Vendredi 26 Avril 2019
Bayonne, Istres, Parentis, Rion, Huelva, Maubourguet…
Dimanche, 05 Août 2012

dl05xx

Sortie a hombros pour Daniel Luque qui a coupé deux oreilles à un grand toro d’Alcurrucén…

Drôle d’atmosphère à Bayonne à cause d’un temps menaçant à partir de la mi-journée. En effet, on sortait à peine de la non piquée lorsque les premières gouttes sont apparues, et tout l’après-midi s’avéra pluvieux, à tel point que l’on pensait que la course ne pourrait avoir lieu. C’était sans compter sur les caprices des cieux qui finalement décidèrent de fermer le robinet, ce qui fit renaître l’espoir du côté des aficionados… et des organisateurs !

Avec trois quarts d’heures de retard, histoire de remettre la piste en état, le paseo a pu s’ébranler, et hormis un passage pluvieux au tout début puis au quatrième toro, les parapluies ont été inutiles.

Arènes garnies environ aux deux tiers, six toros d’Alcurrucén bien présentés, donnant un jeu inégal, la plupart nobles mais au moteur limité, supérieur le troisième qui eut les honneurs de la vuelta posthume après pétition sonore de l’assemblée.

Juan José Padilla (saluts aux deux) a été reçu, comme c’est partout le cas, par une chaleureuse ovation qu’il fit partager à ses compañeros. Avec son premier adversaire, qui ne dura pas, il se fit applaudir aux banderilles puis sur quelques mouvements de la gauche, sans pouvoir lier la plupart du temps. Le quatrième, reçu par larga cambiada de rodillas,  mit les reins sur le premier assaut puis sous les lampions et les gouttes, le Cyclone brilla encore avec les palos. Début de faena à genoux et alors qu’on sentait Padilla désireux de faire monter la température, ses illusions fondirent comme neige au soleil, son opposant s’avérant rapidement parado, au point qu’il dut se résoudre à en finir prématurément. Entière, sifflets à l’arrastre.

jjp05w

Juan Bautista (saluts aux deux) composa un premier trasteo inégal face à un toro qui n’avait pas grand fonds. Quelques passages agréables dans un ensemble qui pêcha, relation de cause à effet, par manque de transmission. Avec le quinto, qui poussa sur la première rencontre et qui fut encore bien pris à la suivante, Jean-Baptiste brinda au conclave  une faena complète, exploitant bien la noblesse de son adversaire qui manquait toutefois d’allant pour donner plus d’importance à son labeur. L’épée le priva d’une récompense un temps entrevue.

jb05w

Daniel Luque (deux oreilles et saluts) tomba sur le bon numéro avec le troisième, « Bandurria », avec lequel il se fit applaudir au capote puis qui poussa au cheval. Brindis au public et excellente entame genoux au sol suivie de mouvements allurés. Toreo relâché, vertical, templé, relevé par plusieurs séries droitières au tracé irréprochable. Final épée jetée avec enchaînements sur les deux versants et espadazo. Avec l’ultime, Luque se fit encore remarquer au capote, puis sa faena comprit quelques bons passages, sans toutefois atteindre l’intensité de sa première.

dl05w

En matinée, la non piquée du Lartet a tenu ses promesses… à partir du moment où l’on vient voir autre chose que des leçons récitées devant des carretones ! Un bétail exigeant, possédant du caractère, qui demandait les papiers, mais tous toréables et applaudis à l’arrastre…

A ce jeu, Filiberto Martínez, d’Albacete, (applaudissements) fit plutôt bonne figure, perdant les oreilles avec les aciers, mais laissant auparavant une bonne impression au cours d’une faena brindée au public qui comprit plusieurs séquences inspirées. A noter qu’après un bon capoteo de réception, Toni El Potro se fit prendre sur la réplique, victime d’une cornada qui le mit d’emblée hors-jeu (voir chronique du jour).

fm05w

Amor Rodríguez, de la Fondation du Juli (vuelta), s’accrocha face à un toro incertain et quelque peu violent qui le souleva sans mal, Amor repartant à la guerre sans se regarder… Du cran, de l’entrega et de l’aguante chez un aspirant qui remonta bien la pente en fin de parcours. Demie puis trois quarts de lame.

ar05w

Ángel Sánchez, de Colmenar Viejo,  (vuelta) s’avéra excellent au capote puis étant menacé d’emblée lors d’une faena brindée à l’assistance, il fit tout de même un bel effort pour ne pas perdre pied face à un opposant exigeant. Entière trasera.

as05w

Filiberto Martínez (oreille) prit le quatrième, du fait de la blessure du Potro, et s’adjugea le seul trophée de la matinée en mettant en exergue sa volonté et son entrega. Malgré des hauts et des bas, il composa quelques mouvements valeureux, dont deux superbes tandas de derechazos avant pinchazo puis entière.

ISTRES

Beau temps, deux tiers d'arène environ. Corrida bien présentée mais inégale de jeu d’Adelaida Rodríguez, meilleur le quatrième.

dm05b

David Mora : applaudissements et oreille.

dm05c

dm05a

Trophée Pierre Pouly au meilleur matador

as05a

Arturo Saldívar : silence aux deux.

td05a

Thomas Dufau : silence aux deux.
(Photos : Daniel Chicot)

PARENTIS

Six novillos de Flor de Jara.

Javier Jiménez en bleu et or: silence et silence

Mario Alcalde parme et or: ovation et salut après avis et sifflets après deux avis.

Rafael Cerro en paille et or: silence après un avis et palmas.

La matinée avait été fortement arrosée, après l'annulation de la course de Raso del Portillo on craignait pour la suite. La marée tournant, Eole changea de camp et les nuages, on put donc faire course, la piste ayant été dument protégée par les soins des aficionados locaux. De fait, au moment du paseo, elle était impeccable.

La désillusion fut à la hauteur des espoirs mis dans cette journée. Le lot de Flor de Jara fit impression à la sortie du toril: enrobé, haut et charpenté, mais il lui a manqué le moral, le gaz indispensable à la réussite du spectacle. Il fit le job sous le fer prenant deux piques, un service minimum sans classe ni conviction. Par la suite, le lot apparut fadasse, sans mobilité, juste de force, sortant la tête haute et cherchant les planches. Bref, ça manquait de race et on devra, du côté de cet élevage emblématique, chercher l'erreur.

fdj05b

Difficile de briller quand la matière première n'est pas là. Javier Jiménez passa sans peine ni gloire et sans laisser d'impression notable. Transparent et l'esprit ailleurs. Mario Alcalde montra plus de décision. Il raccourcit les terrains, chercha la corne contraire, essaya de bâtir quelque chose passe par passe. Il faillit y arriver au cinquième, mais perdit tout crédit après 15 descabellos successifs. Rafael Cerro a de l'allure lui aussi: des détails élégants, mais il manquait l'étincelle que la rencontre avec un opposant de qualité peut produire. Tout cela passait plus pour un exercice d'école que pour un réel combat.

Les jours se suivent et ne se ressemblent pas: à Parentis, ça n'est pas toujours samedi où sortent, dans leur magie, les courses de Valdellan.

La novillada prévue ce dimanche matin à Parentis a été annulée en raison de la pluie qui tombait violemment sur la capitale du Born. Rappelons le cartel: 4 novillos du Raso del Portillo pour Fabio Castañeda et Manuel Cuenca qui devait faire sa présentation en France à cette occasion. Il remplaçait Carlos Duran prévu à l'origine. Remboursements: Association des Aficionados de Parentis, Bp 14 40161, Parentis en Born Cedex. Il est demandé de donner son adresse.

Pierre Vidal

(NDLR : A cause des intempéries, les courses prévues à Soustons et à Hagetmau ont aussi été annulées).

RION

rion05x

HUELVA

Pour son encerrona, avec trois oreilles dans son escarcelle, ce fut un peu l’histoire de la bouteille à moitié pleine pour Diego Ventura qui se fit prendre à son premier avec son cheval Galán qui reçut une cornada après avoir glissé. Ventura continua son solo après avoir reçu une infiltration et brilla un peu plus tard devant le Miura, perdant les oreilles avec le rejón de muerte. Des récompenses qu’il allait enfin obtenir face au Benítez Cubero, deux oreilles, puis une face à l’ultime, de Juan Pedro Domecq.

MAUBOURGUET

mau05w

 

Paul Hermé

logo uctpr 17

soler 2017

Affiches / Cartels

 jb elj222

 nim20aff

 vic30aff

 al23aff

 ist16z