istres, organisée par la matador Bernard Marsella, et a continué ce samedi à Port Saint Louis où le jeune novillero a connu le succès après avoir montré du temple et de la variété mexicaine au capote, ainsi qu’au tercio de banderilles terminé par un spectaculaire quiebro. A la muleta, le Galo a de nouveau interprété un toreo très personnel qui malgré son âge est déjà bien défini, avec des cambios, des séries de derechazos cadencés et un rand empaque, très au goût des aficionados présents, ainsi qu’une série de naturelles lentes qui arrêta le novillo.

Final inspiré, oreille avec pétition de la seconde et vuelta triomphale, en recevant le « cariño » de l’aficion française. A l’issue de la course, le jury a désigné El Galo triomphateur du challenge « Ouest Provence », ce qui lui a valu de recevoir un capote de paseo de chez Fermín.

al05a

Dans la catégorie « Jovencito », le prix est allé à Rafi, du CFT, et celui des rejoneadors à Laury Tisseur.

al05x

A noter la bonne prestation des cinq finalistes et l’organisation exceptionnelle de ce cycle de huit courses qui a permis une grande promotion des valeurs montantes de notre tauromachie.

Prochaine course de El Galo ce mardi 6 août dans les arènes d’Istres avec Bastien et Maxime Solera pour combattre des novillos de Roland Durand…

(Communiqué)

AFAP

afap05b

 

Paul Hermé

logo uctpr 17

soler 2017

Affiches / Cartels

 lq19aff

 stm19aff

 arl19aff

 ist25aff