Vendredi 18 Octobre 2019
Mont-de-Marsan, Méjanes, Orthez…
Samedi, 21 Juillet 2012

elj21xx

La seule oreille au Juli…

Les jours se suivent et ne se ressemblent pas, mais il ne faut pas rêver, une corrida comme celle des Fuente Ymbro hier, ça ne va pas se trouver tous les jours sous les sabots d’un cheval… Cela dit, par beau temps et no hay billetes, la corrida de Jandilla n’a pas manqué parfois d’intérêt, mais pour une raison ou une autre, les choses ne sont jamais allées jusqu’au bout…

Cinq toros de Jandilla et un de Vegahermosa (même maison, sorti en deuxième position) justes de présence et de forces la plupart, nobles à divers degrés, mais manquant pour certains de son et de fonds…

El Juli (oreille et saluts) entama les hostilités avec un adversaire qui prit deux bonnes piques avant de se montrer menaçant à plusieurs reprises en début de faena. Julián puisa alors dans sa technique pour dominer un fauve un moment récalcitrant qui finit par se rendre devant tant de maîtrise. Entière trasera. Avec le quatrième, cuidé au cheval, le maestro de Velilla brinda à l’assistance puis signa une excellente entame pieds joints. A droite, des redondos templés provoquèrent des olés avant que tout ne se complique un peu sur l’autre rive. Trasteo volontaire qui aurait pu connaitre un meilleur épilogue si le Juli n’avait pinché à deux reprises…

elj21g

Alejandro Talavante (saluts et silence) a attaqué son Vegahermosa par un superbe enchaînement de véroniques, chicuelinas puis rebolera. Deux piques cuidées puis début de faena par cambio précédant plusieurs enchaînements de bon goût en donnant la distance. De la profondeur, de la créativité, de l’aguante, bref du grand Talavante ! Las, les oreilles se sont envolées après un pinchazo a recibir, une demi-lame et deux descabellos. Avec le quinto, qui tapa fort d’emblée contre un burladero au point de s’éclater la pointe du piton droit, Alejandro brinda au public une faena qui n’allait pas battre les records de longueur, le toro s’avérant deslucido et par son manque d’allant, il ternit les efforts de l’Extremeño qui ne tarda pas à l’envoyer ad patres par entière au troisième envoi.

at21v

Thomas Dufau (silence et saluts) prit un premier client bien piqué en deux fois. Bon quite du Juli par véroniques et réplique par chicuelinas tout aussi ajustée du Montois. Le brindis est allé à deux rugbymen emblématiques, Pierre Albaladejo et Benoît Dauga puis après avoir quitté ses zapatillas, Thomas s’est lancé dans la mêlée en donnant la distance et templant des séries valeureuses, surtout à droite, avant d’être menacé sur l’autre bord. Son trasteo aurait pu être mieux récompensé, mais avec un pinchazo profond puis une entière trasera, les choses en restèrent là.

td21f

Avec l’ultime, reçu par larga cambiada de rodillas puis bon capoteo avant deux piques préservées suivies d’une demi-vuelta de campana, Thomas brinda au conclave et exécuta dans la foulée deux cambios au centre. Toréant avec application et une visible décision, la fadeur de son opposant l’empêcha de donner suffisamment de relief aux échanges alors qu’il lui aurait fallu un toro qui ait davantage d’allant, voire de piquant. Entière.

td21q

En matinée, la novillada des frères Lozano – El Cortijillo ne laissera pas un grand souvenir. Donnée devant une demi-arène par beau temps, elle valut surtout par la présence de Juan Leal qui a obtenu la seule récompense de la matinée devant un novillo du Cortijillo gratifié de la vuelta posthume.

Conchi Río (silence aux deux) a été débordée par son premier et a signé quelques bons capotazos au quatrième, avant une faena droitière sans grand écho et un final par entière au troisième envoi.

cr21f

Juan Leal (oreille et silence) s’est distingué face à un  berrendo qui s’avéra noble et combatif dans une faena brindée au public relevée par plusieurs séries de redondos ajustés et des enchaînements templés des deux côtés. Un tiers de lame puis entière. Vualta au novillo. Avec le quinto, compliqué, Juan brilla au capote puis brinda à Borja Domecq une faena décidée prolongée par un arrimón de près. Las, les aciers lui firent perdre la récompense un moment entrevue.

jl21f

Álvaro Sanlúcar (silence aux deux) cultive les bonnes manières. Elegant au capote, il eut tendance à un peu trop en faire à la muleta, même si plusieurs séries méritaient la mention. Avec le bon sixième, il dessina encore quelques séries allurées, mais les aciers sont venus gâcher l’impact de son trasteo.

as21g

Avec Feria TV, voir le succès d’Álvaro Lorenzo en non piquée en cliquant 

Retour sur la corrida triomphale de Fuente Ymbro en cliquant ICI

MÉJANES

Devant une arène comble, Diego Ventura a remporté le Rejón d’Or pour avoir obtenu une oreille de son premier puis les deux de son second adversaire de Luis Terrón.

Pablo Hermoso de Mendoza : silence aux deux pour avoir séché avec le rejón de muerte et Leonardo Hernández : saluts et oreille.

ORTHEZ

1/2 arène. 5 novillos de Fernando Palha, tous applaudis à l'arrastre.

Imanol Sánchez en blanc et or: silence et vuelta.
Iván Abosolo en noir et or: vuelta, une oreille et une oreille.
Tour de piste final du mayoral de Fernando Palha en costume portugais.

Bonne novillada de Fernando Palha, bien présentée, avec trois novillos jaboneros, un berrendo et un noir, hauts et bien dans le type Veragua. Ils ont fait le job sous le cheval en prenant un total de 14 piques en s'arcboutant pour la plupart. Ils se laissèrent faire par la suite. En définitive ce fut une novillada complète où se détacha le cinquième, le plus abordable.

ort21x
Les novilleros se montrèrent un peu verts pour le sérieux de l'opposition. Il n'y eut pas de naufrage cependant. Ils se montrèrent tous les deux dignes et firent preuve de courage. L'aragonais Imanol Sanchez se distingua surtout aux banderilles. Plus complet, Iván Abosolo gagna le droit de combattre le dernier de la matinée. Il avait pris avant cela une dure rouste qui ne le découragea pas. Il finit la chemise déchirée et son courage toucha le public du Pesqué. Bref, une matinée prenante bien dans le ton de l'arène béarnaise.

Pierre Vidal

L'après-midi, devant des gradins copieusement garnis, les toros de Veiga Teixeira allèrent au cheval mais furent pour la plupart compliqués et arrêtés à la muleta.

sm21h

Serafín Marín a coupé la seule oreille au troisième et a salué à l'autre.

fr21a

Fernando Robleño a fait une vuelta puis a salué.

pau21j

Paulita a salué à son second.

Le prix au meilleur piquero est allé à Ángel Rivas.

 

Paul Hermé

logo uctpr 17

soler 2017

Affiches / Cartels