Samedi 07 Décembre 2019
Bilbao
Mercredi, 22 Août 2012

elj21xx

La seule oreille pour El Juli qui a frôlé la grande porte…

Arènes pleines aux 4/5, beau temps. Six toros de Núñez del Cuvillo correctement présentés, sans plus pour Bilbao, donnant un jeu inégal, assez souvent décevant, au-dessus du lot le quinto.

ndc21h

Morante de la Puebla (saluts et silence)  a reçu une chaleureuse ovation de bienvenue face à un  premier qui prit deux piques, la seconde trasera. Excellent quite par chicuelinas puis bon tercio de banderilles qui vit saluer Javier Sánchez et Alejandro Sobrino. La faena débuta par derechazos suaves et trinchera, puis d’autres tout aussi valeureux, les choses se compliquant à gauche, avec toutefois trois naturelles ressortant de l’ensemble. Retour à bâbord pour d’autres derechazos templés, le tout d’inégale intensité, mais avec pas mal de gestes de « arte puro » qui auraient pu lui valoir une récompense si l’épée était allée à l’unisson. Demie tendida, demie puis descabello. Avec le quatrième, qui prit une pique sans style puis une seconde sans appuyer, autre bon tercio de banderilles puis série droitière ajustée qui n’eut guère de suite, trois beaux gestes à gauche avant désarmé, les choses se diluant en même temps qu’un cornu qui rechignait à foncer, se défendant sur place sans lui laisser la moindre option. Demie. Sifflets à l’arrastre.

mo21g

El Juli (saluts et oreille) prit un premier client qui poussa sur le premier assaut. Bon quite par chicuelinas avant une seconde dose du genre homéopathique, Talavante se faisant à son tour applaudir au capote. Bon second tercio, brindis à l’assemblée et entame décidée avec des enchaînements droitiers valeureux, Julián se faisant ensuite prévenir à tribord où ce fut moins probant. Entière trasera, descabello, le tout suivi d’une pétition du genre « fifty-fifty » à laquelle le président Matías n’adhéra point. Avec le quinto bueno, qui poussa sur la première rencontre avant d’en prendre une seconde en guise de simulacre, le Juli fit monter le degré sur un quite par lopecinas au centre. Saluts quelque peu limites d’Álvaro Montes et Emilio Fernández, début pieds joints pour des redondos templés suivies de naturelles de parfaite exécution, sans pouvoir toutefois remater avec le pecho. Autres égrenées une par une sous l’accompagnement de Nerva puis inévitable séance de tourne-retourne qui transmet aux étagères. Entière maison qui libère un appendice, le public insistant dans sa majorité pour que le maestro de Velilla en empoche un second que Matías lui refusera, s’attirant une belle bronca. Qui a tort, qui a raison ? Question de critères… qui apparemment ne sont pas les mêmes pour tout le monde. A Almería ou Tomelloso, son trasteo lui aurait certainement valu un rabo, mais on était à Bilbao…

elj21k

Alejandro Talavante (silence et saluts) n’a pas connu une grande tarde. Son premier, mal piqué en deux fois puis pas mieux banderillé,  s’avéra rapidement parado et Talavante n’insista pas. Pinchazo, un tiers et puntillero catastrophique qui s’attira une belle bronca. Avec l’ultime, il se fit applaudir au capote, le bicho s’employant ensuite sur la première pique. Statuaires, cambios, pecho, pour une entame prometteuse puis séquences droitières bien léchées suivies par un bref passage sur la gauche, le Cuvillo finissant près des planches. Final par manoletinas puis entière. De l’ouvrage consciencieuse, mais sans grand éclat.

at21h

 

Paul Hermé

logo uctpr 17

soler 2017

Affiches / Cartels