Dimanche 21 Juillet 2024
PATRICE
Vendredi, 18 Août 2023
rich17pk
 
«Le Richelieu»…
 
A Jean-Claude Verdier, dacquois de naissance et nimeño d’adoption, socio incontournable de la bodega «Paquirri», aficionado de  postín, vendeur de bagnoles puis retraité afincado dans un piso de la Maestranza avant de revenir au Grau du Roi... 
 
Il nous a fait découvrir le lieu.
 
 
 
L’établissement était situé.
 
Au 8 avenue Victor Hugo.
 
 
 
Sa raison sociale disait qu’Il s’appelait.
 
«Le Richelieu».
 
 
 
Mais pour tout le monde.
 
Comme à Nîmes, on allait chez Marius.
 
 
 
A Dax.
 
On allait chez Darcq.
 
 
 
«Le vieux Darcq».
 
Et Alain, son fils.
 
 
 
En étaient.
 
Les patrons.
 
 
 
Le premier.
 
Etait un cuisinier.
 
 
 
Solitaire.
 
Et tranquille.
 
 
 
Le second, un golfo, plus.
 
Coureur de jupons des serveuses.
 
 
 
Que dévot.
 
A Antonin Carême.
 
 
 
Pour nous
 
Au début des eighties.
 
 
 
C’était.
 
Notre annexe.
 
 
 
Nous, c’était.
 
La bande du «Chino».
 
 
 
Freddy, Mado.
 
L’anglaise, le «Rubio».
 
 
 
Anne-Marie, «Le Pharaon».
 
«Pacha», le cocker…
 
 
 
Et bien.
 
D’autres.
 
 
 
De France.
 
Et d’Espagne.
 
 
 
On y dormait.
 
On y déjeunait.
 
 
 
On y complotait.
 
En des stratégies riantes.
 
 
 
On y dînait.
 
E ibamos de juerga.
 
 rich17k
 
Nous étions insouciants.
 
Et déterminés.
 
 
 
Nous voulions tout.
 
Et rien ne nous arrêtait.
 
 
 
Nous dévorions la «Pantoufle du Richelieu».
 
Chausson de pâte feuilletée.
 
 
 
Farcie de foie gras.
 
Et de cèpes.
 
 
 
Nous intriguions.
 
Auprès de Pierrot Molas.
 
 
 
En afaroladas.
 
D’impétuosité.
 
 
 
Et nous prenions de gueule.
 
Avec Georges Dubos.
 
 
 
En remates.
 
Et passes de mépris.
 
 
 
Dans le jardin.
 
Dînaient Ángel Teruel et «El Pepe» son frère.
 
 
 
A une autre table.
 
Lacouture, Claude Pelletier et Roger Dumont.
 
 
 
Charlie Forgues pérorait.
 
Sous les glycines.
 
 
 
Jean-Patrick Lescabourra et Marc Sallefranque
 
L’écoutaient.
 
 
 
L’après-midi.
 
Ruiz Miguel, Dámaso et Robles avaient tué les toros d’Álvaro Domecq.
 
 
 
Le lendemain.
 
De Paula, le Cordobés et Richard tueraient ceux de Berrocal.
 
 
 
Et Jean-Pierre Goldberg «Le Pharaon».
 
Lançait des anathèmes.
 
 
 
En voulant obliger les aficionados au «Chino».
 
A payer un impôt révolutionnaire.
 
 
 
Sous les étoiles.
 
D’un ciel d’août.
 
 
 
Une tuna de Salamanque.
 
Chantait.
 
 
 
« La Estudiantina galante
va con su canción de ronda »
 
 
Y en el aire sus amores
canta a las mozas que ronda ».
 
 
 
Nous au bar.
 
On buvait des litres de «Belle Sandrine».
 
 
 
Un cocktail exotique.
 
De jus de goyave et d’armagnac.
 
 
 
On se jouait la vie.
 
A accuser ou à défendre.
 
 
 
Nous étions.
 
D’une impartialité magnifique.
 
 
 
Et fiers de rappeler.
 
Qu’en 1980.
 
 
 
Simon, Robert et Loulou Petit.
 
Avaient mis fin aux trente-neuf ans de règne de Ferdinand.
 
 
 
Fiers.
 
D’irrupter dans un ordre.
 
 
 
Que nous voulions.
 
Définitivement changer.
 
 
 
 «Chez Darcq».
 
En cheveux longs.
 
 
 
Et pantalons pattes d’eph’.
 
Nous toréions des rêves.
 
 
 
Nous avions trente ans.
 
La vie était belle.
 
 
 
Aujourd’hui «Le Richelieu».
 
Est devenu résidence étudiante.
 
 
 
Et je n’ai presque plus de nouvelles.
 
De Jean-Claude Verdier.
 
Patrice Quiot