Lundi 17 Juin 2024
CFT
Lundi, 19 Février 2024
 cft19pk
 
Centre Français de Tauromachie : Chroniques salmantines 2024 (1)…
 
LE DÉPART 
 
6h50. Caissargues. 17 février 2024. Le bon docteur Jean-Yves est apparu dans la nuit, à bord d'un rutilant vélo, clignotant de toutes parts. Il arborait fièrement son superbe blouson rouge du CFT « 1ère école de France ». Il avait donc fait une bonne demi-heure de sport pour nous rejoindre et partir ce matin même vers le Campo de Salamanca. Les poules se réveillaient à peine, avec un petit déjeuner copieux, avant d'aller gambader toute la journée dans les champs. Les toutous, Minouche et Titouille la tortue avaient, eux aussi, été nourris. Nous pouvions prendre la route, notre devoir de parents accompli.
 
Cette année, après avoir célébré ses 40 ans, le CFT avait souhaité s'alléger de beaucoup d'obligations administratives. L'association avait fait ses preuves et les 22 matadores de toros issus de ses rangs n'étaient que la partie visible de l'énorme travail accompli. Il n'y avait donc pas eu de rentrée officielle, les aspirants toreros qui le souhaitaient venaient s'entraîner les mercredis et samedis, le Maestro Le Sur ayant conservé le plaisir de la transmission tauromachique et de la recherche d'opportunités de toréer en France et en Espagne.
 
6 aspirants toreros allaient donc profiter d'une expérience toujours aussi passionnante, celle d'un entraînement d'une semaine en terres salmantines.
 
Mais, une semaine avant le départ, nous avions failli ne plus partir du tout. En effet, le bulletin météo avait prévu pour le samedi de fortes pluies et les jeunes avaient tout simplement décidé de leur propre chef de ne pas venir s'entraîner à Caissargues. Cela n'avait pas du tout, mais alors pas du tout plu au Maestro Le Sur, tant sur la forme que sur le fond : « Un torero ça s’entraine, même sous le mauvais temps, un torero ça doit se faire mal, qu’il pleuve ou qu’il vente. ». Ambiance ! Sur un coup de colère, prétextant qu’à Salamanca, il pouvait pleuvoir aussi, il a annoncé qu’il annulait le stage ! Les jeunes avaient bien essayé, sans grande réussite, de s'expliquer. Mais, les administrateurs du CFT étaient parvenus à renverser la tendance et nous allions donc partir ce matin pour 1111km de ruban de bitume.
 
Deux options s'ouvraient à nous : le passage par l'ouest ou par le sud. Ce dernier était le plus économique car l'Espagne avait eu l'excellente idée voici quelques années de ne plus faire payer ses autoroutes. Mais les agriculteurs espagnols, ayant plus de ténacité que leurs homologues français, avaient décidé de blocages de voies ou d'opérations escargot. Donc, nous passerions par Toulouse et Bayonne, puis Burgos, Valladolid et destination Salamanca.
 
Ce genre de déplacement était toujours pour moi l'occasion d'angoisses, dues aux aléas liés au voyages. Mais, cette année, s'ajoutait celles de m'éloigner de ma petite maman, 96 ans et demi, qui, dès qu'elle me savait à plus d'une heure d'elle, commençait à se sentir triste, mélancolique, à ne plus avoir ni faim, ni soif et même Jack, son fidèle toutou ne trouvait plus grâce à ses yeux. Elle était désorientée à tel point qu'elle avait fait deux graves chutes, les lendemains de mes départs en Espagne.
 
Après m'être longuement interrogée sur la façon de résoudre cette situation, il m'était apparu que la seule solution, pour qu'elle ne se fasse pas de soucis et ne se rende pas malade, était de ne rien lui dire de mon déplacement, même si je n'avais jamais eu l'occasion de lui mentir, même par omission. Je savais que les mamans étaient prêtes à pardonner les bêtises de leurs enfants, même devenus grands. On se console comme on peut. De plus, il y avait autour d'elle une petite armée de commerçants, en bas de chez elle, devenus anges gardiens, qui veillaient quotidiennement sur elle et qui étaient prêts à intervenir en cas de besoin.  Je croisais les doigts pour que tout se passe bien. J’avais surement moi aussi des anges gardiens prêts à me protéger, ils s’étaient souvent manifestés, me prouvant que je n’étais pas sans protection.
 
cft19x
 
Pour cette édition 2024, le convoi serait de 3 véhicules. Mais nous partions un jour avant, car nous voulions faire connaître le campo à Alex, un ami madrilène, jeune quinquagénaire, brun, mince, assez grand, toujours élégant, toujours très curieux quand nous lui parlions toros. Nous lui avions certifié que s’il voulait en savoir un peu plus sur le sujet, il lui fallait "commencer" par aller voir les bêtes dans leur état naturel. Il pourrait tenter de comprendre comment on pouvait être touché par ces fauves, si paisibles dans leur environnement et pourtant si dangereux dans une arène.
 
Alex aimait être bien habillé et il le devait à son premier métier de vendeur de prêt à porter masculin de luxe. Il aimait ça et il n'avait pas son pareil pour comprendre en un rapide coup d'œil qui il avait en face de lui et ce qui allait plaire et convenir à son client. Il était tellement doué pour vendre qu'il avait été débauché par un chasseur de têtes juste avant le confinement, pour changer totalement de domaine et se consacrer à la haute joaillerie. Il avait appris ce nouveau métier, avec ses codes, ses secrets et avait excellé là aussi, jusqu'à ce qu'il ait envie de changer à nouveau de métier. Il nous avait confié, voici un an, qu'après avoir bien réfléchi, il allait tenter, après 9 mois de formation, le concours de conducteur de train à grande vitesse ! Nous avions accueilli la nouvelle avec surprise tout d'abord, mais voyant une étincelle dans ses yeux quand il en parlait, nous avions compris qu'il était vraiment sincère.
 
Marta, sa fiancée, biologiste de formation, anti taurine de conviction, avait, par les mystères du monde du travail, atterri voici 20 ans, à un poste de gestionnaire aux arènes de las Ventas. Au contact quotidien de ce mundillo, elle en était devenue une passionnée et une fine experte de toute la machinerie administrative et financière de la plus grande arène du monde. Cette jolie brune pétillante, bosseuse, souriante malgré la fatigue des ferias qui s'enchaînaient plus vite qu'elle ne l'aurait souhaité, était toujours perchée sur de superbes chaussures à talons de 10 cm. On pouvait souvent la voir, un formulaire vétérinaire à la main, virevoltant entre le desolladero, dont le sol était jonché de sang, d'eau ou de fumier, les bureaux, les corrales ou le callejón, avec une légèreté et une efficacité redoutables.
 
Nous nous faisions une joie de les retrouver le soir même, avant la visite de la ganadería Sepúlveda de notre ami Don Íñigo le lendemain.
  
Comme toujours, sur ces longs trajets, les heures et les kilomètres défilent, puis, tout d’un coup, il ne vous reste que quelques petites dizaines de kms et vous arrivez sans trop vous en rendre compte. Nous étions devant notre « maison » de la Rad, en contact avec le reste du convoi, qui préparait les voitures en les remplissant de toutes les valises de ces jeunes. Et quand un torero se déplace, ça a besoin de grands coffres !
 
Les voitures prêtes, ils allaient passer une nuit courte car Gérard avait prévenu : « Demain, départ à 6h30 ! ». Il était comme ça Gérard, fallait pas discuter… Mais, il est vrai qu’il s’était tellement déplacé dans toute l’Europe, pour ses chevaux, qu’il faisait autorité question voyage en voiture sur longue distance. Il était venu l’an dernier et avait adoré, malgré la fatigue. Et justement, question fatigue, il allait devoir effectuer le trajet dans sa totalité, sans remplaçant. En effet, un malentendu avec un des jeunes toreros que nous pensions détenteur du permis, alors qu’il n’avait que le code, nous avait tout chamboulé. Mais Gérard nous avait prévenus : « Un café et un Red Bull et je peux vous conduire au bout du monde ! ». Du calme Gérard, on s’arrêtera à Salamanca ; ce sera déjà un gros morceau.
 
La petite nouvelle dans le convoi, c’était notre amie Elisabeth. Amie d’enfance du Maestro Le Sur, elle avait passé la plus grande partie de sa vie en Afrique. Elle la connaissait comme sa poche. Elle venait depuis 3 mois de s’installer définitivement en France. Elle avait promis que dès qu’elle le pourrait, elle viendrait avec nous. Aficionada de la première heure, ayant son abonnement au Tendido 10 de Las Ventas, elle avait toujours aidé généreusement le CFT et s’y intéressait même quand elle était loin de Nîmes. Elle allait plonger dans le vif du sujet dès potron-minet.
 
Dès notre arrivée, toute l’équipe nous avait chaleureusement accueillis, c’était un vrai plaisir de les retrouver. Quelques améliorations dans l’établissement avaient été réalisées, c’était une affaire qui marchait bien et j’en étais ravie car c’était mérité. En montant pour nous installer dans nos chambres, je vérifiais néanmoins que la 13ème marche grinçait toujours, cela me ravit, car je n’aimais pas qu’il y ait trop de changements d’un coup ! Par ma fenêtre, je contrôlais aussi que le troupeau de moutons et brebis était toujours là. J’étais rassurée.
 
Nous allions un peu nous reposer, passer une soirée avec nos amis, avant d’attaquer demain par une visite du campo, tant espérée.
 
Chanquete