Mardi 25 Juin 2024
RESTREPO
Mardi, 12 Mars 2024
 cr11pk
 
Entrevista avec le novillero colombien Cristian Restrepo qui a intégré le cartel de la novillada non piquée de Bellegarde pour le Trophée Sébastien Castella…
 
L’an dernier, on l’a découvert à Arles pour sa première novillada non piquée de la Feria du Riz. Malgré les difficultés, il s’en était plutôt bien sorti face à un Jalabert exigeant, pour en fin de compte recueillir une oreille. 
 
On va bientôt assister à son retour chez nous à l’occasion de cette Primavera de la Tauromachie qui comprendra le dimanche 24 mars une novillada sans picadors à caractère international avec le français Victor, l’espagnol Julio Norte et la Colombie avec Cristian qui affronteront des erales de de Roland Durand et de la Paluna.
 
Afin de mieux le connaitre avant cette épreuve, je lui ai posé quelques questions…
 
cr11a
 
-Où vis-tu actuellement ?
-Je vis à Madrid.
 
 
- Ton père était matador de toros colombien… C’est lui qui t’a transmis le goût des toros ? Si oui, à partir de quel âge ?
 
- Il est vrai qu’il a contribué à me transmettre l’aficion qui m’a poussé à devenir toreo, tout ça vers les huit ans. 
 
 
- Avant d’entrer dans une école taurine, c’est lui qui t’a enseigné les rudiments du toreo ?
 
- Oui, il a été le premier avec qui j’ai commencé à tenir un capote et une muleta, et si j’ai pu le faire, c’est bien grâce à lui. 
 
 
- Quand tu es entré à l’école, tu savais déjà toréer ?
 
- C’est vrai que lorsque je suis entré à l’école taurine de Madrid, j’en avais déjà plus ou moins une idée grâce à tout ce que j’avais appris dans les arènes de Cali avec mon père et tous les professionnels de cette ville.
 
cr11b
 
- Quels ont été tes professeurs à Madrid ?
 
- Quand je suis arrivé en Espagne, je sui resté trois ans à l’école de Madrid et j’ai eu plusieurs professeurs, comme José Pedro Prados « El Fundi », Miguel Rodríguez, Rafael de Julia et Sergio Aguilar. A présent, dans l’école de Navas del Rey où je suis depuis novembre de l’an passé, je continue d’apprendre avec Miguel Maestro et David Adalid.
 
 
- Ces écoles t’ont fait progresser ?
 
- Depuis que je suis entré à l’école de Madrid à treize ans, j’ai réalisé des progrès. Je le vis très intensément en sentant une évolution, c’est très important car ça nécessite de s’améliorer tous les jours.
 
 
- Maintenant qu’une temporada importante t’attend, comment juges-tu ton niveau technique et artistique ?
 
- Il est vrai que je suis encore jeune et que j’ai très peu toréé, Bellegarde sera ma seconde novillada après celle d’Arles en septembre dernier, mais je me sens capable techniquement pour cette temporada et au fur et à mesure, j’espère m’améliorer encore, tant sur le plan technique qu’artistique. Mais j’essaierai toujours d’apporter mon concept et mes habitudes partout où j’irai.
 
cr11c
 
-Quels points penses-tu devoir encore améliorer ?
 
- Je ressens qu’il y en a encore beaucoup et on travaille dur pour ça. Mais surtout, l’épée a été mon talon d’Achille et ce que j’espère, c’est de pouvoir améliorer cette suerte le plus tôt possible. 
 
 
- Quelles sont tes suertes préférées ?
 
- Elles sont toutes importantes, encore plus si on les fait bien, mais je suis enchanté de me voir toréer par naturelles et je travaille tous les jours pour y arriver.
 
 
- As-tu des modèles chez les maestros ?
 
- Mes modèles les plus importants sont mon père et El Juli.
 
 
- En dehors du toreo, quelles sont tes principales activités ?
 
- C’est vrai que j’ai plusieurs activités, comme celle d’étudier, mais aucune n’est pour moi aussi importante que le toreo !
 
cr11d
 
- Tu t’entraines où et avec qui ?
 
- Je m’entraine à l’école taurine de Navas del Rey avec mes compañeros du lundi au jeudi. Nous avons nos habitudes dans le déroulement, avec notamment un préparateur physique le mardi et le jeudi. 
 
 
-As-tu un type de toro préféré ?
 
- Franchement non, mais je préfère évidemment celui qui embiste bien. 
 
 
- Comment vois-tu le futur de ta carrière ?
 
- Avec beaucoup d’illusion et l’envie d’augmenter petit à petit mon niveau.
 
 
- Au cours de cette temporada, vas-tu participer à d’autres compétitions ?
 
- Oui, c’est en tout cas ce que j’espère.
 
cr11e
Avec Rafael de Julia
 
 
- Tu es jeune, mais penses-tu monter en catégorie ?
 
- En vérité, je pense avant tout prendre l’alternative !!! (lol). Plus sérieusement, je pense que je suis encore jeune pour passer en piquée puisque ce n’est que ma première saison complète sans picadors.
 
 
- Je suppose que tu vas participer à pas mal de novilladas en Espagne et dans ton pays, mais découvrir la France taurine est aussi un de tes buts ?
 
- Oui, je veux donner une bonne image de moi à l’aficionado français en devenant un torero apprécié chez vous !
 
 
- En définitive, quels sont tes objectifs pour 2024 ?
 
- Triompher autant que je le pourrai pour ainsi toréer le maximum.
 
 
- Que représente ta participation à Bellegarde le 24 mars pour le Trophée Castella ?
 
- Une grosse responsabilité, mais je me sens surtout privilégié de pouvoir participer à cette compétition si importante que des toreros maintenant reconnus comme Marcos Linares, Solalito, Cristian Parejo, Alejandro Adame ou Dorian Canton ont gagnée. C’est une des novilladas non piquées les plus importantes de France !
 
- Comment as-tu été engagé ?
 
- Je n’en sais rien !!! Ils m’ont simplement prévenu et j’ai commencé à me préparer pour cette opportunité. J’espère que le bétail me permettra de me mettre en évidence et que les aficionados repartiront en disant du bien de moi !
 
cr12k
 
A lui comme à ses deux compagnons, on souhaite évidemment bonne chance…