Vendredi 26 Avril 2019
TENTADERO CHEZ DOMÍNGUEZ CAMACHO

bj9ww

Virée chez Domínguez Camacho pour un tentadero avec le jeune Borja Jiménez, mais aussi Antonio Barrera et le diestro mexicain « El Conde »…

dc28

Comme je vous l’avais annoncé, mon périple sévillan est passé par le campo et pas mal de rencontres, à commencer par celle de mon ami Manuel Espinosa « El Lolo de Camas », ancien picador du Cid et dorénavant reconverti dans l’apoderamiento. Après avoir suivi Esaú Fernández, il s’occupe à présent de diriger le jeune novillero de Camas Borja Jiménez, qui avec son frère Javier, s’est déjà fait un nom dans le monde novilleril.

dc3

Le vendredi 20 avril, départ de Camas avec Lolo au volant, Manuel Tirado, ex-matador actuellement dans le négoce taurin, Borja Jiménez, ainsi que mon ami Michel Salvadorini « Palomo »…

dc1

En route donc vers Cumbres Mayores, un pueblo de la province de Huelva, où se trouve la ganadería des frères Domínguez Camacho, Francisco et Antonio, avec pour nous accueillir le fils de Francisco, David Domínguez.

dc8

dc_4

Avec lui, avant le tentadero, visite détaillée de la finca…

dc8

GANADERÍA DOMÍNGUEZ CAMACHO

Située sur les hauteurs, à environ 800m d’altitude, il ne faisait pas vraiment très chaud lorsque David nous embarqua dans son 4x4 pour faire le tour du propriétaire. Première bonne surprise, la majesté des lieux dès que l’on a pris de l’altitude pour un superbe panorama dominant la finca avec en prime le passage au galop des toros encadrés par le mayoral. Moment magique…

dc9

dc2

« La finca « Los Llanos » se divise en deux parties par rapport à la route, elle s’étend sur 900 hectares et comprend environ 600 têtes de bétail. Elle provient de mes grands-parents et pendant longtemps, les toros étaient issus de l’encaste Murube.

dc7

dc23

dc22

Mais à partir de 1997, on a changé pour s’orienter vers du Marquis de Domecq et on a alors éliminé les vaches d’origine Murube que l’on a cédées pour une part à Arrucci et aussi à Los Espartales et Pablo Hermoso de Mendoza. La dernière corrida de cet encaste, on l’a lidiée à Logroño.

dc13

dc18

Comme on a pu le voir lors du tentadero, il y a eu un peu de tout, mais ce qu’on travaille à partir de la bravoure, c’est la classe. L’idéal, c’est de trouver des vaches braves qui ont de la classe dans leur comportement, comme aujourd’hui la deuxième vache, celle pour Borja. C’est le plus difficile à obtenir, mais c’est ce à quoi nous nous attachons.  

dc12

Cette année, nous avons cinq corridas à vendre et une paire de novilladas, dont une pour Madrid en juillet. Pour le moment, nous avons pas mal de contacts, mais rien n’est encore définitif. Une de nos corridas et de novilladas devaient être lidiées en France, mais nous n’avons plus de nouvelles, et apparemment ça ne se fera pas...

dc5

C’est un réel problème car avec la crise et la réduction du nombre de courses, il y a plus d’offres que de demandes… La solution ? Elle passera forcément par une restructuration pour la plupart des éleveurs, à savoir qu’il fleur faudra réduire en conséquence leur nombre de bêtes.

dc10

dc20

En outre, le manque de pluie n’arrange rien. Pour donner un exemple en ce qui concerne notre finca et son emplacement géographique dans la sierra de Huelva, lors d’une année normale, notre pluviomètre marque 1200 litres par m². Or, pour cette dernière année, il n’en est tombé que 250 !!! Imagine un peu, quasiment cinq fois moins !

dc11

Notre finca est bien pourvue en eau, mais le problème, bien entendu, c’est la répercussion sur les coûts de nourriture du bétail… En temps normal, avec les herbages, nous nous en sortons, mais actuellement, la bonne herbe étant plus rare, il faut bien compenser avec du pienso dont les prix se sont envolés… »

dc19

BORJA JIMÉNEZ

Borja Jiménez, que l’on pourra notamment voir à Vic-Fezensac lors de la matinée du samedi 26 mai où il se produira en mano a mano avec son frère Javier devant des novillos de l’Astarac et du Lartet, a brillamment participé au tentadero et il ne fallait pas être grand clerc pour voir que l’on avait affaire à un novillero prêt qui devrait rapidement passer en piquée…

bj1

bj2

« Je suis né à Espartinas où mon père m’emmenait aux toros dès mon plus jeune âge, j’ai grandi dans cette ambiance, tout comme mon frère, et vers l’âge de treize ans, j’ai décidé de devenir torero en m’inscrivant à l’école taurine dirigée par le père d’Espartaco.

bj4

bj6

A Espartinas, il y a une importante ambiance taurine et je profite à la fois de l’école, du campo, et des courses pour lesquelles je suis inscrit. L’école est ouverte tous les soirs du lundi au vendredi, et parallèlement aux entrainements, je poursuis encore mes études. Mais il est clair que la profession que je veux exercer est bien celle de torero !

bj5

bj10

L’année dernière, j’ai participé à vingt-cinq novilladas non piquées dont cinq en France, les choses se sont plutôt bien passées, même si je suis conscient que je dois encore progresser. Cette année, je débuterai avec mon frère à Vic-Fezensac, mais à présent, il me tarde de passer en piquée, ce que je devrais faire assez rapidement.

bj3

Mes modèles ? Manzanares, Juli, Espartaco, mais il y en a encore beaucoup d’autres… J’essaie de m’inspirer un peu de chacun d’eux dans ma façon de toréer, je regarde beaucoup de vidéos les concernant, et je discute souvent avec certains, principalement avec Espartaco, évidemment, qui est évidemment de bon conseil.

bj8

J’aimerais venir souvent en France, où je me suis senti bien, et en Espagne, j’ai principalement toréé grâce à la compétition organisée par Canal Sur. Bien sûr, mon arène reste la Maestranza ! Ce serait bien d’y prendre un jour l’alternative… en compagnie de mon frère !!!" (rires)

dc27

Avec Espartaco comme parrain, ça ferait un sacré cartel, non ? En tout cas, une chose est sûre, ce jour-là, Espartinas serait à la fois en ébullition et totalement déserte…

L’avis de son apoderado, Manuel Espinosa « El Lolo de Camas »

« Je connais le garçon depuis longtemps et à l’école d’Espartinas, il est dans de bonnes mains, notamment avec le père d’Espartaco. Sa progression a été constante et à présent, Borja a tous les atouts pour passer en piquée, ce que je vais m’employer à faire pour l’aider à franchir ce nouveau cap. C’est un novillero « puesto » dans sa catégorie qui devrait éclater à l’échelon supérieur. Sans vouloir brûler les étapes, je suis persuadé qu’il va faire parler de lui au cours de cette temporada, à commencer chez vous, à Vic… »

dc25

ANTONIO BARRERA

Présent aussi lors de ce tentadero, Antonio Barrera en a profité pour peaufiner sa condition avant un nouveau départ vers les Amériques. Une nouvelle occasion de vérifier l’étendue de son bagage et son envie de distiller le « buen toreo ».

ab1

ab2

D’ailleurs, on vient d’apprendre que Barrera vient de couper ce dimanche deux oreilles à Campeche (Mexique)…

ab3

ab4

Chez nous, on le verra défiler au paseo pour la corrida concours de Vic-Fezensac le dimanche 27 mai, puis à Istres le vendredi 5 juin en compagnie de Manzanares et Alejandro Talavante, toros de Núñez del Cuvillo…

ab5

ab7

EL CONDE

elc1

Autre invité de ce tentadero, le diestro mexicain Alfredo Ríos « El Conde », qui lui aussi a eu l’opportunité d’étaler un toreo bien affirmé.

elc2

elc3

Ce dimanche, dans son pays natal, El Conde a coupé une oreille à Tijuana…

elc4

elc5

 

Paul Hermé

logo uctpr 17

soler 2017

Affiches / Cartels

 jb elj222

 nim20aff

 vic30aff

 al23aff

 ist16z